Tournons la page et travaillons à la reconquête par Jean-François Touzé, Président des Nouveaux Républicains

Publié le 18 Juin 2012

par Jean-François Touzé, Président des Nouveaux Républicains.

Une longue, bien trop longue séquence électorale s'achève. Il n'était que temps. Malheureusement conforme à ce que, dès le 6 mai, la logique institutionnelle et la mécanique du fait présidentiel pouvaient nous laisser prévoir, le sort de ces Législatives donnent à la gauche une assise solide et au PS une majorité absolue. La vague rose que nous redoutions est bien là (?) et la droite essuie une défaite bien plus sévère encore que celle de 1997. (Il n'y a pas eu de vague rose sauf la concrétisation d'un système électoral inique. ndlr Gérard Brazon)

Désormais, les socialistes détiennent donc tous les pouvoirs. La gauche pourra, dans ces conditions, mettre en oeuvre ses projets les plus funestes à l'heureuse exception près, toutefois, mais de justesse, de ceux qui nécessitent une majorité des 3/5ème au Congrès.

Elu, par inadvertance le 6 mai, François Hollande disposera pourtant, pour cinq longues années et sans que les Français qui se sont massivement abstenus ne l'ait vraiment voulu, (Contradiction avec la vague rose. ndlr Gérard Brazon) des moyens nécessaires à sa politique si bien sur, il est permis d'appeler ainsi son non-projet pour une non-France dans une non-Europe et un monde nié.

Il nous faut avoir une pensée pour ceux qui ont rendu cette victoire totale de la gauche possible.

Merci à tous ceux qui, le 22 avril et le 6 mai sont resté chez eux. merci à tous ceux qui, par détestation de Nicolas Sarkozy, ont fait la fine bouche et jouer les "malins". Merci à tous ceux qui ont suivi les consignes du vote blanc/rose données par Marine Le Pen pour le second tour de la Présidentielle et pour ses attaques incessantes contre notre camp. Merci à François Bayrou. Merci aux abstentionnistes de droite. La France socialiste vous est reconnaissante. Le nouvel Etat PS sait ce qu'il vous doit. 

ET maintenant?

Au moment où l'Europe est menacée d'explosion, où la crise des dettes étend ses ailes ténébreuses toujours plus près de nous, où la compétitivité de la France se réduit comme peau de chagrin, où l'ordre public et l'intérêt du Pays exigent de nous hauteur de vue et refus des jeux partisans, où notre identité nationale et républicaine se lézarde, c'est à une véritable reconstruction que nous devons travailler.

Il serait, dans ces conditions, inacceptable que notre camp s'abandonne, une fois de plus aux jeux délétères de la partisannerie. Nous formons donc avant tout le voeu que la droite ne sombre pas dans les prochains mois à ses tropismes diviseurs ni à ses querelles d'ambition.

C'est un processus de reconquête que nous devons, en effet, entamer. Un processus qui, sauf évènements considérables qui viendraient hâter le calendrier, sera nécessairement long et difficile.

Cette reconquête se fera bien sur à partir du groupe parlementaire que formeront les députés de la droite républicaine qui devront s'opposer aux projets létaux que ne manqueront pas d'inscrire à l'ordre du jour de l'Assemblée le gouvernement socialiste, et aux amendements de surenchère que défendront les plus radicaux.

Mais c'est aussi en retrouvant en nous mêmes la force de nos convictions et de nos valeurs que nous nous engagerons sur le chemin du renouveau.

Ces valeurs sont celles d'une droite patriote, libérale, républicaine, européenne et occidentale aussi éloignée des idéologies mortelles d'une gauche qui n'a rien appris, rien compris, rien retenu de ses échecs passés ni de ses folies qui ont, par deux fois, en trente ans, manqué de peu de conduire la France dans le gouffre, que d'un populisme nationaliste anti libéral, anti européen, anti occidental, "anti-système" c'est à dire au final anti républicain. (Autant je partage la première partie, autant je suis inquiet de la deuxième partie qui augure mal de l'idée de recomposition de la droite.Ndlr Gérard Brazon)

