Taubira-Belkacem-Benguigui, trois ministres de la francophobie

Publié le 22 Mai 2012

Cyrano de Riposte Laïque

Un gouvernement est constitué de symboles. Il y a cinq années, en nommant ministres Rachida Dati, Rama Yade et Fadela Amara, Nicolas Sarkozy avait voulu faire un pied de nez à la gauche, et montrer que pour la première fois, un président français intégrait ce qu’on appelle la diversité dans une équipe gouvernementale. De par la symbolique, ces jeunes femmes avaient le devoir de montrer une image encore républicaine que les autres ministres, et surtout de prouver que leur nomination tenait à leur compétence, et pas à leurs origines. Or, que se passa-t-il ? On parla des caprices d’enfant gâtée de la première et de ses tenues Dior, la deuxième se comporta en diva multipliant les coups médiatiques en solo, la troisième fit profiter ses proches des délices du pouvoir, et fit savoir qu’elle était une bonne musulmane faisant ses prières cinq fois par jour, ce dont la République se moque. Aucune ne laissera un grand souvenir, elles donnèrent davantage l’impression de se servir du pouvoir et de la France que de la servir.

Cinq années plus tard, de manière symbolique, Hollande-Ayrault ont nommé sept ministres issus de la diversité, soit 20 % de leur équipe. Dans sa vidéo intitulée « Il y a trop de ministres qui n’aiment pas la France », Christine Tasin a fait quelques portraits de ces ministres, pour illustrer son propos.

 


YouTube  

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=FyhO9hmqXqA

Il est intéressant de se pencher plus particulièrement sur trois d’entre elles, Christiane Taubira, aujourd’hui Garde des Sceaux, Najat Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des droits des femmes, et la cinéaste Yamina Benguigui, ministre de la francophonie et des Français de l’étranger.

Ont-elles été choisies pour leur compétence… ou pour répondre aux images du 6 mai, place de la Bastille ? Ce soir là, les Français ont vu un spectacle difficilement imaginable dans aucun autre pays au monde :  une place remplie de quelques militants socialistes, de quelques bobos parisiens Guy Bedos en extase, Edwy Plenel, se sentant obligé de manière ridicule de mettre la main sur le coeur après avoir parlé à des « jeunes », ou un Arnaud Montebourg dansant au son des you yous, et surtout des jeunes, majoritairement français qui arboraient tous les drapeaux du monde… sauf celui de leur pays !

Les réactions politico-médiatiques à cette anomalie ont été intéressantes à observer. Harlem Desir, qui brigue la succession de Martine Aubry à la tête du PS, a choisi le déni de réalité. Il n’a vu que trois jeunes avec quelques drapeaux étrangers. Plenel y a vu la continuité de la France, puisque c’est bien connu, notre pays s’est construit dans l’immigration, donc on est tous citoyens du monde, exit la France et son drapeau bleu blanc rouge !

Najat Belkacem a choisi, elle, de dire que le spectacle de la Bastille ne l’avait pas choquée, et qu’au contraire, elle y avait vu la France d’aujourd’hui, avec des jeunes qui aimaient tellement la France qu’ils exibaient un drapeau… qui n’était juste pas français !


YouTube

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=XLw5quRUP_o

Cette femme, née au Maroc, a la double nationalité, comme nombre d’électeurs qui ont voté majoritairement pour le nouveau président. Elle avait prêté allégeance au roi du Maroc, comme nous le rappelait Roger Heurtebise, en adhérant au CCME (Conseil Consultatif des Marocains de l’étranger). Cet organisme selon la nouvelle ministre « a pour but de renforcer l’identité marocaine des Marocains de l’étranger, d’émettre des avis sur leur éducation religieuse (musulmane) »

Elle affirmait également sans sourciller qu’elle «  s’exprimera d’abord sur les sujets dont [il] sera saisie par Sa Majesté en faisant valoir un point de vue de Marocains de l’étranger, et pour ce qui me concerne de Franco-Marocaine engagée dans la vie politique française. »

