Terrorisme: "Ils partent avec leur chèque de Pôle emploi pour faire le jihad" - RMC Maxime Ricard

Publié le 25 Janvier 2015

Invitée de Jean-Jacques Bourdin ce mardi, Natahlie Goulet, présidente centriste de la commission d'enquête du Sénat sur l'organisation et les moyens de lutte contre les réseaux jihadistes en France et en Europe, est venue présenter ces propositions quelque peu radicales en matière de lutte contre le terrorisme.

Après le drame, voici venu le temps de l'analyse et de la compréhension. La semaine dernière, la France a été frappée de plein fouet par une série d'attentats qui ont fait 17 morts. Les réactions politiques se sont enchaînées et si aucune décision n'a été prise dans l'urgence l'arsenal antiterroriste devrait certainement être prochainement enrichi.

Pour autant, Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orne et présidente centriste de la commission d'enquête du Sénat sur l'organisation et les moyens de lutte contre les réseaux jihadistes en France et en Europe, a plaidé samedi pour qu'il n'y ait pas de "loi nouvelle" sur la sécurité après ces attentats. Invitée de Jean-Jacques Bourdin ce mardi, elle déclare: "Ce qu'il faut comprendre c'est que nos services sont asphyxiés par une avalanche de dossiers. Ils sont débordés par cette nouvelle vague de jihadistes et doivent donc priorisés".

"Il y a un manque de moyens"

Elle estime aussi : "Il y a un manque de moyens évident en homme et en matériel. On manque aussi de coordination entre les services." Pour Natahlie Goulet, l'une des premières choses à faire est "de réformer la loi informatique et libertés pour améliorer les fichiers parce que c'est le renseignement qui nous sauvera et non la multiplication des commissions de loi".

Qu'entend-elle par améliorer les fichiers? "Les croiser, par exemple avec Pôle emploi. Je reviens de la frontière syrienne où on m'a expliqué que les terroristes partent avec leurs chèques de Pôle emploi pour aller faire le jihad. Ils font un aller-retour en onze mois pour aller récupérer leur chèque et ensuite repartir".

"Former les imams"

Autre "urgence" ciblée par la sénatrice sur RMC, "il faudrait, sur la base du fichier des délinquants sexuels, la création d'un fichier recensant ad vitam aeternam toutes les personnes qui ont un lien direct et indirect avec le terrorisme car on ne peut pas demander aux autres de laver notre linge sale si nous on ne peut pas les arrêter en même temps". Dans Bourdin Direct, Nahalie Goudet fait une autre proposition; "il faut créer des écoles afin de former les imams et que les prêches soient dits en français. Il faut véritablement organiser l'Islam de France car ce n'est pas au nom de Bouddha que ces gens assassinent. C'est un sujet auquel on n'échappera pas".

Pour elle, "il faut donc absolument que le ministère de l'Intérieur embauche des imams, les fonctionnarise, les paient. (Ce qui serait illégale. Nous n'avons pas besoin de fonctionnaires imams improductifs et payés avec l'argent des contribuables. C'est bien une réaction de centristes inconscients et toujours dans l'accommodement raisonnable, celui qui tue les Nations)

Il faut au moins qu'une partie soit dans l'administration afin de valider les aumôniers envoyés en prison car le problème de la radicalisation en prison est extrêmement important".

******

A mon humble avis, c'est l'islam qu'il faut contrôler, expurger le coran de son discours de violences antisémites et chrétiennes, intégrer les droits des femmes. Il faut remettre à niveau ce discours ségrégationniste, intrinsèquement violent, fascistes qui sépare les hommes des femmes, les musulmans des non-musulmans. La racine du mal est dans le Coran et les haddits.

Soit les musulmans acceptent comme la majorité d'entre eux le font, les lois de la République, soit ils partent dans l'un des 57 pays musulmans qui applique la charia. En effet, ce ne sont pas des Bouddhistes qui commettent des attentats partout dans le monde. 24 800 environ à ce jour depuis le 11 septembre 2001.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article