Terrorisme, violence islamique: Le tapis algérien...

Publié le 3 Juin 2014

Ce que j'imaginais dans mon précédent article se réalise. C'était tellement prévisible que je suis écoeuré que cela puisse tout de même se faire. Meidhi le tueur de juifs et d'innocent à Bruxelles, en victime de la société. Comment peut-on dire autant de débilités.

Gérard Brazon

Nouvelles de France

Mehdi Nemmouche

On se souvient des autorités belges niant que l’attentat du 24 mai à Bruxelles soit antisémite.

On se rappelle les communiqués du CRIF et de la LICRA, sans parler du MRAP (Mouvement de réhabilitation des Arabes palestiniens) parlant ou sous-entendant qu’il s’agissait d’actes néo-nazis donc commis par des Toubabs (Blancs).

On a même insinué, notamment chez les mutins de Panurge adeptes du camerounais M’bala M’bala et du communiste Soral, que les victimes étaient des agents secrets du Mossad israélien.

Aujourd’hui, après le travail remarquable de nos forces de sécurité incriminant une humaniste originaire d’outre-méditerranée, Mehdi (« le Bien guidé » en arabe, ça ne s’invente pas) Nemmouche, certains passent au plan B. On est bien contraint d’admettre qu’il s’agit d’un Français « de papier », originaire d’un pays dont nous nous sommes débarrassés en 1962, mais c’est une victime de la société, victime expiatoire du racisme « françaoui ».

Le HuffPost (Anne Sinclair ndlr Gérard Brazon) nous explique qu’il était sans domicile fixe, qu’il a été condamné « dans une affaire anodine de conduite sans permis », pour souligner l’acharnement de la justice, et qu’il « niait farouchement avoir commis les faits » .

Une erreur judiciaire, je vous dis ! Slate nous parle, avec des sanglots dans la voix (qu’on imagine), d’un criminel qui est un « jeune homme sans ressources », sans se demander comment cet individu peut passer sa vie à voyager sans travailler s’il n’a pas des ressources inavouables (drogue, trafics divers, subventions de nos alliés des Emirats). « Une enfance difficile, mais un jeune homme intelligent » ajoute RTL info Belgique, en notant que « Mehdi Nemmouche n’avait pas eu une vie facile ». « Il a été placé très jeune et s’est retrouvé à la rue à l’âge de 17 ans. » Comment rester de marbre devant tant de souffrance !

Me Soufila, son ex-avocate, précise qu’il « n’a pas su trouver dans la société la solution à ses difficultés ». RTL fait dans le mélodrame : « sa famille (celle du tueur bien sûr) est sous le choc ».

Bref ! La politique de la poussière sous le tapis (algérien).

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

philo 03/06/2014 19:20


Peut être que le hasard ou une autre raison, fera que des journalopes et des socialauds bobo ou quelqu'un de leurs proches se trouvent directement concernés par cces assassins. Ils comprendront
peut être alors mieux. C'est ce que je leur souhaite très fortement, nous pourrons alors constater si leurs réactions restent les mêmes, celles qui consstent à victimiser les azssassins et à
mépriser les victimes. 

L'EN SAIGNANT 03/06/2014 19:04


Il paraît que c'est un français .... ? Une Chance de la FRANCE ...? . Eh bien MERDE .!


Ou en sommes nous arrivés et, comment  va-t-on encore voir la FRANCE se  fourvoyer .... ? 


Il n'y a plus que ces ABRUTIS de JOURNALEUX et SOCIALOS  pour en sortir de telles .!

Pivoine 03/06/2014 18:40


Pour autant, ça ne suffira pas pour que les pro-immigration ouvrent les yeux sur le danger d'une immigration musulmane ! Ils en redemanderont toujours +, jusqu'au jour où ils en seront les
victimes !

marco 03/06/2014 17:39


Et quand bien même il aurait été SDF a l'age de 17 ans ,?beaucoup d'autres le son et ne deviennent pas des assassins.Il a déjà fait de la prison ce qui démontre s'il en était besoin qu'il avait
verser dans la délinquance depuis un certain temps.Je ne pardonne pas a cet individu qui n'a rien fait pour s'intégrer il faudrait pouvoir le pendre pour le punir de ses crimes (j'assume mon
propos).