Un cercle sur l'estrade par Christian Combaz

Publié le 22 Septembre 2012

Un cercle sur l'estrade

Tout porte à croire que la situation actuelle de la France est propice à l’éclosion du type de destins politiques qu’elle adore, ceux qui s’appuient sur le désir du redressement face à un péril dont on a pris trop tardivement la mesure, quand l'humiliation est déjà en route et qu'on se dit: comment avons-nous pu en arriver là ?

 

Pour légitimer un destin politique de premier plan, dans la plupart des pays mais surtout en France, il faut répondre en effet non à un besoin de rêve comme l’a imprudemment laissé entendre notre ineffable présidentréenchanteur, mais à une crainte, une terreur, au moment où elle se manifeste, et ce moment nous le vivons aujourd'hui. (Hélas pour Nicolas Sarkozy, nous ne l'avons pas vécu hier. D'ailleurs à maints égards on peut affirmer qu'il aura sonné l'alarme trop tôt. Il faut attendre que les gens se rendent compte du danger par eux-mêmes, sans quoi ils vous accusent, pour l'avoir lu dans la presse, d'être un président clivant)

Tout le monde vient de comprendre ce qui se passe. Il suffit de lire les commentaires haineux à propos d'une phrase anodine et sensée de l’actrice Véronique Genest pour s'en convaincre, tout est bon désormais pour clouer le bec des neuf dixièmes du pays quand on est ultra-minoritaire et qu'on baigne depuis l'enfance dans la mauvaise foi. On a coutume de lire ici et là sous la plume des commentateurs les plus désinvoltes, que les Français adorent se faire peur. Mais devant ce qui monte des rives de la Méditerranée, et qui sort des bouches de métro pour intimider le passant sous l’œil complice des caméras de TF1, il ne suffira plus de hausser les épaules. Il faudra hausser le ton.

C’est même une urgence absolue, car il existe un risque que le Peuple ne le fasse bientôt à la place de ses dirigeants. Sa crainte peut se transformer en colère sur le terrain d'un jour à l'autre. Donc il est inévitable qu’un personnage se lève pour exprimer une résolution de fermeté collective afin d’ épargner au peuple la tentation de se rassurer lui-même. Il est vital que quelqu’un,  quelqu’un d’autre que François Hollande, dont on voit bien que ce n’est pas la vocation, arrive à persuader les Français qu’il s’occupe de tout. Parce que les Français sont en train d’imaginer la suite avec la précision des grands inquiets qu'ils ont toujours été devant l'Histoire. Si personne ne décrète que l’heure de la fermeté a enfin sonné, les chatouilleux de la morale religieuse vont surenchérir sur tout : nous apprenons aujourd'hui qu’ils ont intimidé les kiosquiers à cause de la parution de trois dessins, demain ce seront les bars de nuit parce que l’alcool fait de la peine au Prophète. Le jeu du Cochon qui rit sera exclu des cadeaux de Noël. Les concours de mangeurs de saucisses seront annulés les jours de Ramadan. Des commandos de jeunes descendront sur la plage de Cannes pour faire la chasse à l'indécence. Le naturisme sera considéré par les assureurs comme un sport à risque . 
Dans mes années de collège nous pratiquions un chahut idiot qui consistait à tracer un cercle à la craie sur l’estrade et à gronder si le professeur en sortait. Au bout de vingt minutes, le pauvre homme n’osait plus bouger.
Quelque chose semble indiquer que si Manuel Valls descend de l’estrade samedi 22 septembre personne ne lui en voudra.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article