Trafic de faux papiers : 5 ans de prison?

Publié le 15 Septembre 2012

Pas de soucis, avec le jeu des remises de peines cette "richesse de la France" sera dehors dans moins de 2 ans. Juste de quoi faire connaissance avec les radicaux musulmans et autres et se faire un carnet d'adresse. Quant à ceux qui sont condamnés à moins de deux ans, grâce à Madame Rachida Dati, ils n'iront même pas en prison. 

Gérard Brazon

*** 

Vingt-trois personnes mêlées à l'un des plus gros trafics de faux papiers démantelés en France, impliquant un agent du consulat d'Algérie à Bobigny et une employée de la préfecture de Paris, ont été condamnées aujourd'hui à Lyon à des peines allant de 8 mois à 5 ans de prison.


Hocine Serrar, "organisateur au sommet d'une des deux filières" identifiées, selon le procureur, a écopé de 5 ans de prison, dont un an avec sursis, et d'une amende de 30.000 euros.

La femme employée de préfecture, qui avait avoué avoir facilité la délivrance de passeports afin d'aider financièrement sa soeur handicapée, a été condamnée à deux ans de prison, dont un avec sursis.

L'agent du consulat d'Algérie, qui avait admis avoir accéléré le traitement de dossiers, a été condamné pour sa part à 18 mois de prison, dont 12 mois avec sursis. Pour l'ensemble des prévenus, des peines de 2 à 6 ans de prison avaient été requises lors de l'audience qui s'était tenue au début de l'été.

Des faux papiers établis sur la base de documents authentiques

Le tribunal correctionnel de Lyon a systématiquement condamné ces personnes à un an de prison supplémentaire en cas de "prise de nom d'un tiers". Il a en revanche prononcé des relaxes concernant la participation à une association de malfaiteurs, qui était vivement contestée par les avocats de la défense. Le président avait souligné à l'ouverture du procès avoir des doutes sur l'identité de 21 prévenus, dont la moitié étaient d'ailleurs absents.

La particularité de ce dossier est que les faux papiers étaient souvent établis sur la base de documents authentiques. L'affaire avait démarré à la mi-2008 par un appel anonyme à la police de l'air et des frontières de Lyon, dénonçant un Algérien chez qui des extraits d'actes de naissance portant 15 identités différentes avaient été retrouvés.

Les enquêteurs ont mis au jour deux filières travaillant depuis plusieurs années de façon coordonnée et ayant constitué des centaines de dossiers pour l'obtention de passeports français, au nom de ressortissants français d'origine algérienne, morts ou en vie, avec des identités véritables ou imaginaires. Des liens avec l'Algérie, le Royaume-Uni et la Suède avaient été démontrés.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

jp 15/09/2012 13:10


quelle comédie,justice??EXPULSION AVEC INTERDICTION DE REMETTRE LEUR BABOUCHE SUR LE SOL DE FRANCE.

DURADUPIF 15/09/2012 12:46


Toujours à la marge tous ces trafics, drogues, papiers, argents. Cela n'impacte pas l'immigration clandestine, cela n'impacte pas le multicuturalisme, cela n'impace pas l'islamisation de la
France, cela n'impacte pas l'antisémistsme, cela n'impacte les attentats des personnes, des biens, des lieux de culte et des cimetières catholiques et judaïques, cela n'impacte pas les belphégors
et les carnavals dans nos rues? Bref cela n'impacte rien. Venez braves gens, trafiquez, trafiquez il en restera toujours quelque chose pour nos descendants!