"Tuer des mécréants absout nos péchés" (Canadien qui pourrait avoir inspiré un djihadiste de Boston)

Publié le 5 Mai 2013

Poste de Veille.ca

Leur motivation est claire : ils tuent pour plaire à leur dieu génocidaire et gagner le paradis.

Le "Canadien" William Plotnikov, converti à l'islam, tué en juillet 2012 par les Russes, avec un djihadiste au Daghestan : 



_________________________

Pendant sept minutes, cinq rebelles du Daguestan parlent, devant une caméra vidéo, de tuer des infidèles et comment leurs « bonnes actions » les absoudront des «700 péchés» commis au cours de leur vie.


Canada-plotnikovLa vidéo, tournée par un combattant djihadiste canadien avant qu’il ne soit tué par les forces de sécurité russes, donne un aperçu inquiétant du fanatisme des rebelles qui ont pu inspirer Tamerlan Tsarnaev, auteur de l’attentat du marathon de Boston.

Tsarnaev n'apparaît pas dans le film, qui a été obtenu par le National PostLe film a toutefois été tourné et narré par William Plotnikov, un Canadien dont les liens présumés avec Tsarnaev font maintenant l’objet d’une enquête.

 

Dans la vidéo, les combattants rebelles ont exprimé à plusieurs reprises leur volonté de tuer les « koufars », ou mécréants, et se sont référés aux « Poutines et Obamas » qui « font des discours à la télévision, font des promesses, et après la mort, nous verrons qui a raison. Seul Allah accorde la victoire ».  

Les rebelles, qui s’exprimaient surtout en russe, n'ont pas révélé leur emplacement ni la date, sauf pour dire qu’ils étaient « dans la forêt » et se sentaient impatients de lancer des attaques de grande envergure au printemps. La vidéo montre d’abord le drapeau noir adopté par les djihadistes, puis un rebelle en tenue de camouflage préparant le dîner. Le bunker semble bien équipé, avec de la nourriture, des ustensiles de cuisine, des lits superposés et des armes. «Que fais-tu? », demande Plotnikov au rebelle assis sur un lit à côté de son fusil d’assaut.

«Du terrorisme, tuer des mécréants. C'est ce que je fais», a-t-il répondu. «Allah m'a donné du carburant, un bunker, un grand nombre de frères. Je mange et je pense beaucoup.  Je réfléchis à la façon de tuer. Je planifie comment tuer les mécréants, quand les tuer. … Des idées concrètes se présentent, pour l’amour d’Allah ». 

L'homme derrière la caméra, un ancien boxeur de Toronto et étudiant du Seneca College, s’est converti à l’islam en 2009 et a quitté le Canada en 2010 pour rejoindre les rebelles au Daghestan. Alarmé par son saut dans l'extrémisme, son père a appelé le ministère de l'Intérieur russe. Des officiers rsses ont localisé et arrêté son fils au Daguestan au début de 2011. Lors d’un interrogatoire, Plotnikov aurait identifié Tsarnaev comme l'un de ses contacts en ligne, ce qui a déclenché des enquêtes à la fois par le FBI et les services de sécurité de Russie.

Dans la seule interview importante qu’il a donnée, le père de Plotnikov, Vitaly, a parlé au National Post d'une conversation effrayante qu’il avait eue en ligne avec son fils après que les Russes l’ont libéré en lui demandant de rentrer au Canada. Au moment de la conversation, Plotnikov était de retour à Moscou et avait besoin d'argent. Quand son père lui a demandé quand il rentrerait à Toronto, Plotnikov a répondu: « Je reviendrai peut-être, si c’est la volonté d’Allah ».

«Je lui ai dit : Willy, la religion n’est pas une mauvaise chose. Elle fournit une discipline aux gens et les rend plus purs. Mais quelle que soit la religion, le fanatisme n'a jamais été une bonne chose. Et il a répondu : Honnêtement, papa, tes yeux sont vraiment fermés par le diable. J’accepte les lois de dieu mais pas celles des hommes.»

 «J'ai compris qu'il attendait d'être appelé dans les montagnes», a dit le père depuis son appartement près de Toronto. «A l’époque, il était encore à Moscou, ils l’avaient sans doute déjà appelé et il avait besoin d’argent pour s’y rendre. » 

Ce fut leur dernière communication. Plotnikov est retourné au Daghestan et a rejoint les rebelles dans les montagnes près du village de Utamysh. La vidéo qu’il a enregistrée révèle un zèle inquiétant dans le discours islamiste extrémiste.

«C’est la façon dont nous vivons, dit Plotnikov après avoir dirigé la caméra sur lui-même. Nous ne souffrons pas, nous ne sommes pas dans le besoin. Nous avons seulement besoin de l’aide d’Allah et il n'abandonne pas ses serviteurs. Nous avons de la nourriture, nous avons quelqu'un pour préparer cette nourriture, et d’autres frères accomplissent leurs devoirs, et ceci sera récompensé. Ainsi, vous, les mécréants, ne verrez jamais ce que vous aimeriez voir. Nous avons de la nourriture, Allah est avec nous, nous avons notre gardien, Allah, mais vous n'en avez pas. Nous allons vous tuer», dit-il.

«Nous ne sommes pas des super-héros, nous avons aussi besoin de l’aide d’Allah et il nous aide, et je demande à Allah qu’il nous donne l'occasion, d’ici le printemps prochain, de tuer plus de mécréants, afin que le camion militaire explose et que les morceaux s’envolent comme des chiffons. Allah est tout-puissant et il va aider.»

Plotnikov, 23 ans, a été tué par les forces de sécurité russes près d’Utamysh le 14 juillet 2012. Tsarnaev est retourné aux États-Unis quelques jours plus tard. Le père de Plotnikov doute que son fils ait jamais rencontré ou soit devenu ami avec Tsarnaev, décédé dans une fusillade avec la police près de Boston il y a deux semaines.

Source : Canadian jihadist’s disturbing video shows fanaticism of rebels who may have inspired Boston bomber, par Stewart Bell, National Post, 1 mai 2013. Traduction par Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article