Thonon-les-Bains : les parents d’élèves se soumettent au ramadan Par Gérard Brazon

Publié le 15 Juillet 2014

Gérard Brazon interview3 Par Gérard Brazon

pascalramadanTout s’achète, tout se vend, tout se brade.

Nous vivons une époque où les valeurs sont à géométrie variable, en fonction du temps et des petits intérêts. Nous vivons dans une République laïque et pourtant, les Français ne savent plus trop ce que signifie laïcité. Les politiciens aménagent le discours, laissent construire des mosquées aux frais des contribuables, fête des ruptures de jeûnes et l’Aïd chaque année. Les Français, après avoir subi sans réaliser, acceptent sans même comprendre. Ils acceptent cette islamisation la plupart du temps, quand ce n’est pas une participation au nom du pragmatisme comme à Thonon les Bains ! Pauvre France.

La fête de fin d’année à l’école de Vongy était organisée ce vendredi 27 juin, à partir de 15h30. Une fête qui initialement avait été programmée le samedi 28.

« Nous l’avons décalée à cause du ramadan et cela n’a posé aucun souci », assure Nicolas, membre de l’association des parents d’élèves. « On a fait ça dans un esprit de cohésion pour que personne ne se sente lésé », renchérit Stéphanie, la présidente de l’APE. Le jeûne du ramadan doit en effet commencer demain samedi ou dimanche (cela n’a pas encore été tranché).

Le ramadan intégré en profondeur dans les esprits des Français d’en bas. Des règles alimentaires et vestimentaires acceptées de fait par eux. Et ce n’est pas fini…

Qui sont les coupables, les responsables dénoncés par les politiques ? Ce seraient à leurs yeux, et principalement, ceux qui dénoncent cette islamisation rampante des esprits Français. Ce sont eux qui sont accusés d’extrémismes, de fascisme rappelant les heures les plus sombres…

L’islam fait parti du roman de la France dit sans honte le triste sire Cazeneuve, ministre de l’intérieur.  Il est vrai qu’après Poitiers, l’islam a continué ses ravages dans le Sud de la France… Son roman s’est continué à travers les razzias diverses et surtout les captures d’esclaves sur les côtes de France, mais pas seulement. C’est un roman noir ! Une verrue sur notre sol de France.

Pourquoi vouloir inclure ces envahisseurs, ces barbares dans notre roman national français. Doit-on parler de communauté commune en parlant de cette religion mortifère. Ou alors à la manière d’un homme qui se bat contre son cancer ! Est-ce que cela fait partie de son roman ? Celui de sa vie d’autrefois, saine ! Avec une différence de taille tout de même, qui est que nos politiciens-médecins considèrent la chimio ou la radiothérapie comme des ennemis de notre roman national.

Alors donc, des parents d’élèves trouvent tout à fait judicieux et sans incidence particulière de repousser la fête de l’école pour que le ramadan soit respecté ? Non, ce n’est pas la bonne réponse disent-ils. C’est tout simplement une question de recette ! Pas celle du couscous ! Une question de fric, un retour sur investissement pour l’association des parents d’élèves !

« Le but du jeu, pour l’association des parents d’élèves, c’est de ramasser des sous. Si tout le monde n’avait pas pu manger, cela aurait été dommage ». La fête de l’école est, en effet, l’occasion pour l’APE de récolter de l’argent grâce à la vente de saucisses, merguez, boissons et pâtisseries.

« Le Messager » dhimmisée ne se pose pas la question de savoir si tous ces victuailles étaient halal, mais pour ma part, je n’ai aucun doute. Si cette association, pour mieux vendre ses saucisses avance la date de sa fête pour se conformer au ramadan, on peut imaginer facilement que celles-ci étaient halal.

Rien qu’à travers ce modeste article dans un journal de Province nous sommes informés de l’état avancé de la maladie. L’islamisation avance sur tous les terrains, dans chaque espace, dans le moindre village à coup d’abandon de la laïcité, de marchandage, de compromis et d’infos télévisées comme sur France-Télévision qui nous explique ce qu’est le ramadan et les buts « humanistes » de ce jeûne. Plus un mot sur les meurtres commis de par le monde par cette religion qui enseigne ce ramadan…

Bien entendu, pas un mot non plus sur le coût de ce ramadan si ce n’est pour les comptes de la Sécurité Sociale suite aux arrêt maladie pour « fatigues ». Rien non plus sur la baisse de productivité des entreprises. Pas un mot sur les dégâts causés sur la santé des musulmans eux-mêmes.

Ainsi donc, après un mois de mai au ralenti, le ramadan s’installe en ce mois de juillet, et puis viendra le mois d’Août. C’est la nouvelle France au travail, celle des Français dhimmisés, celle des associatifs qui se vendent pour quelques saucisses… halal.

A l’école du Morillon, la fête avait également été organisée ce vendredi après-midi à la place du samedi initialement prévu.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article