Ukraine : j’accuse Libération de soutenir des assassins - Par Laurent Brayard.

Publié le 2 Février 2015

Pour Riposte-Laïque

UkraineNous sommes presque étonnés que cela ne soit pas arrivé plus tôt mais le mot est lancé par Libération, officine bien connue de propagande nauséeuse. Sous le titre « Faut-il armer l’Ukraine, devant la domination des séparatistes prorusses et l’ampleur des pertes civiles, l’idée de soutenir militairement Kiev commence à agiter les Occidentaux » Libération appelle à la guerre.

Cet appel est plus qu’un camouflet à la vérité, il s’agit plus que d’un mensonge, il s’agit plus que d’attiser les braises de la guerre, il s’agit d’une ignominie.

Depuis des mois, la guerre dans le Donbass se déroule justement sur le territoire des séparatistes russophones. Il s’agit là premièrement de bien différencier russophones de prorusses, la seconde appellation étant martelée par les médias stipendiés de notre pays et de l’UE.

Il s’agit également de dire que cette guerre qui se déroule dans les territoires russophones voit la mort, tous les jours de civils ukrainiens… mais vous n’aurez pas de mal à comprendre qu’ils sont quasiment tous des civils russophones, la guerre ne se déroule pas à l’Ouest de l’Ukraine mais bien à l’Est.

Dire qu’à cause des pertes civiles il faudrait armer l’armée de Porochenko, c’est justement faire en sorte que plus de civils russophones meurent sous les coups des canons ukrainiens.

Dire qu’il y a nécessité à ce que les Occidentaux et la France interviennent militairement dans ce conflit c’est assurément espérer que le conflit s’embrase, c’est condamner à mort tous ces civils et s’ils sont Ukrainiens, ils sont russophones…

C’est l’armée ukrainienne qui tue, elle l’a démontré depuis le début du conflit, des milliers de photos et de vidéos sont là pour le prouver.

Durant l’été les médias français n’ont pas montré les cadavres des russophones mitraillés par l’aviation et les hélicoptères. Les Français n’ont pas vu les voitures fracassées, les trainées de sang de pauvres gens sur les routes, les cadavres déjà en décomposition dans les parcs, les rues, les villages du Donbass.

Ils n’ont pas montré les charniers de l’armée ukrainienne, ils n’ont pas dit comment les Ukrainiens exécutent sans autre forme de procès, hommes, femmes, enfants, vieillards dans les villages qu’ils ont pris d’assaut et pire encore dans ceux où ils n’avaient pas rencontré de résistance et où ils tuent tout ce qui parle russe.

Quelle honte pour ces journalistes d’écrire une telle infamie, dans un pays qui décidément n’est plus qu’une parodie de Démocratie. Ont-ils montré à Kharkov les milliers d’Ukrainiens fanatisés battant à mort les russophones rencontrés dans les rues ?

Ont-ils montrés le massacre d’Odessa où une foule hystérique accompagnée d’une Femen a massacré une quarantaine de gens parce qu’ils étaient russophones ?

Ont-ils montré les gens se précipitant dans le vide pour échapper au feu allumé par les nationalistes ukrainiens, ont-ils montrés ces gens achevés à coup de barres de fer et de haches au sol ?

Doit-on donner des armes à des meurtriers qui se réclament de l’idéologie nazie en se cachant derrière la Démocratie, en appelant l’Union européenne, en entrant dans l’OTAN, en inversant les rôles de bourreaux à victimes ?

C’est même plus qu’une ignominie, je suis triste pour la France en pensant que de tels journalistes sont mes compatriotes, j’ai honte pour la France.

Il est évident qu’en donnant plus d’armes aux Ukrainiens de Porochenko, elles serviront à épurer le pays de l’ethnie russophone, elles serviront à tuer plus de civils et si dans le cas malheureux où les Ukrainiens écrasaient les milices du Donbass, alors elles permettront un bain de sang.

Les Français n’ont pas su comment les soldats ukrainiens violent les femmes du Donbass, ils n’ont pas vu les villages en flammes, les enfants terrés dans les caves. Les journalistes français n’ont pas montré l’exode de plus d’un million de civils de l’Ukraine, fuyant en Russie, en Israël et ailleurs pour échapper à la mort.

L’ONU n’a pas bougé, l’UE n’a pas bougé, aucun secours humanitaire mis à part les efforts de la Russie n’a été organisé pour les populations martyrisées.

Ont-ils montré, le témoignage de cette vielle dame quémandant de la margarine de sa fenêtre brisée, affamée et éplorée, vivant dans un appartement aux vitres explosées par une température inférieure à – 20 °C ?

L’ont-ils montré ?

Ils n’ont rien montré, ils pratiquent l’omerta, aussi J’ACCUSE nos médias, j’accuse Libération, j’accuse notre gouvernement qui a reçu Porochenko à Paris pour l’épisode dramatique de Charlie Hebdo de soutenir des assassins, des criminels de guerre, des néo-nazis.

J’accuse les journalistes de Libération de pratiquer la désinformation par ignorance crasse ou par pure malveillance. Il n’est pas possible qu’en France, les médias continuent impunément de nous abreuver de mensonges et d’appeler à armer les nationalistes ukrainiens non pas pour éviter que plus de sang coule mais bien au contraire pour tuer plus russophones dans le Donbass.

Est-ce cela l’esprit républicain, est-ce cela la France socialiste ? N’ont-ils jamais de conscience ? Ils nous appelaient hier à soutenir les islamistes contre Bachar al-Assad en Syrie, aujourd’hui nous devrions partir en croisade contre le Peuple du Donbass voire même la Russie ?

Je ne trouve pas de mots chers lecteurs dans la langue française pour exprimer ma colère, ma honte et même mon désarroi.

Pendant que ces journalistes appellent à la guerre, au chaud à Paris, une tasse de café sur leurs bureaux, là-bas dans l’Est de l’Ukraine des civils meurent et c’est bien le fait de l’Armée ukrainienne et du « Roi du Chocolat » qui est présentement président de l’Ukraine.

Un chocolat bien amer.

Laurent Brayard

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article