Un ancien ministre "partouzeur" et "pédophile" gaulé au Maroc?

Publié le 1 Juin 2011

L'affaire est extrêmement grave. Sur Canal + le philosophe Luc Ferry a lâché une bombe.

Remarquons que ni le spécialiste en troussage de domestiques, Jean-François Kahn, ni cire pompes, alias Alain Duhamel, ne protestent lorsque Luc Ferry prétend que des invités autour de la table connaissent le nom de ce ministre. La complicité et l'omerta fonctionnent à merveille au sein de la nomenklatura française. Ainsi il existe dans la vie politique française, un homme, ancien ministre, qui se livre, en toute impunité à des actes de pédophilie à l'étranger. En vérité, c'est Le Figaro Magazine du 28 mai qui avait livré ce scoop passé pratiquement inaperçu.
Il est INADMISSIBLE que cet homme ne soit pas poursuivi. Les plus hautes autorités de l'Etat connaissent l'identité de ce salopard, y compris le Premier ministre. Il est intolérable qu'il soit ainsi protégé. Surtout qu'il n'est pas impossible que ce sinistre individu poursuive ses montruosités à l'étranger... ou en France. Et que diront les autorités françaises, et les journalistes, si ce criminel est arrêté un jour ? "Nous ne savions pas !!!"
 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

isabelle 01/06/2011 23:43



Ce qui me fait rire, c'est que bien qu'aucun nom n'ait été donné, Lang a déclaré qu'il poursuivrait en justice toute atteinte à son honneur.



francis CLAUDE 01/06/2011 22:51



normal Nancy, ayant vecu chez eux je sait que pour quelques euros( de mon temps c'etait des Francs)on peut tout acheter dans ces pays lorsque l"on est tordu!!!



Nancy VERDIER 01/06/2011 20:01



Luc FERRY a dit "une parcelle de vérité", car "toute la vérité" était trop difficile à dire. En effet, il n'a pas été témoin. Je le plains sincèrement, Car il est maintenant entre deux feux : Ne
pas en dire davantage, c'est cacher un crime (s'en rendre complice) et à ce titre il est condamnable. Rachida Dati a déjà prévenu qu'il valait mieux qu'il parle., Dire toute la vérité (ce qu'il
sait),et il entre alors dans un système de dénonciation, "une accusation" et il vaudrait mieux pour lui, qu'il ait des preuves de ce qu'il avance. Car la maffia va sortir ses griffes. On se doute
de qui il s'agit : un copain d'Elisabeth Levy, un type assez proche de l'avocat Levy (que je trouve imbuvable - soit dit en passant) et un type qui a ses habitudes au Maroc. Décidément, nos
politiques naviguent pas mal entre le Maroc et la Tunisie.



Maury 01/06/2011 17:31



Aricle sur LOQUENDI LIBERTATEM



Un climat de connivence qui pue



La petite bombe lâchée par le philosophe Luc Ferry (Un pédophile, ancien ministre,
protégé par les plus hautes autorités de l'Etat français !) n'en finit pas de créer des secousses dans le landerneau médiatico-politique parisien. Pour avoir brisé l'omerta,
l'ancien ministre de l'Education nationale doit faire face à une curée organisée par LA FAMILLE. Au sens maffieux du terme comme je l'avais déjà précisé dans l'affaire DSK
(Tous en... retenue
! ). La famille fait bloc pour vous défendre et lorsque vous n'en faites pas, ou plus, partie, la famille vous détruit.
Par conséquent haro sur le traître. Haro sur la balance. Il s'agit désormais de le briser pour dissuader ceux qui voudraient suivre son exemple. Et pour cela la caste politique peut compter sur son plus fidèle allié : les éditorialistes et les journalistes parisiens. Tout ce
petit monde qui couche, dîne et s'amuse ensemble. Tous les coups sont permis.


