Tais-toi, Frigide ! Par Robert Ménard

Publié le 23 Mai 2013

Par Robert Ménard

Comment as-tu osé ? À peine apprenait-on la mort de Dominique Venner que déjà tu salissais sa mémoire. Sans manifestement avoir jamais lu un seul de ses textes, te voilà expliquant que ce« monsieur » devait être « un peu dérangé ». Ajoutant même, véritable coup de pied de l’âne :« Il était assez raciste, d’après ce que j’en sais. »

D’après ce que tu en sais ? Qu’est-ce que cela veut dire ? T’es-tu donné la peine de te renseigner ? Ou t’es-tu contentée de répéter ce qui se dit dans les rédactions que tu arpentes ?

« Raciste » parce que Dominique Venner s’inquiétait de la montée d’un islam radical ? Parce qu’il s’alarmait d’une présence musulmane trop importante à ses yeux ? Au fond, tu reproduis les modes de fonctionnement et de dénonciation de ceux que tu prétends combattre. Tu le traites de raciste comme le lobby gay te traite d’homophobe.

Je ne sais pas ce qui cloche aujourd’hui, chez toi. Je ne te reconnais plus. La notoriété te tourne-t-elle la tête ? Te sens-tu obligée de donner toujours plus de gages à tes parrains de l’UMP, au petit monde du showbiz ?

Tu m’avais déjà exaspéré en donnant la parole, avenue de la Grande-Armée, à un Jean-Pierre Raffarin qui incarne toutes les lâchetés, les compromis, les ficelles politiciennes dont tu n’as toujours pas compris que nous ne les voulions plus. Mais là, tu dépasses les bornes. Plus que nous décevoir, tu nous inquiètes. Je ne sais qui t’entoure, mais ils devraient d’urgence te remettre les pieds sur terre.

Rassure-toi, j’irai manifester le 26. Comme mes amis. Je suis seulement triste pour toi. Parce que je sais que tu es mieux, que tu vaux mieux que le visage que tu présentes aujourd’hui.

Robert Ménard Rédacteur de Boulevard Voltaire

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

FRANHENJAC 25/05/2013 05:15


Non Monsieur Ménard, cette hystérique ne vaut pas mieux que ca, elle n´a pas changé, vous vous êtes trompé c´est tout !


Ce guignol m´a toujours répugné !

Francis NERI 23/05/2013 19:14


Frigide ? Un outil entre les mains d'individus qui veulent discréditer ceux qui se signalent par leur singularité. Comment de telles personnes peuvent comprendre
quelque chose à la grandeur du geste de Dominique Venner ?


Ils ne peuvent ni l’appréhender ni le prédire de manière fiable et pour causes les Hommes singuliers sont imprévisibles. 


La mondialisation remet en cause la plupart des vérités et croyances héritées du passé. La « geste » de Dominique Venner  s'attache à sauver une
seule certitude : celle de la dignité de l'homme singulier.


Ecoutons ce que nous dit Chantal Delsol à ce sujet :
« Le sujet « personne » est une entité singulière et insondable, pendant que nous le réduisons à ses collectifs identitaires. Il est responsable de son propre destin, pendant que
notre indifférence éducative le prive de l'apprentissage à l'autonomie. » 


Bref  un Homme libre non conditionné dans ses attitudes et ses comportements par la « bien pensance » habituelle.


C'est la raison pour laquelle un de ces "conditionné" haineux sur la page facebook de Gérard Brazon disait que Dominique Venner aurait mieux fait de se suicider
dans une poubelle.


J'espère que Gérard procèdera à l'éviction de cet individu !  


 

island girl 23/05/2013 13:47


Barjot ? un travesti homasse reflet de son ame grossière.

L'EN SAIGNANT 23/05/2013 11:28


Je m'étonne que l'on puisse s'étonner des réactions de cette "PÉTASSE" au pseudonyme douteux. MOULIN à VENT, bête, conne et méchante à la fois.! 

marie-plume 23/05/2013 11:21


Merci M. Ménard d'avoir apporté cet hommage posthume à un historien qui ne méritait pas une telle avalanche d'opprobres en tous genres, et notamment de la part de Mme Frigide qui s'est,
manifestement, salie moralement en critiquant ouvertement, et presque hypocritement un hommedont ellene connaissait RIEN jusqu'à la terrible nouvelle... Quel manque de rigueur morale, quelle
bassesse d'esprit, elle rejoint par ses déclarations celles, non moins ignominieuses d'un certain chef du parti PS ... Ils ne l'emporteront pas au paradis, et je les plains ! Pauvres énergumènes
à qui il manque le plus essentiel : l'intelligence du coeur...