Tout va bien en France? Encore un coup de l'extrême droite!

Publié le 4 Août 2011

INFOGRAPHIE - Dans un rapport édifiant, Tracfin, la cellule de renseignement financier, insiste sur la forte hausse des fraudes sociales.

À l'occasion de ses vingt ans d'existence, Tracfin a vu le nombre de ses saisines augmenter de 12% l'année dernière pour atteindre 20.252 signalements. La cellule de renseignement financier dresse dans son rapport annuel un tableau édifiant de la face obscure de l'économie française. Elle a transmis 404 dossiers à la justice en 2010, portant sur un montant de 524 millions d'euros. 

 

 

• Détournement massif de prestations d'organismes sociaux

Les fraudes aux différentes branches de la Sécurité sociale ont pris des formes industrielles dans notre pays. Servant à alimenter en partie l'économie souterraine, ces détournements entrent, selon Tracfin, «dans le nouveau champ d'intervention du crime organisé». Le rapport décrit notamment une tentaculaire magouille fondée sur la technique de «comptes de collectes» au préjudice de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV): des prestations sociales ont ainsi transité sur 17.000 comptes pour être reversées au profit d'une centaine de «collecteurs». Une partie des fonds a filé vers des centrales d'achats basées à l'étranger. En deux ans, le préjudice a été estimé à 30 millions d'euros. Au niveau national, le ministère du Travail estimait, en 2009, le montant de la fraude sociale entre 5 milliards et 8 milliards d'euros.

• Mise en place de réseaux d'«entreprises de blanchiment»

L'année dernière, Tracfin dit avoir «détecté l'existence de plusieurs réseaux de financement de filières d'immigration clandestine et de travail illégal» mis en place par des bandes issues de la criminalité organisée. À la manière de la mafia italienne, le grand banditisme a investi certaines branches lucratives. Les experts ont ainsi mis en lumière un «système occulte de collecte de fonds entre de nombreuses entreprises du BTP et un grand nombre de sociétés de téléphonie». En contrepartie de chèques émis au bénéfice de ces dernières, des sociétés du bâtiment récupèrent des espèces pour payer une main-d'œuvre clandestine.

• Retour des grandes escroqueries liées à la spéculation financière

Évoquant un «contexte de déréglementation et d'innovation financière», le rapport a relevé l'année dernière la montée en puissance «d'escroqueries aux placements financiers reposant notamment sur l'exercice illégal de la profession de banquier». Des arnaques identiques à celle mise sur pied par Bernard Madoff, condamné à cent cinquante ans de prison en 2009, ont été observées. Baptisée «pyramide de Ponzi», cette chaîne frauduleuse consiste à rémunérer les placements de premiers épargnants par les seuls fonds apportés par les nouveaux investisseurs. Ce schéma, fondé sur un effet «boule de neige», vole en éclats quand la crise entraîne des défauts de paiement en série. Tel un jeu de dominos, les clients se retrouvent ruinés les uns après les autres.

• Hausse des abus de faiblesse

«Vol, extorsion de fonds, procuration frauduleuse, signature forcée, héritage anticipé, prélèvements indus de biens ou d'argent…»: reprenant le constat établi par le Médiateur de la République le 3 février dernier, la cellule gouvernementale insiste sur la maltraitance financière. «Phénomène peu connu en France et en forte hausse», il concerne en majorité des victimes de plus de 70 ans, un tiers étant nonagénaires. Le plus grand nombre d'affaires a été relevé dans les zones rurales de l'Ouest et du Centre de la France. Dans une affaire sur trois, les suspects figurent parmi les gens de maison, jardiniers ou auxiliaires de vie. Des employés de banque et des commerciaux indélicats ont aussi été épinglés. Un dossier sur deux porte sur des montants inférieurs à 100.000 euros.

