Tueurs de flics: des "Français de papiers" condamnés! Est-ce suffisant?

Publié le 8 Juillet 2010

            Lorsque je parle de ces Français de papier  c’est de ces personnes là que je parle. Ils sont condamnés et c’est tant mieux.

           Je pense à ces hommes, ces policiers qui se trouvaient en face de ces tueurs. Ils étaient en mission. Ils n’étaient pas mobiles comme eux. Ils ne pouvaient pas s’échapper ni physiquement ni aux ordres qui étaient de ne pas bouger. Cela faillit aller jusqu’à ce que mort s’en suive.

          Ils n’étaient pas dans la Garde Impériale, ce n’était pas Waterloo, il n’y avait de Cambronne parmi eux pour dire Merde à l’assaillant. C'était Villiers le bel! En face des tueurs de flics.

          Ces policiers ont eu peur, des hommes ont été blessés, gravement dans leurs corps et leurs esprits. Ces hommes sont différents aujourd’hui. Certainement encore blessés au plus profond de leurs êtres.

 

Alors, nous dit le Parisien :  

La cour d'assises du Val-d'oise a condamné cette nuit les tireurs de Villiers-le-Bel à des peines de trois à quinze ans de prison. Le verdict est tombé à 2 h 15 après six heures quinze de délibéré. La décision a été accueillie par les cris et les pleurs des proches, dans un climat extrêmement tendue. L'émotion était palpable cette nuit dans la salle des pas perdus ainsi qu'à la sortie du palais de justice de Pontoise. A 3h30, aucun incident n'était à déplorer et le calme était revenu.
Abou Kamara a été condamné à quinze ans de réclusion criminelle pour avoir tiré sur les policiers lors des émeutes des 25 et 26 novembre 2007, et son frère, Adama Kamara, à une peine de douze ans de réclusion criminelle. Agés de 29 ans, tous les deux avaient été désignés par l'accusation comme les meneurs. Vingt ans de réclusion criminelle avaient été requis à leur encontre.

Ibrahim Sow, 26 ans, a écopé d'une peine de neuf ans d'emprisonnement. La cour n'a pas retenu la tentative de meurtre à l'encontre de Maka Kante, 23 ans, condamné à trois ans de prison pour port d'arme de 4e catégorie. Quinze ans de réclusion criminelle avaient été requis contre ces deux accusés. Samuel Lambalamba, 24 ans, poursuivi pour avoir fourni un fusil à pompe et des munitions aux tireurs, a été condamné à trois ans de prison, contre sept requis.

 

C’est le prix à payer et je trouve qu'il n’est pas très élevé au fond. Pour la plus lourde peine, 15 ans, c’est dans 8 ans qu’Abou Kamara sera dehors par le jeu des remises de peines s’il n’est pas idiot. Ces remises de peines auxquelles les futurs jurés devraient tenir compte dans leurs délibérés. Son frère Adama sera sortie dans six ans et les deux autres seront dans la cité de Villiers le Bel accueillis en héros pour les fêtes de fin d’année de 2011.

Ces Français de papiers ne devraient plus avoir de papiers tout simplement. Mais Nicolas Sarkozy ne veut plus de la double peine. Dont acte. Pourtant, ce sont des tueurs de flics et je ne comprends pas ces déclarations d’avocats.

Des avocats de la défense qui avaient réclamé l'acquittement de leurs clients, jugées depuis le 21 juin pour tentative de meurtre en bande organisée sur des policiers, excusez du peu. Ainsi que pour détention et port d'arme prohibés.

Je m'attendais à ça, (sic)  un verdict se respecte, mais je ne peux pas l'accepter (...) a réagi Maitre Morad Falek à la sortie du tribunal.

Une peine qui révolte (sic)  dit l'avocat d'Adama Kamara, Michel Konitz, même s'il s'attendait à une condamnation. Je suis déçu. (resic)  C'est bien le procès de la banlieue, tout ce dossier a reposé sur les témoignages sous X en voulant démontrer qu'à Villiers-le-Bel, on ne peut pas parler. C'est un cercle vicieux.

En attendant, ces hommes, ces témoins sous X se sont défilés au derniers moment parce qu’ils ont eu peur pour leur vie. Mais ça ne dérange pas ces avocats. En fait, ce n’est pas qu’ils défendent l’indéfendable qui me gène le plus c’est les discours de sortie de tribunal.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article