Théorie du genre: des indéterminés et des médiocres.

Publié le 9 Septembre 2013

Source  Royalistes de l'Ouest

Si le désespoir reste en politique une sottise absolue, l’acharnement idéologique face aux lois naturelles l’est tout autant, voir même davantage. Nier la nature humaine, gommer l’altérité sexuelle au profit d’un égalitarisme aveuglé, voilà pourtant le nouvel axiome gouvernemental, ce cheval de bataille qui s’annonce, porté par deux ministres en particulier Najat Vallaut-Belkacem et Vincent Peillon.

 

Insidieuse et masquée depuis quelques années, l’expansion de la théorie du Genre au sein même des institutions françaises s’était dévoilée par l’adoption du texte de loi ouvrant la voie au « Mariage » pour tous. Depuis, force est de constater la recrudescence de déclarations fleuves, d’arguties en sophismes grotesques de nos gouvernants socialistes… « Education à l’égalité des genres », « reconnaissance d’un troisième sexe indifférencié », ces mots vont désormais orner les manuels scolaires français, formant nos jeunes têtes blondes aux errements intellectuels dramatiques des rejetons spirituels de Judith Butler.

 

Un récent rapport de l’Inspection Générale de l’Education Nationale interpellait d’ailleurs le ministre Peillon, souhaitant que « les stéréotypes de genre soient déconstruits et mis à distance ». Et cette volonté nihiliste sera également portée par la ministre Belkacem qui, loin de défendre les véritables « droits des femmes », s’ingéniera à défendre ces « ABCD de l’égalité », vastes fumisteries sans nom payées aux frais du contribuable…

 

Même la nation teutonne semble céder aux coups de butoirs, ouvrant dès novembre 2013 le droit à un « troisième sexe indéterminé », pour les nouveaux nés aux caractéristiques sexuelles ambigües. Aujourd’hui basé sur une anomalie biologique, demain sur un aspect psychologique ? Oui, la patrie de Bismarck est tombée bien bas… Madame Beate Schücking, recteur de l’Université de Leibzig, peut jubiler : n’appelait elle pas à un « langage non sexiste, n’usant que de formes neutres » ? Grotesque, assurément.

 

Comme le dit dans un récent article le député Bernard Debré :

 

« L’école française va mal. Celles et ceux qui en sortent, pour beaucoup, ne savent ni bien lire, ni bien écrire. [...] L’excellence est bannie. L’égalitarisme est la panacée ; tous pareils, tous médiocres, il ne faut pas que les dons de certains s’expriment, il ne faut pas qu’une tête émerge. Les lycées d’excellence disparaissent.

 

Voici maintenant un autre but qui semble apparaître : la déconstruction sexuelle ! Dès le plus jeune âge, il faut que les enfants se déconstruisent. Il n’y aura plus de petit garçon et de petite fille, il y aura des « on », car les pronoms “il” ou “elle” sont sexués. Après avoir fait des médiocres, voici qu’il faut faire des « indéterminés ». Cette théorie est absurde, mortifère et dangereuse. »

 

 

Vigilance devra assurément devenir le maître mot de tous les français doués d’un minimum de bon sens : vigilance face aux inepties du Genre, vigilance face à la médiocrité intellectuelle, vigilance face aux manigances gouvernementales.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 09/09/2013 17:44


Les Bons s'en foutent! Ils se tirent....


On refera le bon saucisson sec et la rimaille de qualité ailleurs...(Canada?)


Par contre pour les Grands Crus ça va pas être cotton...

mika 09/09/2013 17:25


Peillon recadre Belkacem... Encore un Couac !


 


https://www.youtube.com/watch?v=GDdr86LUl4k