Un clip citoyen "Tous la France"! Préface "aux tricheurs" de Gérard Brazon

Publié le 14 Mars 2012

Vous verrez dans cet article tout ce qui fait le bobo de base! Le mielleux, l'inculte, le doucereux, l'enfumeur, l'enfumage, l'imbécile, le déguisement, le donneur de leçons et même le fameux humanisme qui sert de cache sexe aux socialistes!

Tous ces gens là, ces artistes, ces animateurs, ces comédiens, ces chanteurs, ces biens pensants sont au service d'une société idéale, une société qui n'existe pas dans la vraie vie! Parce ce qu'ils vivent dans une société de gens à l'aise et de voyageurs, où tout le monde "il est gentil" et la société si méchante à cause de tous ces salauds de fachos en puissance ! Ecoutez-les jacasser, pérorer de ce qu'ils pensent être un français "djeune". Ils kif par ci, ils zyva par là, sur les plateaux de télés, habillés en pauvre, mal rasés, mal peignés, pour faire peuple! C'est la mode !

Ils sont lamentables. Ils puent l'indécence, entre deux voyages en première classe, deux coupes de champagne, deux contrats signés, deux films ou albums, deux châteaux, deux chevaux, deux belles et puissantes voitures, ils vous expliquent comment il faut faire pour "vivre ensemble", avec l'immigré, cette nouvelle victime,  leur bonne conscience, et tout celà à longueur d'années, devant un public de gogos qui applaudit ! Que feraient-ils, qui seraient-ils, sans ce public d'écervelés?

Ce petit monde chic a trouvé un peu de temps pour tourner un petit clip qui va probablement nous asphyxier pendant des jours et des jours, à la manière des restaurants du coeur, juste avant les élections, comme par hasard. Histoire de nous dire, mine de rien, ce qu'il faut voter !

Pourquoi je pense à Jacques Brel en écrivant ces lignes. "Les bourgeois c'est comme les cochons..." C'est sans doute parce que je pense à cette chanson: ces "gens-là" qui ne pensent pas monsieur, non, ils ne pensent pas! Ils trichent! 

George Orwell dirait à leur propos que c'est du bon boulot! Moi je dis que c'est à vomir... Regardez les noms des artistes, des journalistes, des sportifs et autres... toujours les mêmes qui n'ont jamais vu une Cité de prés où il y a longtemps et encore moins vécu  dedans, si ce n'est un mois.  

Je vous en laisse lire un extrait mais si vous voulez lire l'ensemble, vous pourrez le faire en cliquant sur le lien.

 

Ils sont chanteurs, comédiens, journalistes, humoristes, animateurs, ambassadeur, sportifs ou anonymes et se mobilisent : Abd Al Malik, Juliette Gréco, Soprano, Angèle Chow-Toun, Thierry Cham, Bernard Mabille, Philippe Chevalier, Astrid Veillon, Lynscha, Freeman, Clémentine Célarié, Yvan le Bolloch, La Fouine, Hugues Aufrey, Dave, Jalil Lespert, Ladji Doucouré, Francis Lalanne, Jean Benguigui, Daniel Rondeau, Christiane Taubira, Thierry Rey, Geneviève de Fontenay, Stéphane Bak, Rocaya Diallo, Marthe Mercadier, Bernard Montiel, Michel Creton, Lilian Thuram, Christophe Hondelatte, François Vincentelli, Liza Edwards, Emel Mathloukhi, Sonia Rolland, Mino, Grace Gibson, Marie Colmant, Valérie Damido, Michel Field, Jean-François Derec, Franck Dubosc, Christophe Barbier... et d'autres encore, viennent de participer au tournage d'un clip qui sera présenté à la presse fin mars : une chanson "Tous la France" écrite par François Durpaire, la musique composée par la rappeuse Black Barbie et sa sœur Eris, un clip réalisé par deux réalisateurs Bruno Herlin et Richard Dailey et sa patte américaine, des artisans de qualité, Léo Spiritof, l'ingénieur du son, un collectif de bénévoles, sans maison de disque, ni producteur. De nombreux anonymes donnent de leur temps : figurants, maquilleuses, logistique...

