Trappes: la guerre de positions en peaux de Panthère. Par Gérard Brazon

Publié le 24 Juillet 2013

Gérard-France Par Gérard Brazon

Ce qui se passe à Trappes n'est que le début de ce qu'avait annoncé Guillaume Faye, un écrivain réaliste qui fût à l'origine de mon changement d'opinion politique. En le lisant, je comprenais que toute ma vie j'avais cru aux discours du  "vivre ensemble", de "l'amitié entre les peuples", du regard sympathique sur toutes les cultures, sur toutes les religions. Le temps est passé  et j'ai désormais retiré mes lunettes de la bien pensance. J'avais compris que ce penchant humaniste me faisait tomber dans le camp des idiots utiles, des imbéciles bienheureux et que je devais être plus vigilant face à la montée d'un danger islamique qui utilise ce penchant, partagé par bien des français. Non les français ne sont pas des "racistes", des "fascistes", des "salauds de blancs", des "franchouillards bas du plafond", "ras du front", des héritiers des heures les plus sombres  aux odeurs forcément nauséabondes, mais des citoyens qui ont un sens de l'humain et qui sont généreux. Profondément généreux. Suicidairement généreux.

A travers Guillaume Faye et d'autres auteurs par la suite,  j'ai réalisé bien des manipulations dont nous fûmes tous victimes. Nous voilà donc et désormais, à ce qu'ils avaient imaginé, voire prédit: La guerre des peaux de panthères !

Ces centaines d'espaces de non droit. Des lieux ou la République ne peut plus aller, ou la police est interdite d'accès quand ce n'est pas tout simplement les pouvoirs politiques. Ces pouvoirs exercés un temps par la droite molle, trop lâche, trop timorée, trop préoccupée par les élections, comme aujourd'hui par ceux de la gauche "humaniste"  mais surtout totalitaire et anti franchouillard", ayant tous renoncé à la continuité des pouvoirs policiers et judiciaires sur l'ensemble de l'espace national. Ce personnel politique élu, a perdu le sens des responsabilités de représentant du peuple de France tant sa vision est brouillé par l'idée que le France n'existe plus et ne serait plus qu'une province européenne à charge pour tous les français de le comprendre dans la joie ou la douleur. Il se trouve que c'est dans la douleur ! De plus en plus vive d'ailleurs. Il s'avère que le français, que le personnel politique juge  trop idiot sans doute, se réveille avec une formidable gueule de bois. Il se retrouve, il réagit par secousse, comme un convalescent qui constate sans trop y croire encore, les dégâts commis par les anesthésistes de droite et de gauche. Il a perdu de la mobilité, il n'est plus maître chez lui. Il réalise que d'autres souhaitent le dépouiller de ce qui lui reste d'autonomie. L'envie de se battre viendra c'est une évidence.

Des territoires entiers échappent à la justice. Manuel Valls et Christiane Taubira ne sont que les derniers maillons d'une chaîne d'abandon. Police sous le collier d'une justice. Justice sous l'emprise de politiciens parvenus au pouvoir par l'intermédiaire du mensonge et du calcul politique. De Pompidou à Hollande, ce ne fût qu'une longue descente aux enfers. A petites touches, par la culpabilité permanente, par la repentance distillée à dose infime puis à grand coup de marteau, les français ont fini par être assommés. L'immigration incontrôlée est en train de faire le reste. Renaud Camus avec raison parle d'immigration de repeuplement.

Trappes est une ces étapes d'éveil qui signalent à la "patiente" France, que des territoires ne sont déjà plus sous son contrôle. Du bateleur, Nicolas Sarkozy qui a autorisé  un CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) dont les statuts ignorent  l'égalité des droits de la femme, la libre pensée, la libre expression et celle de la conscience, à un triste François Fillon qui inaugure la Mosquée d'Argenteuil avec une gamine de six ans entièrement voilée, jusqu'au pseudo "matamore" Manuel Valls qui  va de rupture de jeûne en rupture de jeûne pour complaire. La liste est longue de cet "aplaventisme" devant une immigration essentiellement islamisée qui construit peu à peu des territoires régis par la charia. (Lois islamiques). Le réveil est pénible, douloureux et la réaction sera sans doute violente. Il n'y a que les médecins à la Molière qui s'imaginent que tout va bien.

Il y aurait bien une solution ! Retrouver le bon sens.

Comprendre avant qu'il ne soit trop tard qu'il faut, de gré ou de force, réinvestir ces zones de non droit. Cela passe par la "réoccupation publique" des lieux. Par le nettoyage à grande eau, par la libération des milliers de familles misent sous tutelle (halls occupés par les dealers, surveillance des poubelles lors du ramadan par les milices intégristes, etc.), par l'éclatement des bandes, par la mise à l'écart des plus corrosifs, des chefs de bandes, par une lutte sans merci contre la prédication dans les Cités et les prisons, par l'autorité et la force si nécessaire, sans recul, sans discussions stériles,  par une laïcité sans appel, par l'application sans faiblesse de la loi, rien que la loi, toute la loi. Cela nécessitera des moyens, des renégociations de traités européens liberticides pour la nation France, in fine. Qui aura donc ce courage. Qui voudra faire passer l'intérêt général, celui de la France et des français avant le sien?

Sinon, nous irons vers des conflits à la manière de la Yougoslavie. Personne ne peut le souhaiter.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Banro 25/07/2013 22:12


Tout à fait d'accord avec vous Gérard.


Au cours de ma carrière professionnelle j'ai beaucoup voyagé en afrique noire et du nord. C'est là que j'ai appris ce qu'était le racisme anti-blanc et, par voie de conséquence, je suis devenu
raciste à mon tour ! J'ai pourtant fait des efforts envers ceux que je prenais pour des modérés, mais ils m'ont déçu ! Alors il ne faut plus me parler de l'islam, jamais les islamistes ne
pourront s'intégrer à notre société.

mika 24/07/2013 20:05


2006 Guillaume Faye, la colonisation de l'Europe-


https://www.youtube.com/watch?v=Q1VnqBJOoPI