Taubira préfère insulter les Français que de s’intéresser à l’esclavage actuel de ses frères. par Josiane Filio

Publié le 27 Janvier 2013

Samedi 19 janvier après-midi : temps maussade et froid, ciel très bas n’incitant aucunement à une ballade en campagne, forêt ou montagne (dans mon paisible petit coin de l’Aude j’ai le choix), pas envie de me rendre au cinéma le plus proche… je suis tentée un instant de buller devant une série ou un téléfilm dans le but, selon l’expression consacrée, de me changer les idées.

Par Josiane Filio de Islamisme

Mais finalement, c’est un programme de l’émission « Envoyé Spécial – la suite » sur France 2 qui retient mon attention par son titre, qui ne laisserait indifférente aucune femme digne de ce nom, à plus forte raison une mère et grand-mère : Enfants esclaves huit ans après !

http://envoye-special.france2.fr/envoye-special-la-suite/enfants-esclaves-8-ans-apres-19-janvier-2013-4774.html

Inutile de préciser que mes idées ont bien été changées, mais hélas, en pire, tant le sort de ces enfants africains m’a bouleversée, car ce que décrit le reportage confirme hélas mes pires craintes, alertée précédemment par quelques articles de journaux qui m’avaient déjà interpellée sur ce douloureux sujet.

Il est extrêmement difficile de résumer un tel chapitre, car soit on s’en moque et ne témoigne de rien, soit on est normalement sous le choc et désireux alors de rapporter tout ce qu’on a vu. Pourtant, n’ayant pas le talent suffisant pour détailler efficacement mon émotion, je vous livre ci-après la présentation de la chaîne, qui vous donnera j’espère l’envie d’en savoir plus, et de peut-être témoigner à votre tour de cet immense scandale.

Assis sur le seuil de sa maison, l’homme veut nous convaincre qu’il est un patron comme les autres. "Aujourd’hui, les adultes préfèrent un travail qui ne demande aucun effort comme les emplois de bureau. Alors, puisqu’ils ne veulent plus faire les travaux pénibles, je suis obligé de prendre des enfants pour les remplacer. Mais c’est bien aussi pour ces enfants car ils apprennent un métier. Cela évite qu’ils ne deviennent oisifs ou délinquants. » 

Autour de leur patron, les petits travailleurs âgés d’une dizaine d’années, tout au plus, l’écoutent parler de leur quotidien de jeunes forçats. Sans réagir. Toute la journée, ils cassent des pierres dans une carrière ou charrient des sacs de sable sur les berges de la rivière qui coule en contrebas. L’esclavage des enfants n’a donc jamais cessé dans cette région située à l’est du Nigéria.

Pour Envoyé spécial, la suite, Daniel Lainé est retourné enquêter en Afrique, à la recherche de Paulin, Clémentine et Anifa. Il y a huit ans, notre équipe avait croisé la route de ces trois enfants esclaves. A l’époque, ils avaient été recueillis dans des associations caritatives qui semblaient parfois dépassées par l’ampleur et la violence de ce phénomène. Que sont devenus Paulin, Clémentine et Anifa ?

Quelle hypocrisie et quel cynisme de la part des exploiteurs de ces enfants, incluant certaines familles, qui pour « mater les fortes têtes » de leur propre famille, sont capables de les « confier » (comprendre les louer ou encore plus horrible, les vendre) à un parent ou un étranger dont ils ignorent tout, sans se soucier du sort réservé à ces enfants, que ce soit à court ou long terme.

Malheureusement ce qui est conté ici n’est ni un conte de fée, ni une fiction cinématographique, et il n’y a pas de fin heureuse ; c’est la bien triste réalité que vivent des dizaines de milliers d’enfants d’Afrique (et d’ailleurs également) : travaillant 10 à douze heures par jour, sans salaire (ou alors des miettes), maltraités, parfois même torturés, dans l’indifférence générale, notamment des bien-pensants, soutenant des centaines d’immigrés clandestins (donc hors la loi) venant en France pour exiger ici un sort meilleurs, alors que dans leurs propres pays, règnent des situations combien plus douloureuses et révoltantes !

C’est en larmes que j’ai terminé ce bouleversant reportage ; larmes de chagrin devant le regard et les pleurs de ces enfants à qui on vole la plus belle part de leur vie, mais également et surtout, larmes de rages envers tous ces adultes capables des pires exactions envers des innocents, sans paraître le moins du monde faire preuve de regrets ou de remords !

Parmi ces adultes, ma colère et ma rage s’adressent chez nous, tout particulièrement à l’infâme Taubira, capable d’exiger la repentance des innocents descendants de quelques ex-colonialistes (ayant par ailleurs apporté d’appréciables progrès aux peuples colonisés), et dans un même temps recommander : "Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes " 

http://24heuresactu.com/2012/05/18/christiane-taubira-le-double-langage-sur-lesclavage/

http://breizh.novopress.info/16820/nantes-lilian-thuram-et-christiane-taubira-a-linauguration-du-memorial-de-la-repentance/

Et le poids de la repentance sur le dos des petits français de souche, vous vous en foutez ?