A notre connaissance, cette Marocaine de l’étranger, comme elle se définit, est restée bien silencieuse quand, en 2006, au stade de France, l’hymne français a été sifflé par des supporters possédant, comme la nouvelle ministre, la double nationalité franco-marocaine. A notre connaissance, quand des laïques marocains, appartenant au Mali, sont tabassés et emprisonnés parce qu’ils militent contre le ramadan obligatoire, on n’a jamais entendu l’obligée du roi du Maroc, Najat Belkacem, s’émouvoir. Cette dernière a pourtant montré sa capacité de faire des choix, récemment, en décidant de retirer sa candidature aux législatives, immédiatement après que le Premier ministre ait annoncé que les ministres vaincus devraient démissionner. Si elle aimait vraiment la France, et sa culture républicaine, elle renoncerait à sa nationalité marocaine, et, à l’instar d’une Malika Sorel, expliquerait qu’on ne peut avoir qu’une seule nationalité… encore davantage quand on est la porte-parole du gouvernement français !

 Que dire de la nomination de Christiane Taubira à la Justice ? Cette femme a été l’auteur d’une loi honteuse, ségrégationniste, ne faisant porter qu’à la France le poids de l’histoire de l’esclavage, oubliant que des noirs ont exploité d’autres noirs, et surtout que les arabes furent les principaux esclavagistes de l’histoire, comme le rappelle l’historien Tidiane N’Diaye. C’est à cause de sa loi liberticide qu’un autre historien, Olivier Petré-Grenouilleau, a été traîné devant les tribunaux par des associations antillaises. Elle a milité ouvertement pour des partis indépendantistes, a appuyé des organisations utilisant la violence, comme le LKP en Guadeloupe, et se réclame de la préférence régionale. Cela ne l’empêche nullement par ailleurs de qualifier de xénophobe la préférence nationale, quand elle est revendiquée sur l’Hexagone.

 


YouTube  

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=uW3088znQx0

De même qualifiait-elle de raciste la loi contre les signes religieux à l’école, en 2004, contre laquelle elle a voté. Mettre Taubira à la Justice, en France, c’est aussi énorme que mettre Sopo, qui conteste le racisme anti-blanc, ministre de l’Egalité. C’est récompenser l’action d’une militante politique sectaire et francophobe qui a passé sa vie à combattre un pays qu’elle considère comme colonialiste. Sa première mesure qui consiste à supprimer les tribunaux correctionnels pour les mineurs multirécidivistes âgés de 16 à 18 ans, est un message terrible en direction des racailles, contre les forces de l’ordre… surtout quand on sait que par ailleurs Manuel Valls a affirmé aux policiers qu’il leur refuserait la présomption de légitime défense, que Marine Le Pen réclame, et que Nicolas Sarkozy avait fini par accepter, à quelques jours du premier tour !


YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=4ziUD5wzfcY

Que dire de la nomination à la francophonie et aux Français de l’étranger (au-delà de s’interroger sur l’utilité d’un tel ministère) de la franco-algérienne Yamina Benguigui, dont Pascal Hilout a montré certains des combats séparatistes qu’elle mène, au nom des droits particuliers pour les musulmans.

Au-delà du fait qu’elle est dans les petits papiers des socialistes, adjointe aux droits de l’Homme à la mairie de Paris, depuis 2008, chargée de lutter contre les discriminations, quelle compétence a-t-elle pour défendre la francophonie. Cette cinéaste a osé dire en 2004, dans une interview à la revue Courrier Cadres : « A qualité égale, priorité au beur, puisqu’il a plus d’obstacles à franchir qu’un blanc de souche ». Yamina Benguigui at-elle protesté quand le président algérien a insulté la France, accusée d’avoir perpétré un génocide en Algérie, rien de moins ? A-t-elle réagi en 2001, quand les franco-algériens, à Saint-Denis, au stade de France, ont sifflé la Marseillaise, et envahi le terrain, parce la France menait quatre buts à un contre l’Algérie, et qu’ils ne supportaient pas cela? A-t-elle une fois dénoncé les paroles de haine des rappeurs contre notre pays ? A-t-elle eu un mot contre la montée de l’islam et les agressions contre la laïcité dont est porteuse cette religion ? Bien sûr que non, elle fait en permanence du relativisme et pratique le discours de l’excuse : si les musulmans se radicalisent, ce n’est pas à cause du message du Coran, c’est la faute de la France, bien sûr ! Des excuses, encore des excuses, toujours des excuses !

