Explications pour "bien-pensants" attardés.

Publié le 19 Septembre 2010

           Nous assistons à un tel surge moral et politique en Belgique, aux USA, en Hollande, aujourd'hui en France, qu'il commence à faire peur à certaines grosses huiles ; même un ex-conseiller de Bush, Karl Rove, hurle avec les loups, moules bien accrochées à leur rocher de moins en moins haut placé tant le désir de tourner la page des discours niais devient irrésistible. Nos élites sont si écoeurées de voir le territoire défier la carte, entrer en résilience alors que le peuple a toujours été déclaré dominé, manipulé (les caves se rebiffent) qu'elles se hâtent de classer à "l'ultra droite" tout discours refusant d'avaliser le leur, qu'elles chantent sur tous les tons, tel Néron, du haut des tribunes médiatiques tandis que Rome brûle.

            Classent-elles d'ultra droite les mêmes refus en matière de moeurs, ou en matière de comportements "culinaires", lorsqu'ils sont musulmans ? Non, bien sûr, de tels refus seront respectés car mis immédiatement sur le compte de la différence de culture, que l'on se gardera bien de classifier comme rétrograde (sauf s'il s'agit de lapidation néanmoins), ce qui est là proprement méprisant en réalité puisque nos élites préfèrent s'en prendre aux personnes qu'elles pensent toucher, culpabiliser, avec leur sermon,  ces personnes étant de même culture, alors que "l'autre", le musulman, sera celui avec qui l'on ne polémique pas; pourtant, il pourrait lui aussi "progresser" grâce à la critique, sauf que son discours ne compte pas. Il se comptabilise seulement comme auxiliaire potentiel.

Mais oublions ceux qui s'effacent déjà du sable du temps.

            Observons que si certains Flamands de plus en plus nombreux veulent entrer en scission c'est bien parce qu'ils refusent de croire qu'ils doivent être les seuls à "progresser" alors que certains musulmans ont le droit, eux, de régresser vers l'islam des débuts. Laissez-nous tranquilles clament-ils, pourquoi les monuments seraient les seuls à être protégés ? Il est vrai néanmoins qu'ils le sont de plus en plus difficilement tant l'idée de brassage éclectique veut s'imposer y compris au Château de Versailles en empêchant que celui-ci soit appréhendé en tant que tel comme cisèlement et joyau d'un moment du monde au lieu d'être ravalé à l'état de décorum pour des ego en mal de turpitude.

             Nos élites ne comprennent pas que malgré l'insulte (réac, néoréac, raciste, phobique) qu'il s'agit réellement d'un mouvement de fond secouant des populations occidentales cherchant non pas à s'enfermer mais à rectifier la trajectoire des années 60 accaparée par les pirates nihilistes du post léninisme soixante-huitard, il ne faut pas confondre 60 et 68, voire mai et juin 68, tout comme l'on ne peut confondre le 4 août 1789 et le 10 août 1792. De même ne confondons pas intégration pluraliste et assimilation jacobine. Car, et ce contrairement à ce que pense le Bloc Identitaire, il est possible d'intégrer des populations diverses, même extra-européenne, à partir du moment où celles-ci ne sont pas acceptées en tant qu'ethnies mais individus qui cherchent à s'insérer dans le particulier sans amoindrir leur singularité.

 

          En ce sens la force des tea parties tient précisément dans leur attachement viscéral à la Constitution américaine cette carte devenue territoire, au lieu de s'en tenir seulement à la terre et aux morts. L'erreur fondamentale du barressisme, tout comme du nazisme et du communisme fut de croire qu'il s'agit de purifier ou de préserver celle-ci jusqu'au plus profond de la sensibilité en écartant ce qui ne sent pas comme soi (dans tous les sens du terme sentir).

