Transparence tarifaire des banques.

Publié le 6 Juin 2012

Le Figaro

L'UFC-Que choisir lance un outil sur Internet qui recense les tarifs de 126 banques. Ces dernières n'ont pas respecté leurs engagements en matière de transparence tarifaire, estime l'association de consommateurs.

Estimant que les banques ne jouent pas encore complètement le jeu de la transparence tarifaire, l'UFC-Que choisir a lancé mardi un comparateur de frais sur Internet, se voulant «totalement indépendant et exhaustif». Son objectif est de permettre aux consommateurs de choisir l'offre la plus adaptée à leurs besoins. Et de changer d'établissement le cas échéant (pour l'heure 7,5% des clients changent de banque tous les ans).

Ce comparateur, accessible sur le site Internet de l'association, recense les tarifs de 126 banques sur toute la France, qu'elles soient en ligne ou qu'elles disposent d'un réseau d'agences. Gratuit jusqu'au 12 juin, il sera ensuite réservé aux abonnés du site de l'UFC-Que choisir (4,5 euros par mois). Il fonctionne à partir de huit profils prédéfinis (classés par tranche d'âge et type d'utilisation des services bancaires). Mais, il est aussi possible de personnaliser sa recherche afin d'obtenir un résultat plus précis. «Le consommateur pourra déterminer s'il a intérêt ou non à prendre un “package” (une offre avec plusieurs services) et il aura une décomposition du tarif final pour chacune des banques du classement», a expliqué Alain Bazot, président de l'association.

Services inutiles

D'après l'UFC-Que choisir, les banques n'ont pas respecté tous les engagements de transparence tarifaire pris en septembre 2010. Parmi ceux-ci figuraient notamment une meilleure lisibilité des tarifs et l'obligation de faire figurer, sur le relevé mensuel de compte envoyé aux clients, le total mensuel des frais. Or, selon l'association de consommateurs, sur 300 tarifs contenus dans les plaquettes des établissements, seuls 42 termes ont jusqu'à présent été harmonisés, dont 28 sur les frais.

Les banques s'étaient aussi engagées à mettre en place «une nouvelle génération de forfaits personnalisables par le client». Mais, là encore, dans de nombreux établissements (à l'exception de LCL et de la Bred), ces forfaits comprennent toujours des services inutiles (chèques de banques, assurances, magazines) et chèrement facturés. De son côté, la Fédération bancaire française (FBF), a indiqué que «les mesures d'amélioration tarifaire sont en place» et que plus de 90% des termes concernant les opérations courantes ont été harmonisés.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article