Et l’esclavage ACTUEL de vos propres frères de sang envers les leurs, madame Taubira ? Ça ne vous émeut pas ? Peut-être, n’êtes-vous pas au courant ? Peut-être est-ce un odieux mensonge des sales blancs que vous haïssez ?

Pour moi votre intolérable attitude n’est rien d’autre qu’une haine malsaine et illégitime, une monstrueuse ingratitude, un cynisme renversant et une phénoménale connerie !

Parce que, pendant qu’en même temps que moi des milliers de téléspectateurs visionnaient ces bouleversants reportages,  votre précieux cul, sans doute assis sur du velours ou de la soie, se pavanait, vraisemblablement au cours d’ un brunch entre amis de même condition sociale, à mille lieues du calvaire de tous ces petits ne demandant qu’à manger à leur faim et s’instruire pour acquérir un vrai métier et un statut social leur donnant la dignité auquel tout être humain à droit. Mais ceux-là ne pouvant en aucun cas servir de support à votre haine viscérale du blanc, ils ne vous intéressent pas ; vous les laissez aux associations qui sur place, telles celle de Soeur Antonietta (une religieuse catholique, madame Duflot et messieurs les bouffeurs de cathos), se dévouent sans compter pour adoucir quelque peu le sort des quelques enfants qu’elles arrivent à arracher à leur horrible condition.

« épuisés par des journées de 12 heures, sans aucun salaire » –   » ce sont les enfants esclaves » – « certains n’ont pas plus de 5 ans » – « il y aurait plus de 200 000 enfants-esclaves au Bénin » …

Ces phrases ne soulèvent rien en vous, madame la raciste, hypocrite et haineuse donneuse de leçons bidons ?

http://www.droitsenfant.com/travail_ampleur.htm

Pourtant, malgré le dévouement des nombreuses et remarquables associations, et le travail sans relâche de l’Unicef sur le terrain,  ce reportage souligne clairement  que les progrès réalisés sont comparables à des pas de fourmis, et que pour ces enfants peu de choses ont véritablement changé en huit ans.

Alors moi j’ai une solution toute simple pour remédier à ce terrible fléau des temps modernes : je propose de faire sans tarder un échange standard, c’est à dire (d’où qu’ils viennent) expédier tous les voleurs, violeurs, assassins, racailles, hors-la-loi, les ingrats revendicateurs jamais satisfaits, incapables du moindre respect … par exemple au Bénin, dans ces familles bouffeuses d’esclaves … pendant que nous accueillerons en France, et avec quel plaisir, tous ces enfants injustement exploités par d’indignes et méprisables sous-êtres, coupables sans circonstances atténuantes, d’actes qu’à ma connaissance aucun animal ne serait capable de faire subir à ses semblables !

Et bien évidemment, il va de soi dans mon esprit que feront partie du voyage, toutes les fielleuses péronnelles de votre espèces Madame Taubira, telles vos amies du gouvernement Belkacem, Duflot-Cantat, Filippetti, Benguigui … accompagnées pour votre sécurité des ministres hommes de ce même gouvernement et des responsables d’associations droit-de-l’hommistes et soit-disant antiracistes, avec en mains un aller simple offert de grand coeur par tous les contribuables français qui seront enfin débarrassés de vos vénéneuses présences !

A bon entendeur salut ! Continuez à chauffer ainsi le Peuple de France avec vos sales manigances, et ce voyage sans retour vous pend au nez !

Josiane Filio

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

henri 27/01/2013 22:59


Bravo Josiane Filio !


Marre de cette RACISTE de Taubira !

FRANHENJAC 27/01/2013 20:24


Cette Taubira est tout,  de ce qu´il y a de plus abject.


Une honte pour l´humanité, que de tels êtres existent !

L'EN SAIGNANT 27/01/2013 17:48


Analyse parfaite. Cette VIEILLE PEAU, COPINE de FLAMBY ne MÉRITE QUE LE MÉPRIS (qu'il partage d'ailleurs.!).

Marie-claire Muller 27/01/2013 15:04


Bravo Josiane ça c'est envoyé!Malheureusement les sales hypocrites qui s'enrichissent sur notre dos au gouvernement sont bien au chaud,servis et protégés et nous avons en prime leur bla bla bla
inepte,menteur,et enfumeur qui bientôt(on l'espère)n'anesthésira plus le bon peuple!!!Honte aux marchands de tapis et autres multinationales qui s'enrichissent sur le dos de ces pauvres
mômes!!!!!!!