Toulon : Un Gaulois allume un vigile maghrébin qui trouvait son épouse « incorrectement vêtue»

Publié le 29 Juillet 2012

Mauricette Lajoinie - Riposte-Laïque

Mardi 24 juillet, à 13 heures 45. Je vais faire mes courses à Intermarché, à Toulon. J’ai 67 ans, je me sens fatiguée, il fait une chaleur caniculaire. Je passe devant un agent de sécurité, de type maghrébin. Il me fixe d’une manière qui ne me plaît pas, et m’oblige, sous le poids de son regard à baisser les yeux. Il a une trentaine d’années, et est très athlétique. Il mesure environ 1,85 m, et doit peser au moins 100 kg. Je ne sais pas pourquoi, je sens qu’il va se passer quelque chose, avec cet agent de sécurité, et je décide de rester à une dizaine de mètres de là, pour observer la suite.

Je ne suis pas déçue. Arrive deux minutes après moi un couple qui paraît d’origine européenne. Lui a une cinquantaine d’années, et on sent qu’il a dû passer quelques heures dans les salles, car les muscles dépassent sous son maillot. Il est accompagné d’une femme superbe, ils vont d’ailleurs très bien ensemble, physiquement. Elle a une très belle silhouette, est vêtue d’un pantalon taille basse très moulant, de couleur pistache, qui s’arrête sous les genoux, et d’un débardeur vieux rose avec deux bretelles fines, qui s’arrête un peu au-dessus de son nombril. On lui voit donc environ entre cinq et dix centimètres de peau. Bronzée, c’est vraiment une belle femme, et j’avoue me poser la question : l’agent va-t-il la laisser entrer ainsi, ou bien va-t-il y avoir embrouille ?

Les faits me donnent raison, je vois l’agent de sécurité qui vient vers eux, et une conversation que je sens animée commence.

Je m’approche discrètement, sentant qu’il va se passer quelque chose. Je vais essayer, de mémoire, de vous restituer le dialogue.

Le vigile s’est mis devant le couple, faisant barrage, avec son corpulence, à leur entrée.

Le vigile : Monsieur vous ne pouvez pas entrer, il faut être habillée correctement.

Le mari : Quoi je ne suis pas correctement habillé ? Que reprochez vous à ma tenue vestimentaire?

Le vigile : Ce n’est pas vous c’est votre femme. Madame, vous ne pouvez pas entrer, il faut être habillée correctement.

La femme : Et alors, vous voulez dire que je suis vêtue incorrectement.

Le vigile : Madame, votre tenue n’est pas autorisée dans ce magasin.

Le mari : Mais enfin, Monsieur, que reprochez vous à la tenue vestimentaire de ma femme ?

Le vigile : Monsieur, il y a un règlement…

Le mari : Quel règlement ? Allez me le chercher !

La femme : Chéri, viens, on s’en va.

Le mari : Non on s’en va pas je veux savoir ce que monsieur reproche à ta tenue et voir le reglement en question qui stipule que le débardeur est interdit  et depuis quand.

Le vigile hésite, dit qu’il n’a pas le règlement sur lui, mais que sa femme ne peut pas entrer.

Le mari : Dites-nous, votre règlement, cela ne serait pas la charia, des fois ? Vous préféreriez que ma femme soit voilée, ou qu’elle porte un niqab, c’est cela ? Si c’est  le cas VOTRE réglement j’en ai rien a faire et encore moins à m’y plier.

Je vois le vigile qui met la main sur le bras du mari, et lui dit :

Vigile : Monsieur, il ne faut pas prendre les choses ainsi…

Je sens la tension à son comble, et crains qu’un coup ne parte. Mais je vois dans les yeux du mari une détermination sans faille, et une grande confiance en lui, quant à l’affrontement physique. Je vois son regard se durcir, et je l’entends dire :

Le mari : Vous retirez votre main vite fait, vous ne me touchez pas…

Tout le monde entend les propos, mais personne n’ose bouger, ni intervenir.

Devant la détermination du mari, le vigile retire sa main se pousse, et laisse passer le couple, dont la femme parait mal à l’aise. Je ne sais pas pourquoi, je sens que l’affaire n’est pas terminée, et qu’il va y avoir une deuxième manche.

Je devine une discussion entre le mari et son épouse. Celle-ci voudrait faire ses courses, et j’entends l’homme dire qu’il est hors de question qu’il laisse un seul euro dans ce magasin de c…

Le couple se dirigeant vers la sortie, le vigile, sans doute vexé de la première partie de l’affrontement, tente de revenir à la charge.

Le vigile : Ce n’est pas bien d’être raciste, monsieur…

Le mari s’arrête net se retourne en direction du vigile (parlant très fort) : Qu’est-ce vous venez  me parler de racisme ? C’est  vous qui nous agressez et comme je me laisse pas faire vous venez nous sortir le couplet du racisme. J’ai parlé de religion de merde, qui commence à faire chier tout le monde en France. Jusqu’à preuve du contraire une religion, ce n’est pas une race, alors ne me faites pas ce coup là à moi. Ce n’est pas encore une religion qui dictera le code vestimentaire de ma femme et l’empêchera  se vêtir comme elle le veut surtout que sa tenue n’a rien d’incorrect  dans un pays occidental développé qui plus est sur la côte varoise en plein mois de juillet où tout le monde est en short et en tongs.

Le vigile, l’œil mauvais, tourne les talons, et s’éloigne.

Tout le monde, à la caisse, majoritairement des personnes âgées, baissait la tête, et regardait leurs chaussures, comme s’ils avaient honte de la réaction du mari.

C’est alors que ce dernier s’est adressé à nous en nous demandant si nous n’avions pas honte d’accepter de se laisser bouffer comme ça chez nous par des gens qui n’ont qu’une idée en tête imposer leur religion,  ça commence par des petits détails comme celui là encore 10 ans et vous aurez tous le c.. en l’air.

Moi-même, je suis restée discrète, mais j’avoue que si j’avais croisé le regard du mari, je lui aurais fait un clin d’œil. Grâce à lui, j’ai été de bonne humeur le reste de la journée. Il en faudrait tellement des comme lui. Par ailleurs, je me pose une question : ce vigile aurait-il empêcher une Belphégor d’entrer, surtout en plein ramadan ?

Mauricette Lajoinie

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

jeanhaimard 02/08/2012 11:49


Les vigiles    on peut les faire courir comme des tapettes

island girl 30/07/2012 12:34


Bravo..il faut boycotter les super marchés qui ont des vigiles africains .

Epicure 29/07/2012 14:49


Mais tout le monsde, y compris Lajoinie, a fermé sa gueule....


Bravo les Français Courageux et Démocrates sic


Il y en a eu UN....c'est à peu près la proportion qu'on peut attendre d'un peuple de nouilles...
Le Patron du super marchéet les employés Chefs de quelque chose ils étaient où?


Quand on flinguera les youtres dans la rue, vous regarderez ailleurs, comme en 42?

LA GAULOISE 29/07/2012 12:27


                                         
BRAVO MONSIEUR !  ENFIN LES GAULOIS SE REVEILLENT. ALLEZ  FRANCAIS:DEBOUT !!!!!!!  CE PAYS EST A NOUS ......!