Turquie : Harcelé depuis qu’il s’est dit athée, un grand pianiste décide de s'exiler

Publié le 24 Avril 2012

Bien entendu personne dans les médias ne parlera de cette Turquie islamiste qui n'a plus rien de laïque et qui pourtant continue de négocier avec l'aval de Bruxelles et de la France son entrée dans l'Union Européenne.

Gérard Brazon

*******

 

L'Orient le Jour

La couverture d'un des albums de Fazil Say, pianiste turc se disant harcelé par le pouvoir depuis qu'il a déclaré être athée.Fazil Say, compositeur et pianiste turc de renom international, a annoncé qu'il avait décidé de s'exiler au Japon, s'inquiétant de la montée d'un conservatisme islamiste opéré par le régime turc, dans un entretien au journal Hürriyet publié lundi.

 

"J'ai été exclu à 100% (de la société turque). Je pense qu'il est temps pour moi de m'installer au Japon", a indiqué l'un des plus grands talents contemporains de Turquie et porte-parole des milieux laïcs, se disant victime d'une intolérance sociale et d'une censure du régime sur ses oeuvres.

"Quand j'ai dis que j'étais athée (...) on m'a insulté. La justice a été saisie sur ce que j'ai écrit sur Twitter. Je suis peut-être la première personne au monde à faire l'objet d'une enquête en justice pour avoir déclaré mon athéisme", a-t-il dit.

 

Le pianiste avait récemment attiré les foudres des conservateurs en Turquie par des messages avec une pointe de provocation sur l'Islam sur Twitter. Un influent député du parti issu de la mouvance islamiste au pouvoir, (AKP, Parti de la justice et du développement), Samil Tayyar, lui avait répondu en insultant ouvertement sa mère "sortie d'un bordel", provoquant des remous dans la classe politique, la presse et les réseaux sociaux.

"Si je suis condamné à la prison, ma carrière sera terminée", a ajouté le musicien âgé de 41 ans qui passe une grande partie de son temps entre deux continents.

 

Par le passé, Fazil Say avait déjà déclaré qu’en Turquie où les épouses de presque tous les ministres portent aujourd’hui le voile islamique, les laïcs devenus minoritaires subissent la pression de la majorité qui cherche à imposer à tous, de plus en plus ouvertement, un mode de vie traditionnel basé sur les valeurs religieuses.

 

La loi turque réprime d’ailleurs l'"insulte aux valeurs religieuses" de 3 mois à un an de prison.

 

De manière générale, dans une Turquie dirigée par l'AKP depuis 2002, les laïcs craignent de plus en plus pour leurs libertés individuelles. Les femmes en particulier ont peur de ne plus avoir le libre arbitre dans le choix de la vie publique et privée qu’elles voudraient mener, selon les enquêtes.

 

La "pression du quartier", véritable pression sociale, gagnerait en intensité, notamment dans les petites villes et les zones rurales.

 

L'AKP pour sa part nie toute volonté d'islamiser la société turque, officiellement à 99% musulmane.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

L'En Saignant 24/04/2012 18:19


" Bien entendu personne dans les médias ne parlera de cette Turquie islamiste qui n'a plus rien de laïque et qui
pourtant continue de négocier avec l'aval de Bruxelles et de la France son entrée dans l'Union Européenne."


Comme dit la Fable "C'est pour mieux te manger mon enfant " .!