 


YouTube  

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ZgraWDK39IM

A-t-elle exprimé sa désapprobation quand les supporters de football algériens vandalisent tout, les soirs de match où le pays de leur cœur joue ? Comment peut-on être nommée ministre de la francophonie, sans n’avoir jamais montré de signe particulier d’amour de la France, et en ayant conservé une autre nationalité ?

Nous étions déjà scandalisés qu’une Eva Joly, avec sa double nationalité et son accent à couper au couteau, ose postuler au poste suprême de notre pays. Nous sommes révoltés que ces trois femmes, dont deux ne sont pas seulement françaises, aient pu être nommées ministres d’une République qu’elles n’ont jamais défendue, mais plutôt combattue par les actions qu’elles mènent. Militantes d’une société multiculturelle où les lois et les traditions du pays d’accueil doivent s’effacer pour faire place à des coutumes venues d’ailleurs, elles incarnent mieux que de longs discours une grosse partie de la France qui a élu François Hollande, celle du vote de 93 % des musulmans et des drapeaux étrangers de la Bastille.

Leur nomination est en effet très symbolique. C’est la gauche Terra Nova qui remplace une gauche populaire totalement absente de ce gouvernement. C’est la gauche francophobe contre le patriotisme, jugé ringard et dépassé. Si ces trois ministres aimaient vraiment la France, elles ne resteraient pas silencieuses, elles hurleraient, comme le fait la remarquable Malika Sorel, devant sa lente destructuration, due essentiellement à une immigration post-coloniale sans intégration, et à la prolifération de l’islam sur notre territoire. La France qu’aiment Taubira-Belkacem-Benguigui n’est tout simplement plus la France. Remarquons que Hollande-Ayrault, qui ont mis 20 % de ministres issus de la diversité dans leur équipe, ne sont absolument pas choqués par le fait que, socialement, aucun ouvrier ou employé du secteur privé ne soit dans ce gouvernement, ni dans aucune instance de leur parti. Ces nominations incarnent la préférence immigrée et régionale, contre la France de l’égalité et la République une et indivisible, la France de la discrimination positive… contre les Français. Ces trois femmes ressemblent à tous ces élus carriéristes de la diversité, de droite ou de gauche, qui ne font de la politique que pour se placer, et surtout pour défendre leur communautarisme, les droits spécifiques des leurs, contre une vision Républicaine qui rassemble chacun dans le plus grand dénominateur commun. L’histoire récente montre cruellement que le discours laïque de Malika Sorel ou de Pascal Hilout est hélas une exception chez les militants de la-dite diversité.

Tariq Ramadan avait appelé à voter pour François Hollande, et 93 % de musulmans l’ont suivi. Là encore, aucun commentaire de ces trois ministres sur la signification d’un tel vote pour la France, mais aussi pour les femmes. Son frère Hani Ramadan viendra à Mérignac et à Marseille, pour prêcher les charmes de la charia à nombre d’électeurs de François Hollande. Nicolas Sarkozy avait, à la veille de la présidentielle, et au lendemain des crimes de Merah, interdit à Qaradawi de venir au congrès de l’UOIF.

On attend avec intérêt l’attitude de Valls et de Hollande, mais aussi du trio Taubira-Belkacem-Benguigui, sur la venue d’un prêcheur qui justifie la lapidation des femmes comme partie intégrante du Coran…

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 22/05/2012 19:48


Génial ....avec la nomination de ce trio ,le gouvernement tisse la corde qui l'étouffera ! Taubira qui a la haine des blancs ,rustre,hargneuse ,prompt à brailler sans réfléchir ,remet sans cesse
l'esclavage sur le tapis ...n'imaginant pas un instant que les conséquences de l'esclavage ont été positives pour un grand nombre de ces descendants d'africains qui vivent des allocs aux
antilles!quant à elle,cela lui a permis d'accéder à cette place de ministre ...la plupart de ces gens ont raison de féter cette opportunité une fois par an car beaucoup d'entre eux restés en
afrique seraient morts de faim,de maladie ou des guerres incessantes !qui soulèvent ce continent