Un automne à New-York. Par Charles Debbasch

Publié le 25 Septembre 2012

Comme à l’habitude en ce mois de septembre, les leaders du monde entier convergent vers New-York pour la session de l’assemblée générale  de l’ONU . La situation internationale n’est guère encourageante avec l’expansion d’Al QUAIDA au Sahara, les négociations qui achoppent sur le nucléaire iranien, les révoltes du fondamentalisme religieux et les conflits territoriaux en Asie.

  Mais c’est la crise syrienne qui émerge  de tout ce tumulte ;il est évident que chacun va s’exprimer sur ce sujet même si l’on sait qu’en dehors des questions humanitaires, il sera difficile de trouver un consensus car Chine et Russie maintiennent le principe de non interventions dans les affaires intérieures d’un Etat .

 Quant au géant américain, engagé dans la compétition présidentielle, il ressent douloureusement la tragédie de Benghazi . Les lendemains des printemps arabes donnent à réfléchir.

 

 C’est dire que les 193 membres de l’ONU qui vont plancher sur l'ETAT DE DROIT ne vont pas tous être sur la même longueur d'onde.. Pour le monde occidental, le principe de légalité suppose le respect des droits de l’homme, l’indépendance de la justice et un accès égal aux tribunaux .

 

 Cette conception est loin d’être universellement partagée

 

Charles debbasch

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article