Tu l'as voulu mais à quel prix! par Nobeline. Préface Gérard Brazon

Publié le 7 Mai 2012

Nul ne peut savoir désormais où la France va aller. Les islamistes peuvent pavoiser, cuire leur merguez halal, les mosquées vont fleurir et l'islam va s'étendre comme un incendie. La gauche est folle et ce n'est pas nouveau! La droite est idiote et nous le savons. Que reste-t-il à cette France? Les français qui ont voté Hollande ne sont pas tous à gauche et même, je le pense, il y en a beaucoup qui ont voté Marine Le Pen au premier tour. Ils ont voté Hollande en faisant le pari d'un pourrissement plus rapide. C'est un pari qui n'est pas gagné loin de là.

La droite en éclatement? Oui pourquoi pas! C'est le pari d'une autre frange des électeurs du Front National qui ont suivi en celà, la déclaration de Marine le Pen. Pour ma part, c'était physiquement impossible! La gauche au pouvoir me rend malade. Ecouter la bobo Josiane Balasko m'a fait vomir. 

Alors quoi? Les français sont des veaux, Déjà dit et par d'autres plus prestigieux. Je crois que les français croient aux miracles, à l'homme providentiel ! Hollande en Napoléon, ou en de Gaulle? Quelle rigolade mesdames et messieurs. Hollande héritier de Mitterrand? Lequel? celui de l'Action Française? celui de la francisque? Celui de la collaboration? Celui de la IViéme république? Le fossoyeur de la France? Quelle pitié que ces français oublieux, ignorants, incultes !

Il reste à se rassembler. Il reste à voter aux législatives pour des candidats vraiment de droite, fière de leur pays et qui ne ressembleront en rien à des Juppé et autres Raffarin, héraults de la droite molle! Cette engeance négative.

En attendant, voici un article de Nobeline qui fait un parallèle entre la France et la Grèce.

Gérard Brazon

*****

Par Nobeline

Deux séismes politiques viennent de secouer l’Europe ce dimanche soir du 6 mai 2012, qui restera dans les annales du processus d’arabisation du bassin méditerranéen.

Tandis que la Grèce éjectait, sans parachute, la gauche socialiste des commandes du pays, la France appelait à son secours cette même gauche plurielle et multiethnique et lui déroulait le tapis rouge à l’Elysée.

Plusieurs points communs sont à relever dans le passé récent et l’avenir proche de ces deux peuples.

Les premiers, après plus de deux ans d’une guerre monétaire qui les opposait à l’Europe Unie, les laissant appauvris, dans un sursaut du désespoir ou d’honneur, ou des deux à  la fois, ont élu le parti de la droite nationaliste qui rendra, certainement, à son peuple, dignité et identité perdues, à défaut de leur redonner les moyens de vivre au lieu de survivre.

A l’inverse, les seconds, en France, viennent de remettre en selle un parti de gauche, moribond depuis 30 ans, qui n’a pas su évoluer avec son temps.

Par défaut.

Oui, par défaut, car c’est, en fait, la droite dite classique qui, par son rejet des 20% d’électeurs de la droite républicaine et nationaliste, a poussé la France dans cette direction. Un rejet qui lui vaut d’être, aujourd’hui, en retrait des grandes décisions, comme pour se protéger de l’avenir trop sombre qui lui serait imputé et dont elle ne voulait pas être jugée responsable.

Ces Français qui voyaient, d’un œil assez distrait, la Grèce s’enfoncer dans la misère et la révolte, viennent de sceller leur sort qui sera identique à celui des Grecs.

Ces deux pays européens n’auront plus leur place dans une Europe  Unie. A moins que l’éclatement de l’Europe unie ne survienne très rapidement, offrant, alors, un mince espoir aux peuples des « pays membres ». Membres, non… prisonniers de leur monnaie unique serait plus juste. 

Les Grecs, hier soir, ont rejeté l’ultime odieux chantage qu’ils subissent depuis trois ans de Bruxelles et du FMI :

« Vous votez comme nous le voulons bien ou nous ne vous « prêtons » pas les onze milliards, supplémentaires aux quelque 300 ou 400 autres milliards, que nous vous avons déjà donnés. »

« Si vous ne votez pas comme nous vous l’imposons, vous sortez de notre clan et vous crèverez plus vite, sans notre assistance respiratoire. »

Conscients de leur déchéance et ne pouvant pas descendre plus bas, les Grecs ont joué leur vatout. Ils ont eu raison.

Mourir pour mourir, autant mourir sur le champ d’Honneur.

Cette échéance inéluctable vient de s’annoncer pour la France avec le vote du 6 mai. Le tout est de savoir si elle tiendra la distance.

Ces cinq prochaines années verront les Français s’appauvrir jusqu’à demander l’aumône « aux grands d’Europe », c’est-à-dire l’Allemagne.

A l’image de la Grèce, son peuple au désespoir élira-t-il ceux qui lui rendront identité, honneur et fierté ? Ce n’est même pas certain !

Mais il sera, néanmoins, beaucoup trop tard pour redresser la barre de ce bateau ivre qui navigue entre deux eaux, avec un lest de milliers de milliards de dollars qui l’entraîne par le fond.

Mille huit cent vingt-cinq jours, c’est très long. Avec une dette (à ce jour !), de mille huit cent-vingt milliards, il nous faudrait rembourser - sans plus emprunter – un milliard/jour, pour refaire surface.

