Téhéran détient un joker dans la réélection d'Obama par Daniel Pipes

Publié le 24 Décembre 2011

 

The Washington Times
21 décembre 2011

http://fr.danielpipes.org/10438/iran-reelection-obama

Version originale anglaise: Tehran holds Obama re-election wild card
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

La fin officielle de la guerre américaine en Irak, le 15 décembre, a renforcé l'Iran voisin en en faisant un facteur majeur imprévisible de l'élection présidentielle américaine de 2012.

Faisons d"abord une rétrospective: les mollahs d'Iran ont déjà eu l'occasion d'influer sur la politique américaine, en 1980. La prise de l'ambassade américaine à Téhéran pendant 444 jours a hanté la campagne de réélection du président Jimmy Carter et - grâce à des développements tels que les rubans jaunes, la stratégie de la "roseraie" [« Rose Garden » strategy, la stratégie de la « roseraie » est une stratégie de réélection signifiant rester à la Maison Blanche au lieu de se déplacer dans le pays (NDLT)], une opération de sauvetage qui a échoué, et le programme l'Amérique prise en otage de [la chaîne]ABC –a contribué à sa défaite . L'ayatollah Khomeiny a repoussé les espoirs de Carter d'une libération « la surprise d'octobre » des otages et remué le couteau dans la plaie une dernière fois en les libérant exactement au moment où Ronald Reagan prêtait serment pour être président.

 

Les présidents Jimmy Carter et Barack Obama ont en commun le défi iranien à leur tentatives de réélection.

Aujourd'hui, l'Iran a deux rôles potentiels dans la campagne de réélection d'Obama, comme perturbateur en Irak ou en tant que cible d'attaques américaines. Regardons chacun d'eux:

 

Qui a perdu l'Irak? Bien que le gouvernement de George W. Bush ait signé l'accord sur le statut des Forces armées avec le gouvernement irakien, stipulant que « Toutes les Forces des Etats-Unis se retireront de tout le territoire irakien au plus tard le 31 décembre 2011 », la décision d'Obama contre le maintien d'une force restante en Irak a fait du retrait des troupes son choix et son fardeau. Cela le met en péril: si les choses vont mal en Irak en 2012, c'est lui, non pas Bush, qui en supportera la responsabilité . En d'autres termes le guide suprême de l'Iran, Ali Khamenei, peut faire de la vie d'Obama un enfer.

Khamenei a plusieurs options: il peut exercer plus de contrôle sur ces nombreux dirigeants irakiens qui sont des islamistes chiites avec une orientation pro-iranienne, dont certains ont même vécu en exil en Iran. Par exemple, le Premier ministre Nouri al-Maliki se coule [tout à fait] dans ce moule. Les Iraniens peuvent également influer sur la politique irakienne par le biais des services de renseignement du pays, où ils ont déjà considérablement pénétré. Ou ils peuvent déplacer les troupes iraniennes à volonté en Irak, maintenant que des dizaines de milliers de soldats américains ont disparu de la frontière orientale de l'Irak, et s'engager dans les méfaits de leur choix. Enfin, ils peuvent utiliser des mandataires comme Moqtada al-Sadr ou envoyer des agents terroristes.

En 1980, les Iraniens ont manipulé le processus politique américain avec des otages; en 2012, l'Irak est leur jouet. Si les dirigeants iraniens décident de faire des difficultés avant le 6 novembre, le candidat républicain pourra reprocher à Obama de "perdre l'Irak." Compte tenu de la longue opposition d'Obama à la guerre, cela fera mal.

(D'un autre côté, les Iraniens peuvent changer d'idée et mettre à exécution leur menace de fermer le détroit d'Ormuz pour mettre en péril les 17 pour cent du pétrole mondial qui passent par cette voie d'eau, créant ainsi une instabilité économique mondiale.)

 

L' Ayatollah Khomeiny (antérieurement) et l'ayatollah Khamenei avec pour tous deux la possibilité d'influencer les élections présidentielles américaines.

Les mollahs ont choisi de nuire à un Démocrate affaibli en 1980 et pourraient le faire à nouveau ; ou bien ils pourraient décider qu'Obama est mieux pour eux et s'abstenir. Le point d'interrogation, c'est que le retrait des troupes présente des options supplémentaires. Obama pourrait bien se repentir de ne pas les avoir gardées là jusqu'au lendemain des élections, ce qui lui permettrait de prétendre de manière plausible, "J'ai fait de mon mieux."

 

Bombarder les armes nucléaires iraniennes? Il y a près de deux ans, quand Obama jouissait encore d'une faible popularité parmi les Américains de + 3 pour cent, j'ai suggéré qu' une frappe des U.S.A contre des installations nucléaires iraniennes « serait l'envoi de la première année irresponsable d'Obama aux oubliettes et transformerait la scène politique intérieure» à son avantage. Avec une seule action, il pourrait à la fois protéger les Etats-Unis d'un ennemi dangereux et remanier la lutte pour l'élection. «Ce serait mettre de côté l'assistance médicale, inviter les Républicains à travailler avec les Démocrates, faire hurler les militants politiques actifs sur internet , inciter les indépendants à se réexaminer, et faire tomber les conservateurs en pâmoison. »

Comme la popularité d'Obama est tombée à -4,4 pour cent et que les élections arrivent dans moins d'un an, son incitation à bombarder l'Iran a considérablement augmenté, une question discutée publiquement par une gamme de personnages hauts en couleur, à la fois Américains ( Sarah Palin, Pat Buchanan, Dick Cheney, Ron Paul, Elliott Abrams, George Friedman, David Broder, Donald Trump) et non Américains (Mahmoud Ahmadinejad, Fidel Castro). Le système de santé publique, l'emploi et la dette offrent au président peu de consolation, la gauche est déçue, et le vote indépendant est à gagner. Les escarmouches actuelles sur les sanctions et les drones [les avions espions sans pilote] pourraient être simplement une façon de détourner l'attention; une attaque contre les installations iraniennes aurait probablement lieu dans la première moitié de 2012, pas trop clairement près des élections américaines.

En conclusion: Khamenei et Obama peuvent se causer mutuellement des ennuis. S'ils le faisaient, l'Iran et l'Irak joueraient un rôle démesuré dans l'élection présidentielle, en continuant à jouer leur unique rôle qui dure depuis trente ans , celui de « tar babies » [du nom de ces poupées collantes qui symbolisent] les situations épineuses de la politique américaine.

Thèmes connexes:  Irak, Iran, Politique étrangère américaine Il est permis de reposter ou de faire suivre ce texte pour autant qu'il soit présenté dans son intégralité et accompagné de toutes les informations fournies à propos de son auteur, de sa date et son lieu de publication et de son URL originale.

Pour vous inscrire ou pour annuler votre inscription à cette liste, veuillez vous rendre sur http://fr.danielpipes.org/subscribe.php
   (Daniel Pipes diffuse ainsi des extraits de ses écrits en moyenne une fois par semaine.)

DanielPipes.org

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article