- La manipulation. Comme celle à laquelle s'est livrée Elisabeth Lévy, sur RTL mardi soir dans l'émission "On refait le
monde", qui évoque la défense de la vie privée et déclare "Tout le monde à des vies privées un peu barjots". En quoi des accusations de viols ou de pédophilie sont-ils du
ressort de la vie privée ? Cela est du ressort de la justice et non de l'intimité de la vie privée. Ne pas les dénoncer s'apparente à une complicité criminelle.


- L'amalgame. Le directeur du Nouvel Observateur, Laurent Joffrin, a ainsi déclaré à propos de Luc Ferry : "Voilà
un type qu’on n’aurait pas aimé connaître pendant la guerre". Et hop on ressort le coup du retour des heures les plus sombres de notre histoire... Mais on peit aisément lui
retourner le compliment en pensant qu'avec de tels patrons de presse le secret de l'existence des camps de concentration n'avait aucun risque d'être divulgué.


- La déontologie. Là on touche vraiment le fond. La mauvaise foi absolue. L'escroquerie intellectuelle. Nos journalistes,
ne tirant aucune conclusion de l'affaire DSK, affirment que leur rôle n'est pas de fouiller les poubelles, d'enquêter sur des rumeurs ou des confidences. Enquêter oui mais uniquement sur un
dépôt de plainte... Mais depuis quand des journalistes n'enquêtent qu'en fonction d'un dépôt de plainte ? Ah il est beau le journalisme d'investigation à la française !!! On comprend mieux
comment François Mitterrand a pu en toute impunité faire vivre sa fille et sa maîtresse en toute illégalité sur l'argent public ; mobiliser les forces de police pour des écoutes illégales
sans que nos journalistes, qui savaient tout cela, ne bouge le petit orteil. Et oui, il n'y avait pas eu de dépôt de plainte... Alors vous comprenez. Si un ancien ministre français viole des
petits garçons au Maroc et que ces enfants n'ont pas déposé plainte que voulez-vous qu'on fasse. Quel plus bel exemple de mauvaise foi et de foutage de gueule que cette vidéo.


 



 


Ce n'est pas "Non au grand déballage !" mais plutôt "Oui à l'omerta !".



Enfin cerise sur le gâteaux, comble de l'ignominie, nous avons droit au dernier registre : la relativisation. La pédophilie
? Ce n'est pas si grave. Ainsi, toujours sur RTL et dans la même émission, Elisabeth Lévy déclare qu'après tout "Dans les années 70, Libération défendait la pédophilie !". Et
dans l'émission "Ce soir ou jamais" sur France 3, l'avocat Thierry Lévy lance cette petite phrase : "La pédophilie : « un comportement un peu différent »" Sans
commentaire...


Tout est dit. La caste se serre les coudes. Et cette affaire m'en rappelle une autre. François Bayrou à la veille des
élections européennes en 2009 avait attaqué Daniel Cohn Bendit dans une émission télévisé sur ses penchants pédophiles dans les années 70 que celui-ci avait évoqué dans un livre. Que croyez-vous
qu'il était arrivé ? Le lendemain tous les journalistes et toute la classe politique (à l'exception notable du Front National) avaient fondu sur le leader centriste pour l'accabler et
critiquer... ses divulgations. Que voulez-vous, dans ces milieux là une certaine forme de vie privée c'est sacré.






Gérard Brazon 01/06/2011 20:03



Excellent article.



francis CLAUDE 01/06/2011 16:02



donc fric...cul...et politique méme combat aprés avoir lu l'article sur le Gl De Gaulle cela fait tout drole non?



pascalou 01/06/2011 14:50



JACK LANG!!!! et maintenant j'ai le droit a ma sucette monsieur le profésseur???



island girl 01/06/2011 14:28



Béhéhé! Béhéhé...



Claude Germain V 01/06/2011 13:24



Expliquez SVP ,non ! je plaisante ....Tiens on parle d'un laique encore ?? voila la preuve que ce n' est pas toujours le clérgé .Decidement si cela s'avere vrais ,drole de gens les socialos
......les donneurs de leçons......