Tuberculose: un enfant sur six en contact avec des immigrés - Dr Anne Richard

Publié le 8 Août 2011

Tuberculose : un enfant sur six en contact avec des immigrés atteints est également infecté

Tuberculose : un enfant sur six en contact avec des immigrés atteints est également infecté

Un enfant sur six en contact régulier avec des immigrés atteints de tuberculose pulmonaire est lui-même infecté, selon une étude hollandaise parue dans la revue "European Respiratory Journal" dont les auteurs appellent à de meilleures mesures de prévention.

Si l'incidence de la tuberculose a largement diminué dans les pays d'Europe occidentale, elle connaît cependant une recrudescence inquiétante dans les populations migrantes et précaires, rappellent Martian W. Borgdorff et ses collègues de la KNCV Tuberculosis Foundation à La Haye.

Les immigrés représentent environ les deux tiers des patients porteurs de tuberculose, dont l'incidence reste élevée même 10 ans après l'immigration, soulignent-ils, incriminant les infections répétées à l'intérieur de ces populations.

Pour connaître le degré de contagion auquel sont exposés les enfants d'immigrés régulièrement en contact avec des patients tuberculeux, les chercheurs se sont intéressés à 359 enfants de moins de 16 ans ayant au moins 4 contacts hebdomadaires avec des malades.

Les résultats de leur enquête montrent que la prévalence de la tuberculose, tant active que latente, est relativement élevée, atteignant 16% et 2,5% respectivement.

Le seul facteur de risque qui apparaît véritablement significatif est le fait d'être né à l'étranger, rapportent les auteurs. "Le fait d'être né en dehors des Pays-Bas multiplie par 3,52 la probabilité d'être infecté", précise Suzanne Verver, premier auteur de l'article.

Les enfants exposés au plus grand risque sont ceux nés dans des pays à forte endémie, notamment dans les pays d'Afrique subsaharienne. A l'inverse, les enfants nés en Asie semblent relativement épargnés.

Pour les auteurs, cette étude souligne l'importance de procéder au dépistage des infections secondairesautour d'un cas avéré de tuberculose, particulièrement chez les immigrés. "Il faut dépister un plus grand nombre de contacts qu'on ne le fait actuellement", souligne Suzanne Verver, ajoutant que les enfants atteints d'une forme latente devraient alors bénéficier d'un traitement préventif.

(European Respiratory Journal, juillet, vol. 26, n°1, édition accélérée)

Réalisé et validé en collaboration avec des professionnels de la santé
sous la direction du Dr Anne Richard

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article