Troy Davis est mort cette nuit - par Gérard Brazon

Publié le 22 Septembre 2011

A l’heure où j’écris, Troy Davis a probablement été exécuté. Qui est Troy Davis ?  Pour ceux qui ne sont pas encore - par je ne sais quel miracle - touchés  par l’information :

ATLANTA (Reuters) - Troy Davis, un Afro-Américain de 42 ans, devrait être exécuté mercredi par injection létale, la justice de l'Etat de Géorgie ayant refusé de le gracier.Condamné à mort pour le meurtre d'un policier en 1989 à Savannah, en Georgie, Troy Davis est devenu un symbole de la lutte contre la peine capitale

Je suis contre la peine de mort ! Celle-ci me révulse et je sais pourtant que bon nombre de mes lecteurs ne partagent pas cette révulsion. Parfois même, ils souhaitent qu’elle soit de nouveau placée au sommet de la pyramide des peines. Cette fameuse hiérarchie des peines qui s’est effondrée au fur et à mesure des différentes réformes qui depuis Robert Badinter jusqu'à Rachida Dati ont eu pour effet de réduire les peines de prison et de faire que in fine celles inférieures à deux ans ne soient pas effectuées. Est-ce un progrés? sûrement pas! 


Troy Davis est sûrement mort et son exécution aura soulevé dans le monde occidental un vent de protestations. Qu'en est-il en réalité ? Un véritable souffle de protestations  ou un simple alizée ? C’est toute la magie de l’info-Intox   qu' "Amnesty Internationale"  peut parfaitement  mettre en scène. Cette même organisation qui ne proteste pas lors de l’exécution d’une femme en Arabie Saoudite en public. Une femme mise à genoux au milieu d’une rue et décapitée au cimeterre. (voir la vidéo sur ce blog).


Aucune protestation non plus pour ces jeunes filles pendues par le régime Iranien pour soi-disant adultère. Rien non plus pour ces homosexuels également pendus pour avoir voulu vivre leur sexualité. Rien jusqu’à aujourd’hui pour Asia Bibi, rien pour les condamnés chinois et la liste est longue de ces condamnés à mort dont notre bonne presse bien pensante ne dit pas un mot !  C’est la Chine qui exécute le plus dans le monde suivi de l’Iran et de l’Arabie Saoudite dans des proportions infiniment bien plus importantes que les Etas-Unis. Mais qui le dit en France ?


A l’heure où j’écris, Troy Davis est sûrement mort et je le regrette vraiment. Cela faisait vingt ans qu’il était dans le couloir de la mort. A attendre son exécution à ne pas imaginer le mois prochain, l’année prochaine, à ne pas avoir d’avenir. Pendant vingt ans, cet homme a vécu en sursis.


En France, nos bien pensants parlent de double peine, protestent au moindre durcissement de la loi. Aux Etats-Unis, les peines sont effectuées ! Même celle de la peine de mort ! Même vingt ans après. Ils auront tué un homme de quarante deux ans qui en avait vingt deux lorsqu’il fût condamné ! Je trouve cela effarant.


Vraiment, nous vivons dans des mondes différents : Les Etats-Unis, l’Europe, la Chine  et l’Arabie Saoudite. Mais pourquoi ne parle-t-on que des Etats-Unis. C’est la question que je pose à chaque exécution ! Parce que ce pays est démocratique ?  Qu'il ouvre ses portes y compris celles des couloirs de la mort ! C’est le seul qui le fait d’ailleurs.


Vous l’avez compris et sans doute, vous ne partagez pas mon sentiment hugolien ! Mais je veux être honnête avec moi-même ! Je suis contre la peine de mort même si je comprends la vengeance. Oui, un homme, une femme dont on a assassiné l’enfant, la chair de sa chair, le sang de son sang, ne peut être que dans le sentiment de vengeance. Hormis peut-être les religieux issus du pardon.


Cette vengeance, ce désir de vengeance  je le comprends et même je l’admets. Mais la peine de mort exécutée  vingt ans après, c’est un meurtre.  Un meurtre légal mais un meurtre !


Je revois encore cette pauvre femme à genoux attendant, la peur au ventre, le coup de cimeterre fatal et écoutant les commentaires autour d’elle.


Même policée comme aux Etats-Unis, l’exécution froide est une horreur qui ne rendra jamais rien à personne. Même pas le soulagement à la  famille du policier blanc que Troy Davis aurait assassiné il y a vingt ans ! Je dis "aurait" car l'erreur est humaine, l'erreur judiciaire également.


Sept des neuf témoins de l'accusation se sont rétractés depuis son procès et les partisans de l'abolition estiment que la justice américaine est sur le point d'exécuter un homme dont la culpabilité n'est pas certaine.

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

rosalie 22/09/2011 19:12



Moi aussi je serais capable de faire du mal à celui qui touche à un de mes proches mais tout de suite sans jugement. On ne peut pas accepter que certaines personnes dites intelligentes
décident de donner la mort à quelqu'un sans être certains qu'il soit coupable. Ce n'est pas le même chose.



island girl 22/09/2011 19:05



Je suis pour la peine de mort,et absolument capable de la donner à celui qui toucherait à l'un de mes proches.



rosalie 22/09/2011 18:53



Tous les massacres sont des horreurs mais ici il s'agit d'une justice qui tue de sang froid sans avoir la certitude de la culpabilité de cet homme. C'est inacceptable. On pourrait éventuellement
l'accepter de sauvages incultes, mais pas de la part de personnes supposées intelligentes représentant la justice de leur pays. Troy Davis n'a jamais pu obenir la révision de son procès qu'il
demandait depuis des années. Des zones d'ombre existaient concernant son éventuelle culpabilité et des témoins s'étaient rétractés. Moi qui aime les Etats Unis, je hais cette amérique là et
j'espère que notre pays ne reviendra jamais en arrière sur la peine de mort.



francis Claude 22/09/2011 11:31



paix a son ame!!!!mais attendre 20 ans c'est un peu long...



Gérard Brazon 22/09/2011 15:10



C'est surtout un meurtre légal! Aucune personnalité est identique à 20 ans de différence. Troy Davis mort cette nit n'avait probablement plus rien à voir avec le Troy d'il y a 20 ans! Sans
compter l'erreur judiciaire irréparable dans le cas d'un exécution! Bien à vous Francis.



Epicure 22/09/2011 09:27



Le parti pris de nos Penseurd, qui ne font et ne décident jamais rien de toute leur vie, sauf passer quelques brillants examens, est sidérant.


Plus sidérante encore est l'insuffisance et le délire de la procédure pénale américaine qui rend posssible, avec paradoxalement une enquête double (Défence et Accusation )   des
erreurs  judiciaires avec absence de Preuves(!) Ce qui serait davantage Français avec la'intime Conviction...
Justice aberrante oscillant entre l'abstention ou l'excès.


La Cour Suprême marquée à gauche actuelllement, a statué cependant dans le sens le plus incompréhensible.....Mystère...



Colbert 22/09/2011 08:50



C'est terminé pour ce bonhomme. Mais que d'articles, que de bruit, pour un noir américain (coupable ou non).


Pendant ce temps, au moyen orient, on massacre des centaines de chrétiens dans la plus totale indifférence et la plus totale impunité !


Où exactement, situons nous l'horreur ?