L’Europe nous imposant un quota d’immigrés « légaux » auquel s’ajoutent tous les illégaux qui s’infiltrent par les frontières « Schengen » et par la Grèce, en particulier, notre avenir ressemble à s’y méprendre à celui des Grecs. Trop de bouches à nourrir, plus de travail, plus d’argent, conduiront le nouveau président à revoir la Constitution qui ne nous sera en rien favorable.

Oui, hier soir, nos deux pays, la Grèce et la France viennent de sceller leur sortie du monde européen, leur sortie du monde occidental.

Il reste que, par leur positionnement, ces deux pays viennent de faire trembler l’Europe et, au-delà, le Monde… de la finance.

La réplique à cette secousse ne se fera pas attendre. Elle sera à coup sûr, plus forte que le séisme. Avec les raz de marée qui ne manqueront pas de les engloutir.

Sonnez le tocsin. L’heure n’est pas à la fête.  Séisme politique en Grèce, l'austérité rejetée, les néonazis au parlement

 

La politique d'austérité menée en Grèce depuis deux ans sous la pression des bailleurs de fonds internationaux du pays a été massivement censurée dimanche aux législatives par les électeurs qui ont pulvérisé les positions des deux partis tenants de la rigueur et envoyé des néonazis au parlement.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Claude NOYE 07/05/2012 23:05


J'encourage vivement les lecteurs de ce blog qui veulent comprendre comment risque d'évoluer la situation à lire de toute urgence l'ouvrage de G. Lenotre  (de
l'Académie française) "La Compagnie de Jehu".......  ou pour ceux qui s'intéressent à la seconde guerre mondiale le documentaire de Frank Capra sur Pearl
Harbor (les événements qui ont précédé plus exactement....)  Une fois que vous aurez bien prix connaissance de ces deux "matériaux" vous serez exactement à quoi vous en tenir ... car
les faits passés peuvent mettre en lumière les faits futurs et sans aucun passé .... plus aucun futur ...


VIVE LA FRANCE ! 

Gérard de Blotzheim 07/05/2012 16:43


Il y a deux années environ, je t’écrivais Gérard : « je ne pense pas que ce soit avec des
milliers et des milliers de pages, des jours et des jours d’explications qu’une grande partie de notre société COMPRENDRA ».


Loin de mon propos de prétendre maitriser la complexité et les mystères de l’ADN, immuable depuis notre venue sur terre, là se trouve une
réponse.


Le monde environnemental de l’homme a toujours influencé la destinée de son futur-existentiel. Non, pas des mots en tape à l’œil, mais le
doigt pointé sur une source récente cause de la dégénération mentale humaine dans le domaine de l’observation et de l’analyse que le citoyen porte devant certaines abominations réelles et
présentes.


Il n’y a pas longtemps encore, la religion avait fortement œuvré en tant que guide assermenté pour dicter au commun des mortels sa conduite.
Aujourd’hui ce sont les médias notamment télévisuels qui ont pris le relais.


Ainsi je me permets de dire qu’un cycle inconnu jusqu’à ce jour gangrène notre chaine ADN.  Lorsqu’un système expire, l’homme créée immédiatement un remplaçant dans l’écriture de son histoire.


Une question : Pourquoi, avec toutes les personnes intelligentes vivant et s’exprimant sur notre planète sommes-nous obligés de subir un
tel destin ?


Alors, mon cher Gérard, je ne vois qu’une manière pour remettre les pendules à l’heure universelle : «  C’est à grand coups de bottes dans l’arrière train de ces veaux que nous leur feront entendre les voies de la raison. Cela est INELUCTABLE et très
proche ».


Gérard de Blotzheim    

Marie-claire Muller 07/05/2012 15:41


Prophétie de Nostradamus:


Sur le milieu du grand monde:LA ROSE


Pour nouveaux faicts:sang public répandu


A dire vrai on aura bouche close!!!


Lors au besoin,viendra tard L ATTENDU!(QUI SERA CETTE PERSONNE???)


Dans le milieu des bourgeois le sang public sera répandu


A dire la vérité on aura bouche close!!


Alors dans le besoin arrivera tard l'attendu.


 


Sur l'Observatoire de l'islamisation des photos ahurissante d'arabes brandissant des drapeaux palestiniens ,algériens marocains me laisse un sentiment de malaise ainsi que les événements relatés
dessous:


Le temps est venu de nous défendre:





 


 

raymond 07/05/2012 15:01


Mon cher Gerard,vous avez ,helas, eu raison en parlant de la memoire de poisson rouge des Francais, pauvre pays eaucoup d'amnesiques ont vote pour hollande pour degager sarkosysans reflechir
,sans rien voir d'autres que des promesses creuses ,style "demain on rase gratis" le pire c'est qu'apres avoir ete tant "baises" par la gauche  on prend les memes et on recommencemoi ca
n'est pas trop encore balasko qui me fait vomir ,ce serait plutot fabius,aubry,lang ,desir,d'ailleurs j'arrete car je m'en vais vomir

Rigal Michele 07/05/2012 14:54


Il aura fallut trois longues et douloureuses années au peuple grec pour se révolter et dire NON cela suffit


Combien d années va t il nous falloire pour faire de meme? Le plus tot sera le mieux car une fois installé la peste fera tellement de ravages que meme la droite réunie ne pourra en venir a bout


Dés aujourd hui LE MOT  R E S I S T A N C E PREND TOUTE SA VALEUR