           Il faut lire alors ainsi la façon dont un Heidegger à la suite de Lénine s'oppose violemment à toute pensée distinguant théologie et politique parce qu'il prétend créer un même corps organiquement homogène et susceptible de fonctionner comme une phalange spartiate et ce au plus profond du corps propre. Le mouvement des tea parties n'a rien à voir avec cette métaphysique de la finitude volontaire puisque cette dernière n'est que temporelle alors que l'énergie de l'esprit humain reste infinie, néguentropique, c'est la bonne nouvelle, ce qui implique de pouvoir peser sur le cours du monde, tout n'est pas encore joué, même si la carte façonnée par nos élites (non seulement en perte de vitesse mais qui sont en train de s'effondrer sur nous) prétend être la seule jouable.

           Résistance Républicaine pourrait jouer ce rôle de catalyseur brassant divers courants mais unis par le même souffle celui de l'âme française, conscience universelle d'une telle tâche faramineuse. Organisons des banquets, mais dans lesquels le vin et le whisky (la vodka aussi) auront toute leur place au lieu du seul thé. Il est, après tout, peut-être encore temps.

Lucien oulahbib

 

http://lucien.samir.free.fr/biographie/index.html

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

forrester 20/09/2010 21:33



Qu est ce que c est que ce charabia ? "des loups qui deviennent des moules !"sic tant qu ' à filer la métaphore autant respecter un minimum de logique ! 


Mais s il n y avait que ça ! Que vient faire la référence à Lénine là dedans ? On aimerait des analyses à la place des anathèmes ! Passons sur ces phrases qui ne sont finalement que propagande
anti communiste , décidément le "spectre" fout toujours la trouille au bourgeois voire petit bourge ! Parlons de la seule chose digne d intérêt et pas hors sujet : l'immigration . La question n
est pas de savoir si on doit intégrer des individus ou des communautés , la question ne tient pas debout car les communautés sont composés de ces mêmes individus . La question est de savoir
comment ils se comportent une fois arrivée . Malika Sorel a bien montré comment ça se passe et pourquoi . Le vrai problème c est de savoir si on accepte l offensive de destruction de la société
française telle que les luttes sociales l ont fait se distinguer du monde anglo saxon et notamment grace à ses services publics sa sécurité sociale ses retraites par répartition , etc . Les
forces du capitalisme financier ont décidé de lancer une attaque générale contre les forces progressistes en France avec le concours de la sociale démocratie ( Mitterrand Jospin et tutti quanti
du même tonneau) notamment en mettant en concurrence les salariés de France ( je ne dis pas français NB) avec le monde entier et particulièrement avec les immigrés qui servent en l occurrence de
"jaunes " contre le mouvement ouvrier chez nous .Il s agit de se positionner par rapport à cette offensive ! on est pour ou contre . Du côté du capitalisme financier ou contre . Etre contre
implique d être contre TOUTE immigration un point c est tout . Donc pour l immigration zero qui est facile à controler avec la volonté politique de le faire . Les immigrés musulmans mais pas
seulement eux  ( les sahéliens ultra racistes et ultra violents aussi) sont instrumentés dans le cadre de cette politique qui a besoin de la division du peuple et de terreur sociale pour
passer . Les effets de manche de Sarkozy ne doivent pas faire illusion , il est le chef d orchestre de l immigration en France . Il a besoin des musulmans et surtout des radicaux pour faire
monter les haines communautaires facteurs de division durable tout en contrôlant les belligérants . Il drague à droite , il drague à gauche , c est suffisamment clair aujourd'hui je pense. Ce n
est pas à se bagarrant contre l'Islam et se ranger derrière la politique de la droite israélienne notamment ( je ne dis pas qu il ne faut pas s opposer à son impérialisme , la laïcité est là pour
ça ) qu'on va résoudre nos problèmes , c est en proposant une politique alternative de passage au socialisme : sortir de l'Europe,  nationalisations , reprise de notre monnaie , arrêt de
l'immigration , nouvelle constitution donnant des pouvoirs démocratiques à la population , etc, etc . Le reste n est démagogie ou se destiner à être les idiots utiles du condominium américano
israélien sous le règne de "l ami américain" Sarkozy !