Pour ce qui nous concerne, nous considérons que le Front National qui, en incitant ses électeurs à battre Nicolas Sarkozy, puis, malgré les simagrées, les manoeuvres, les chantages auxquels s'est livrée Marine Le Pen pendant toute la campagne de l'entre -deux tours des Législatives, en participant largement à la défaite de la droite ne peut être un partenaire. (Ce qui exclut pour ma part que je sois un partenaire  des "Nouveaux Républicains" Ndlr Gérard Brazon) Il est désormais pour nous, compte tenu de sa stratégie et du projet qu'il porte aujourd'hui, un adversaire au même titre que la gauche qu'il rejoint sans cesse et avec qui il partage en bien des points une même conception de la société et du monde. (Comportement à la manière de Bayrou qui n'aménera nulle part et fera les délices de la gauche. Ndlr Gérard Brazon)

Mais durant tous ces mois qui vient de s'écouler il a été trop, bien trop question du FN. Bien plus que sa véritable place, marginale sur l'échiquier national, ne devrait nous y conduire. Avec un député et demi, puisque le très halluciné Gilbert Collard n'en est pas membre, le parti que préside Marine Le Pen ne peut être considéré comme une force décisive. Il ne suffit pas, en effet, de clamer sa puissance de tribunes en plateaux télés, pour qu'elle devienne réalité. Une fois de plus, tout est dans Kipling: "nous sommes les rois de la jungle, les plus sages et les plus forts, criaient les Bandar-log.  Nous le disons tous, aussi ce doit être vrai".

L'essentiel est bien sur ailleurs. L'essentiel, comme toujours, est dans les cimes, là où il nous fait nous élever maintenant pour que vienne à s'exercer demain l'impératif du rassemblement pour le salut public. Il nous faut donc réfléchir, proposer, agir.

Réfléchir à ce que sont les principes et les valeurs de notre droite en ce début de vingt et unième siècle, à ce que devra être demain un Etat relevé aux Institutions retrouvées, un Etat rétabli dans son autorité et ses fonctions régaliennes, à ce que doit être demain notre société de libertés à ce que doit être notre avenir européen dans le renforcement de nos alliances occidentales.

Proposer les éléments nécessaires aux réformes courageuses qui devront demain, lorsque nous serons aux affaires, conduire à une vraie libération des énergies par la flexibilité de l'emploi, la baisse des charges, l'encouragement à l'initiative et à la responsabilité de chacun, au retour de la sécurité, à la maîtrise des flux migratoires, à la reconstruction de l'autorité de l'Etat, au rétablissement de notre outil de Défense, à la constitution d'une Europe politique, au renforcement de nos solidarités occidentales.

Agir pour imposer nos idées dans le champ publique par la participation aux élections, en particulier les Municipales de 2014, et par l'animation militante, en étant pour la droite française en même temps qu'un aiguillon, une valeur ajoutée.


Voila la feuille de route des Nouveaux Républicains pour les deux ans à venir. Mais nos ambitions ne se limitent bien sur pas à ces deux années. Elles sont plus grandes, plus profondes, plus essentielles. Car viendra ensuite le temps d'un autre combat. Un combat auquel nous devons nous préparer et auquel, à vrai dire, nous nous préparons depuis toujours.

C'est bien dans cette perspective qui n'est rien d'autre que la bataille pour le relèvement du Pays que nous appelons au rassemblement.

Jean- François TOUZE 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

yves IMBERT 18/06/2012 21:26


Normal de la part du communiste BRAOUZEC, un  adorateur de marx puis de staline dont on connait l'influence des idées sur  100 millions  de morts à travers le monde


Pour ce personnage l'idéologie montante qui se rapproche le plus de cette idéologie qui n'a rien à envier au Nazisme , c'est l'islamisme


 

Marie-claire Muller 18/06/2012 15:39


Si on n'était pas convaincus de la collaboration active de certains élus de gôche avec les isalamistes et les soi disant palestiniens  la lettre d'un élu du front de gôche démontre bien que
nous sommes dans de sales draps avec des représentants de cette racaille au pouvoir:


Patrick BRAOUEZEC s'adresse à vous





Écrit par Administrator   




Jeudi, 14 Juin 2012 12:32








Madame, Monsieur, cher ami,
Le 17 juin a lieu le second tour de l’élection législative. J'ai souhaité vous donner les raisons de l’importance de voter pour ma candidature.


