Tandis que les bien-pensants trouvent des excuses aux tueurs de flics.

Publié le 27 Juillet 2010

Les policiers de la BAC grenobloise sont menacés de mort

 

Par lefigaro.fr 

Les proches du braqueur tué il y a dix jours lors d'une course-poursuite avec la brigade anti-criminalité chercheraient à se venger. Brice Hortefeux a annoncé des mesures de protection des policiers concernés.
Des menaces «totalement indignes et bien réelles». Lundi, en marge de sa visite au commissariat de Dammarie-les-Lys, Brice Hortefeux a confirmé les intimidations qui pèsent sur les policiers de la BAC grenobloise, impliquée dans la course-poursuite mortelle du 16 juillet. Le ministre de l'Intérieur précise que des «mesures» ont été prises pour protéger ces policiers. «Nous avons décidé, avec le directeur général de la police nationale (Frédéric Péchenard) et le directeur central de la Sécurité publique (Jacques Fournier) de mettre en place des dispositifs particuliers pour les mettre en sécurité ainsi que leurs familles», a indiqué Brice Hortefeux, sans toutefois préciser la nature de ces mesures.

Selon Le Point, qui cite un SMS circulant depuis vendredi sur «les téléphones portables de tous les policiers de France», «les effectifs BAC-Grenoble ont été mis en repos de force par le préfet et obligés de quitter la région avec femmes et enfants. La BAC étant impliquée dans la mort du braqueur, les bruits courent que ses amis ne vengeront sa mort que par la mort d'un BACman au lance-roquettes si nécessaire».

 

«Ils sont capables de tout»

 

Le parquet de Grenoble, saisi lundi de l'enquête sur ces menaces de mort, l'a confiée à l'antenne grenobloise de la direction interrégionale de police judiciaire de Lyon. La police grenobloise se refuse quant à elle à tout commentaire, mais un syndicaliste local a confirmé l'existence de ces menaces. «Il y a eu des mesures de protection radicales qui ont été prises pour protéger le personnel de la BAC compte tenu de la menace réelle et compte tenu du milieu particulier à Grenoble», déclare Daniel Chomette, responsable du Syndicat des gardiens de la paix-Force ouvrière de l'Isère. «A partir du moment où c'est un bandit chevronné qui est mort sur cette intervention, le milieu du grand banditisme et les bandes veulent venger sa mort.»

Selon lui, les proches du braqueur «sont capables de tout et de n'importe quoi. D'ailleurs on l'a vu dans les nuits qui ont suivi puisqu'ils sortent de la foule, à visage découvert, armes au poing pour tirer sur les véhicules de la BAC». «Tant que les commanditaires de ces contrats ne sont pas mis hors d'état de nuire, tant qu'on n'a pas saisi un certain nombre d'armes, qui circulent encore, il convient de protéger les gens», a poursuivi Daniel Chomette. «Aujourd'hui le ministère de l'Intérieur est bien conscient de cette situation extrêmement tendue, dangereuse et particulière», a-t-il estimé.

Parallèlement, l'enquête continue dans le quartier de la Villeneuve, d'où était originaire le braqueur tué. La police a perquisitionné lundi matin un bar, saisi plusieurs armes et interpellé le patron du bar qui a été ensuite placé en garde à vue. Les policiers ont notamment saisi un pistolet-mitrailleur de marque Uzi, du même type que celui utilisé par Karim Boudouda. Ils ont également saisi des «carabines, des armes de poing et des cartouches percutées», qui vont pouvoir être analysées pour savoir également si elles correspondent ou non à celles utilisées lors des récentes violences urbaines.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

Francorital 28/07/2010 20:56



La police menacée de mort... Ecoeurant. Quand donc les politiques de tous bords s'accorderont-ils à donner carte blanche à la police pour nettoyer ces cités pourries ? Quand je dis "nettoyer", il
ne s'agit plus du karcher de Sarkozy mais de tirs sans sommations et à balles réelles. Il n'y aura que ce moyen pour rétablir l'ordre dans ces cités. Si certains ne l'ont pas encore compris, nous
sommes en état de guerre.



ROEHRIG Christian 27/07/2010 18:50








Je vous communique ci après l'échange de correspondance que j'ai eu avec le Député Lionel Lucas au sujet des actes de violences . C'est édifiant de l'avenir qui nous attend
si nous ne bougeons pas. Cordialement ROEHRIG


 De : Lionnel lucaDate : 23/07/2010 10:51:47


A : 'ROEHRIG CHRISTIAN'


Sujet : RE: Réf. : Lionnel Luca - Lettre d'information - le Président a raison !



 



















Ca c’est facile à dire au café du commerce mais dans un état de droit (et de non droit !) supposé c’est
un peu plus compliqué.


Lionnel LUCA
Député de la Nation
Vice-Président du Conseil Général

Tél.04.93.22.94.44 - Fax: 04.93.22.96.66www.lionnel-luca.fr


 


 




De : ROEHRIG CHRISTIAN [mailto:roehrig.christian@neuf.fr]
Envoyé : jeudi 22 juillet 2010 11:57
À : ll@lionnel-luca.org
Objet : Réf. : Lionnel Luca - Lettre d'information - le Président a raison !




 







Non, ce n'est pas une bonne décision, nous en avons marre de tant de tergiversations, il faut faire, comme en Algérie lors de la bataille d' Alger, intervenir l'Armée dans toutes
ces cités(la Légion de préférence)et tout eux qui seront arrêtés les faire passer devant un tribunal d'exception. Arrêtons les paroles.A la guerre il faut faire la guerre.




 





-------Message original-------




 





De : Lettre
Information




Date : 22/07/2010 11:45:59




A : roehrig.christian@neuf.fr




Sujet : Lionnel Luca - Lettre d'information - le Président a raison !





 


















 


 



Le Président a raison !


 


 


Les décisions prises par le Président de la République pour rappeler que les lois s’appliquent à tous dans une République démocratique vont dans le bon sens.


Quand on veut faire la guerre à des bandes mafieuses et souvent communautaires, il ne faut pas
hésiter à aller plus loin.


Plus qu’un conseiller sur la sécurité auprès du Président, c’est la nomination d’un
Haut Commissaire chargé de la sécurité urbaine et du maintien de l’ordre en tenue et la création d’un
corps d’intervention urbaine composé de militaires avec les équipements nécessaires et adaptés à la guérilla urbaine qui doivent être mis en
place.


Par ailleurs il faut suspendre pour
les deux ans à venir la politique de réduction des effectifs pour tout ce qui concerne la sécurité des français.


Lionnel LUCA



 


 


 









www.lionnel-luca.fr