Face à la crise identitaire que traverse la société française, face aux discours d'exclusion de l'autre, tous revendiquent une citoyenneté où l'unité se conjugue au pluriel. "Il faut se fédérer et montrer que la France, ce n'est pas privilégier juste une partie de la communauté nationale ; mais il faut prendre la communauté nationale dans son ensemble" explique Abd al Malik, et Michel Field d'ajouter: "Politiquement, les jeunes s'engagent dans les activités associatives, artistiques, ou musicales. L'énergie et l'envie de faire des choses sont là, ô combien et spécialement chez les jeunes déclassés, chez les jeunes des cités. Le problème c'est que la traduction politique de leurs envies et de leur vécu n'est pas là. On est quelques-uns à être consternés que la question des banlieues soit la grande absente du scrutin alors que ça a flambé il y a quatre ans. Il est difficile de se sentir concerné par des gens qui ne font aucun écho à leurs conditions de vie, à leurs préoccupations. Il y a une crise de la représentation politique. Mais ne pas voter, c'est pire encore". (...) Lire la suite ICI

A ce discours immonde, je ne peux  m'empêcher de penser aux jeunes des banlieues d'Alger, de Bamako, de Saint Louis, de Dakar, de Yaoundé, d'Oran, de Casablanca, d'Haïti qui eux, rêvent des banlieues de France comme d'un eldorado et sont préts à se noyer pour venir dans "cet enfer français" où il n'y a que l'AME, la CMU, l'ATA, la loi DALO, l'école gratuite, la cantine gratuite et même le halal, la régularisation et la naturalisation! L'enfer vous dis-je! 

Je pense aussi à tous ces jeunes des campagnes, des petites villes et villages, ceux du Loir et Cher qui n'ont rien que des mobylettes, des "grandes rues" vides, pas de boutiques, un seul SuperU, des écoles fermées, aucune animation et qui se traînent, s'emmerdent sur les places publiques et qui, suivant les âges attendent de retourner à l'internat à 30 ou 40km de chez eux et de leurs familles. Eux aussi sont pauvres, mais comme ils ne sont pas "immigrés, ils ne sont donc pas "défavorisés". Un jeune blanc des campagnes ne vaudra jamais un jeune "renoi" ou autre "rebeu"des cités! Pour ces gens là, la misère a forcèment une couleur ou une origine!

C'est quoi ces jeunes de la campagne, des petites villes et des villages? Ils sont de France, ils sont fils d'agriculteurs, d'ouvriers, de vendeuses ou le plus souvent de chômeurs! Ils n'ont qu'un seul drapeau, un seul pays. De ces "gens-là" on ne parle pas parce qu'ils sont "de souche", du terroir! Rien de très passionnant à raconter sur les plateaux de télés! A vomir vous disais-je...

Gérard Brazon


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Polux 18/03/2012 16:38


Evidemment, il est facile de parler de la pauvreté et de demander aux gens de mettre la main au porte monnaie quand on passe son temps dans les hôtels et les voitures de luxe, dans les soirées où
le champagne coule à flôts ( et d'autres produits ). Bien sûr qu'ils sont dans la misère les jeunes des banlieues et vous avez raison Gérard Brazon on ne parle pas des jeunes des campagnes qui
sont dans le même cas. On trouvera toujours de bonnes raisons à leurs débordements. Il y a quelques temps un homme politique disait :" Ils n'ont pas les mêmes chances, comment peuvent-ils
faire correctement leurs devoirs quand ils sont obligés de les faire sur la table de la cuisine ?" Alors j'ai demandé à ma femme où elle faisait ses devoirs quand elle était jeune, elle m'a
répondu :" Sur la table de la cuisine !" Tout comme moi ! Et nos casiers judiciaires sont vierges. Merci à nos mères et à nos pères, c'est surtout celà qui est important, alors que pour certains
la parentalité est surtout un moyen de revenus et rien d'autre, nos parents eux, nous ont inculqué des valeurs et une certaine moralité.

DUPONTDUFOU 14/03/2012 18:25


Des fous vous dis-je ! Qui nous mèneront à des affrontements.

MIKA 14/03/2012 18:12


Mon  cher Gérard, je suis tellement d’accord que je dépose à nouveau mon
commentaire sur Lilian Thuram  qui s’adonne à une « manipulation » indigne d’un « footeux.»


S’il vous ressort ce livre d’histoire traitant de la hiérarchie des 4 grandes
races « Blanche, Noire, Jaune… et Rouge (il fallait y penser à celle là)» dont il voudrait qu’on ait si honte sachez qu’il s’agit de la copie d’un livre écrit en 1877 écarté des
manuels scolaires par l’éducation nationale depuis 1920.


« La culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié » certes, mais pour
oublier encore faut-il avoir déjà appris.