Vous savez combien je combats l’islamophobie et la stigmatisation de l’Islam et des musulmans qui n’ont qu’un seul objectif : diviser les habitants de nos villes en
fonction de leurs croyances et de leurs origines. Jamais je ne tomberai dans ce piège qui revient à condamner une religion quelle qu’elle soit. Les religions ont toutes le droit de
s’exercer librement dans le cadre de notre République laïque.

J’ai voté contre la loi sarkozyste instituant l’interdiction du port de la burqua qui n’était rien d’autre qu’une grossière manipulation.

Pour ma part, j’estime que la diversité de la population fait la force de la nation française et de nos villes. Ce mélange d’origines, de cultures est une des richesses de la France qui a
su, au cours des siècles, s’enrichir de ces différences. Vivre ensemble en bonne intelligence c’est se comprendre et se respecter. Nos trois villes de Saint-Denis, Pierrefitte et
Villetaneuse sont la preuve que c’est possible et souhaitable.

J’interviens sans relâche à l’Assemblée pour les droits des peuples et singulièrement pour ceux du peuple palestinien. Vous connaissez mon engagement pour la
reconnaissance de l’État palestinien et le droit à la sécurité de tous les États de cette partie du monde. C'est à ce titre que j'ai le soutien de Leila Shahid.

Lors de mes séjours en Palestine, j’ai été bouleversé par les injustices et les privations subies par les Palestiniens. Je suis intervenu à plusieurs reprises à l’Assemblée nationale pour
la reconnaissance de l’État palestinien.

En accueillant en mairie de Saint-Denis, le jeune franco-palestinien, Salah Hamouri qui vient de passer sept ans dans les geôles israéliennes, j’ai voulu réaffirmer les
droits de ce peuple martyre à la liberté.

Soyez convaincu que réélu député, je continuerai à porter haut toutes ces valeurs de tolérance, de justice et de liberté. Les droits républicains doivent être les mêmes pour tous les
habitants de ce pays. Personne ne doit rester au bord du chemin.

Je vous adresse, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Patrick BRAOUEZEC
Député de Saint-Denis, Pierrefitte et Villetaneuse




Gérard Brazon 18/06/2012 18:17



rien que cette phrase est à vomir: "Pour ma part, j’estime que la diversité de la population fait la force de la nation française et de nos
villes. Ce mélange d’origines, de cultures est une des richesses de la France"



Mascara83 18/06/2012 14:25


Je partage l'article de marco, en effet, l'Europe est, malheureusement condamnée à court terme... Bien que les gauchos ont voté  et approuvé X décisions avec l'UMPS, ils vont , dans peu de
temps nous raconter que c'est la faute de N.S. alors, qu'ils se sont alliés à divers votes de l'ancien Président de la République. Comme ils ne pourront  réaliser leurs promesses tenues lors
de leurs meetings et, notamment, ceux faits sous serment par F. Hollande aux Français!  Alors, ils trouveront, bien évidemment un prétexte en nous déclarant: qu'ils ont trouvé les caisses
vides, et à nous, de nous serrer la ceinture d''un cran supplémentaire. Par contre, les sans papiers sans aucune formation, , etc, etc...recevront ttes les aides + la nationalité Française.
J'espère que l'UMP qui a tant "cogné" sur le FN, devra composer avec ce parti, si'ils ne tiennent pas à disparaître définitivement de 'échiquier politique", cpte-tenu de la perte de plusieurs de
leurs MAMMOUTHS !!!   les amis de M. COPE devront méditer lors de leurs prochaines analyses concernant leurs résultats pitoyables...

Gérard Brazon 18/06/2012 18:18


Je partage...


marco 18/06/2012 11:56


Je ne vois pas beaucoup de différence entre la politique de droite et celle que veut faire la gauche,d'un commun accord elle se servira de la France comme tremplin pour faire de l'europe,et nous
serons toujours les dindons de la farce.C'est bien facile de dire que MLP a eu tord d'appeler a  une abstention alors que c'est faux,Quel choix avait le peuple Français ?faire élire le
bouffon Mélenchon ?que nenni ma foi,ou alors avoir un gouvernement de cohabitation ?pourquoi pas?mais voilà,la droite a tellement trahie ses idéaux et les Français que la réaction ne s'est pas
fait attendre:dehors la droite.Quand au FN,il a été tellement diabolisé qu'il ne revient pas assez vite dans la sympathie des gens.Attendons nous a des moments difficiles,on est
prévenus,mais,avions nous le choix? ?