Turquie : Ramasser une pierre au bord du chemin constitue un délit grave

Publié le 30 Août 2012

Romandie

Affaire Varone: le procès du commandant débutera le 25 septembre

Le procès du commandant de la police valaisanne Christian Varone en Turquie doit débuter le 25 septembre. Le tribunal d'Antalya a fixé la date, a déclaré à l'agence dpa Yasemin Mataraci, l'avocate turque de M. Varone.

Le commandant de la police valaisanne a été arrêté à l'aéroport d'Antalya le 27 juillet après la découverte d'une pierre dans ses bagages. Il avait ramassé la pierre aux abords d'une route au retour d'une visite d'un site historique. Il est soupçonné de tentative de vol de bien culturel.

L'avocate a précisé que le commandant de la police n'a pas été expulsé du territoire turc et qu'il est libre d'y retourner. M. Varone avait déclaré après sa libération le 31 juillet qu'il se présenterait devant la justice turque si le tribunal l'exigeait.

L'avocate de M. Varone n'a pas donné davantage d'information sur la pierre, cet aspect sera abordé devant le tribunal. Elle ne s'est pas exprimée sur une éventuelle peine, précisant que la procédure juridique est normale pour un cas comme celui-ci.

 

Tribune de Genève

Le morceau de monument que Christian Varone a tenté de ramener en Suisse.

Le morceau de monument que Christian Varone a tenté de ramener en Suisse.// Image: Keystone

 

L’image, publiée il y a une semaine par l’émission «Schweiz aktuell» de la chaîne alémanique SF, montre un bout de chapiteau de 17 sur 16,5 centimètres. Jusqu’à aujourd’hui, Christian Varone avait refusé de faire des commentaires à propos de ce marbre. Il avait déclaré au journal télévisé de la RTS qu’il ne se souvenait pas de la pierre. Le commandant de la police valaisanne avait également répété plusieurs fois n’avoir pas été conscient qu’il commettait un acte illégal, rappelle SFLes affirmations de Christian Varone ont poussé l’ambassade de Turquie à Berne à réagir et à rendre publiques des informations et des photos à propos du marbre.

«Affirmations surprenantes»

«Les polices turque et suisse collaborent étroitement sur cette affaire», a communiqué par écrit Gönenç Ağacıkoğlu, premier secrétaire de l’ambassade. «C’est pourquoi les affirmations de Monsieur Varone selon lesquelles il n’était pas conscient de commettre un acte illégal sont, pour le moins, surprenantes.»

L’ambassade a de plus confirmé que la photo qui circule dans les médias est bien celle du bout de monument que le Valaisan a essayé de ramener dans ses bagages. Elle espère que les documents et informations fournis permettront de «mettre fin au tollé anti-Turquie en Suisse».

«Comme on peut le voir, il ne s’agit pas d’un petit caillou, ainsi que cela a été dit et répété dans les médias suisses», conclut l’ambassade.

Newsnet

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article