Toulouse: Imbroglio autour de l'organisation d'un meeting pro-palestinien

Publié le 8 Décembre 2012

L'ombre de Mohamed Merah, l'homme qui a tué sept personnes en mars dernier avant d'être abattu par la police, plane sur un meeting pro-palestinien qui doit se tenir samedi à Toulouse, au grand dam des organisations juives.

Le meeting intitulé «Palestine vaincra», organisé par un collectif toulousain, Coup pour Coup 31, devrait finalement avoir lieu au local du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) en présence d'Abu Sami, membre du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), un groupe radical. Cette réunion publique devait dans un premier temps se tenir à l'université Toulouse Le Mirail, dans la ville où Mohamed Merah avait tué quatre personnes de confession juive, après avoir exécuté trois soldats à Toulouse et Montauban.

«Ce n'est pas digne d'une université française»

Mais, sous la pression du recteur d'académie, Olivier Dugrip, le président de l'université, Jean-Michel Minovez, a été contraint jeudi d'annuler cette manifestation. Le rectorat d'académie de Toulouse a expliqué vendredi avoir été alerté par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). «Le recteur, après avoir reçu des informations du Crif et de divers mouvements politiques, a pensé que ce meeting présentait des risques à l'ordre public», dit-on. «Par ailleurs, étaient invités à participer des représentants de mouvements considérés par l'Etat français comme des mouvements terroristes», ajoute-t-on.

La présidente du Crif Midi-Pyrénées, Nicole Yardeni, a salué la décision du rectorat. «Nous n'avons pas été les seuls à nous émouvoir de la présence d'un terroriste dans une université française. Ce n'est pas digne d'une université française», explique t-elle. Les Jeunes Populaires de l'UMP avaient eux aussi demandé l'annulation de la réunion.

Dans un communiqué, les organisateurs «s'indignent des pressions faites (...) par le Crif pour faire interdire une réunion de soutien à la résistance palestinienne» et dénoncent «d'autres tentatives pour assimiler le soutien aux Palestiniens à de l'antisémitisme». Le collectif Coup pour Coup 31 est soutenu par diverses organisations politiques et syndicales, dont la Ligue des droits de l'Homme, Europe Ecologie-Les verts, le NPA et le Parti communiste français. Le maire de Toulouse, Pierre Cohen, a exprimé «sa totale confiance dans la décision prise par les autorités concernées d'interdire toute manifestation qui viendrait troubler l'ordre public, dans le respect absolu des principes républicains».

Avec Reuters

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Marie-claire Muller 08/12/2012 18:16


Le maire tient à sa réélection et est d'accord!!!Ce n'est pas un foudre de guerre il est socialiste,c'est à ça qu'on les reconnait les socialos(voir Ayrault)

DURADUPIF 08/12/2012 17:26


Ô Toulouse mon païs. Le Maire soulève une paupière !