• Financement du terrorisme

Prenant la forme d'opérations «ponctuelles, fractionnées et de faible montant» (inférieures à 1000 euros), ces flux financiers irriguant des mouvances terroristes échappent souvent à la vigilance des pouvoirs publics. Tracfin, qui a cependant transmis six «notes d'information» à la justice en 2010, estime que le «milieu associatif», les «petites entreprises» ainsi que les particuliers représentent les «principaux acteurs» susceptibles d'alimenter les activités des poseurs de bombes. Selon ces experts, le «caractère atypique des flux analysés met en exergue un risque terroriste».

Par Christophe Cornevin
GRAND REPORTERLE FIGARO

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Claude Germain V 04/08/2011 12:35



Cher Colbert ,vous tombez à point justement ,nous n'avons plus de marine ,le Colbert à la ferraille , le Clemanceau idem ,le Charles de Gaulle en cata complete ,car on n'a meme pas été foutu de
faire un porte avions à l'image de son Nom , pour tout dire la cata meme dans ce secteur ,que faut'il faire pour se redresser ??? etes vous le Messis ou son representant ??? au secours !!!! .....



Colbert 04/08/2011 12:23



Dans une société normalement constituée, le client est roi : Celui qui paye A TOUS LES DROITS (dans la mesure du raisonnable, bien sur)...


Avec la complicité de nos "zélites", seul le droit de payer nous est garanti, quant aux autres droits, ils se restreignent comme peau de chagrin (Liberté de penser, de communiquer, gestion de la
sécu, etc...).


A contrario, ceux qui ne payent rien, mais qui savent EXIGER, voient leurs droits augmenter de jour en jour !


La droite, la gauche nous ont montré leur incompétence (leur complicité, voire leur trahison ?).


Il faudra essayer une autre voie, totalement différente, en espérant ne pas être déçu, une fois de plus


Français, mes potes, faites le bon choix en 2012 !!!



Claude Germain V 04/08/2011 09:30



Monsieur Germon ,ne vous faites pas de souçis , il y a un livre paru il n'y a pas longtemps sur ,entre autre ,les maires les villes et communes de France qui ont collaboré ou qui collaborent plus
ou moins à la destruction de notre civilisation a travers des détournement illégaux de sommes faramineuses à des "pseudos associations ".Les auteurs n'ont pas été inquiété les dates ,chiffres et
autres escroqueries vols et abus ont été prouvés et démontrés .


Laissez faire ,cette fois çi d'autres on fait le travail tranquillement .


Et comme l'état est complice de cette destruction entre autre de la loi 1905 ,malheureusement ,personne ne sera inquiété ,car si la justice était appliquée ,la réhabilitation de Cayenne
necessiterait au minimum 10 fois plus de surface .Meme l'Ile du diable ( hélas temoin de drames épouvantables ) serait bien trop petite .


Bien à Vous



Claude Germain V 04/08/2011 09:19



Bonjour..


Sur le dernier paragraphe "'financement du terrorisme" l'auteur oublie également les supers caisses noires ,voire les distributions ou disparitions occultes de sommes énormes venant de divers
syndicats vers .......................????


Ou l'inverses, les sommes également importantes distribuées par des moyennes ou grosses entreprises à divers syndicats ,pour obtenir la paix sociale .Une part de cet argent disparait à son tour
vers les associations X ou Y .....et l'état ou les tribunaux n'ont pas l'air d'aller jusqu'au bout des enquetes ....pour quelles raisons .....??? de toutes les façons la majorités de celles çi
sont stoppées sur ordre ??? peut etre ....


Le temps effaçant tout ,les scandales s'envolent en tourbillionant comme les feuilles mortes ............et le bon peuple saturé de nouvelles et de souçis ne prete plus attention à ces truandages
organisés .



germon 04/08/2011 09:09



Voilà une occasion de création d'emplois: former des contrôleurs sur la "gestion" des organismes sociaux qui dispensent l'argent des contribuables à tour de bras sans vérifier les identités des
"bénéficiaires" ; il faut s'occuper aussi des largesses de certaines Mairies pour des associations douteuses et il en a; je ne peux ici en donner les noms vu la propension de celles-ci à déposer
plainte.