Un chauffard fonce à deux reprises sur des enfants...

Publié le 30 Avril 2012

Des nouvelles sur cette jeunesse souffrante issue des banlieues difficiles, en manque de repères (repaires?) et victime de la société et du chômage! Arghh, snif, snif.

-

REIMS (Marne)

Jeudi midi, un chauffard a foncé à deux reprises sur des enfants et leurs animateurs d'un centre de loisirs de Reims. Il a été condamné à quatorze mois de prison sans reconnaître les faits.

 

 

Jeudi midi, une vingtaine d'enfants encadrés par trois animateurs d'un centre de loisirs du quartier Orgeval quittent le stade Georges-Hébert à Reims. Alors qu'ils cheminent sur le parking pour rejoindre leur minibus, un vrombissement de moteur se fait entendre.
Une Peugeot 206 rouge surgit et fonce en direction du groupe. Les animateurs crient aux enfants de s'écarter, ce qu'ils font, sans quoi le véhicule aurait fauché quelqu'un, assurent les adultes.
Le chauffard arrive au bout du parking, exécute un demi-tour au frein à main et fonce une seconde fois sur la troupe obligée là aussi de faire des pas de côté.
La voiture disparaît. L'un des animateurs, policier rémois qui intervient au centre de loisirs dans le cadre de sa profession, estime la vitesse à 60 km/h lors des deux passages. Deux hommes se trouvaient à bord du véhicule.


Conducteur fantôme
Un peu plus tard, alors que le minibus manœuvre pour se garer devant le centre de loisirs, la 206 réapparaît. Le conducteur pile devant le minibus pour le bloquer, fixe les animateurs du regard, les nargue en criant : « Appelez la police ! Appelez la police ! » Nouvelle fuite, définitive celle-là.
Les trois animateurs sont formels : la 206 était conduite par un jeune du quartier, Lamri Baitiche, 18 ans.
D'après eux, le garçon devenu majeur rumine de ne plus pouvoir fréquenter le centre de loisirs. Une patrouille l'interpelle le soir-même au bas de son immeuble.
« Je les connais tous, les trois animateurs et les petits. Ils sont de mon quartier. Je ne vais quand même pas foncer sur des jeunes que je connais ! » se défend le prévenu lors de son procès hier en comparution immédiate. Il admet avoir été présent dans la voiture, mais en tant que passager. Il serait monté à bord sur invitation du conducteur dont il dit ignorer le nom et le prénom, ce qui n'empêche pas celui-ci de le promener régulièrement avec sa 206…
Ne retenant que le témoignage du policier, Lamri Baitiche affirme qu'il l'accuse pour régler un compte avec lui. Ça ne se passait pas trop bien du temps où il fréquentait le centre de loisirs. Son attitude frisait souvent l'outrage : « J'ai eu des embrouilles. Plein de fois je me suis pris la tête avec lui. » Les deux autres animateurs confirment cependant qu'ils l'ont bien reconnu au volant du véhicule.


Lourd passé judiciaire
Le passé judiciaire du jeune homme ne plaide pas en sa faveur. À seulement 18 ans, il traîne déjà neuf condamnations pour des vols, des violences et des refus d'obtempérer avec mise en danger de la vie d'autrui. Il est sous le coup de trois sursis avec mise à l'épreuve et mardi matin, 48 heures avant les faits, il passait devant le juge d'application des peines pour obtenir l'aménagement d'une autre condamnation (quinze jours ferme).
Tous ces éléments ont indisposé le tribunal. Déclaré coupable d'avoir foncé sur le groupe, Lamri Baitiche a écopé d'un an de prison, auquel s'ajoutent deux mois de sursis révoqués, soit quatorze mois qu'il a commencé à purger dès hier soir.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Polux 30/04/2012 17:31


Un policier dans l'exercice de ses fonctions vient d'être inculpé d'homcide volontaire.


Pour être condamné à 14 mois de prison, je ne sais pas quel chef d'inculpation a été retenu contre ce " chauffard ", mais je ne pense pas que ce soit la tentative d'homicide !?

jpb 30/04/2012 14:36


solution à coup de pompe dans le cul et via le pays d'origine aprés avoir purgé,mais à ma façon et non à la mode bobo .