Un député tunisien du parti Ennahda (Branche des Frères Musulmans) : l'excision est une opération "esthétique".

Publié le 20 Mars 2013

Tunisie. Habib Ellouze qualifie l'excision d'opération "esthétique"...

Tunisie: Habib Ellouze, un député du parti islamiste Ennahda (issu des Frères musulmans), appartenant à l’aile radicale du mouvement islamiste,  qualifie l'excision d'opération "esthétique" ...Habib Ellouze

Tunisie: Habib Ellouze, un député du parti islamiste Ennahda
(issu des Frères musulmans), appartenant à l’aile radicale du mouvement islamiste,  qualifie l'excision d'opération "esthétique" … 

Des députés de l'opposition laïque tunisienne ont vivement
critiqué ce lundi des propos prêtés à l'un de leurs collègues
du parti islamiste Ennahda, qui a qualifié l'excision des filles
en Afrique d'opération de chirurgie "esthétique""Il est inacceptable
qu'un député valorise un crime contre la femme"
, s'est emportée
à la tribune de l'Assemblée nationale constituante (ANC) l'élue
Nadia Chaabane à l'adresse du député Habib Ellouze qui
appartient à la frange des durs du mouvement Ennahda. 

« L'excision est une tradition sunnite et (...) il est preferable
de la pratiquer » 

Dans un entretien au journal le Maghreb publié ce dimanche,
H. Ellouze est cité comme tenant des propos très controversés
sur l'excision. "Dans les régions (d'Afrique) où il fait chaud, les gens
sont contraints d'exciser les filles à titre de thérapie car dans ces régions,
les clitoris sont trop grands et gênent l'époux"
, a-t-il dit, selon
le quotidien. "On excise ce qu'il y a en plus, mais ce n'est pas vrai
que l'excision supprime le plaisir chez les femmes, c'est l'occident qui a
exagéré le sujet. L'excision est une opération esthétique pour la femme"
,
a ajouté l'élu. 

Ecoutons encore d’autre « arguments » de ce leader islamiste, un de
ces Frères que certains ici entendent défendre, y compris à
l’extrême-gauche dans ses franges islamo-gauchistes : «L'excision
des filles est avant tout une question de chirurgie esthétique pratiquée
dans les pays chauds et qui pourrait aussi éviter la puanteur de
l'organe féminin»
, a estimé le député d'Ennahdha. 

L'élu islamiste de Sfax a ajouté : « Comme l'a confirmé le
prédicateur (égyptien, Ndlr) Wajdi Ghanim pendant sa visite au Yémen,
où ce phénomène est très répandu, l'excision est une tradition sunnite et
n'est pas une obligation religieuse mais il est préférable de la pratiquer »
,
a-t-il notamment dit. « Au Yémen où cette pratique est répandue,
elle est appliqué en tant que sunna et non comme une obligation religieuse »
 
a martelé Habib Ellouze

Ajoutant que cette tradition est répandue surtout dans les pays
chauds pour une raison bien déterminée. « Dans les pays chauds,
on transpire beaucoup et, en effectuant cette excision, la femme sent
moins mauvais et ne risque pas d'être rejetée par l'homme. C'est l'Occident
qui a détourné l'affaire et en a fait toute montagne »
, précise encore
Habib Ellouze.

L’excision, un thème récurent du discours islamiste

« Tout le monde se souvient du scandale qu’aura provoqué la visite en
Tunisie l’an passé du prédicateur égyptien Wajdi Ghanim. Tout le monde
avait alors crié à l’horreur au sujet de l’excision des filles prônée par ce dernier »
, rappelle fort à propos Webdo-tn (Tunis).

« Alors qu’on vient de célébrer la journée mondiale de la femme,
Habib Ellouze, l’élu nahdhaoui à l’Assemblée nationale constituante
empiète le pas sur Wajdi Ghanim »

« Voilà que le constituant nahdhaoui s’improvise en connaisseur de
l’esthétisme et de la jouissance des femmes allant jusqu’à estimer que la
poitrine imposante de certaines femmes africaines devrait passer sous
le bistouri, histoire de « se refaire une beauté ». Habib Ellouze est bel
et bien l’alter ego de Wajdi Ghanim. Décidément, on aura tout entendu
sous le règne des nahdhaouis »
, conclut le Webdo tunisien.

Une polémique révelatrice de l’hypocrisie islamiste …

Nadia Chaabane – Groupe Démocratique - a aussi demandé
à Habib Ellouze « de présenter ses excuses à toutes les femmes
tunisiennes suite à ces déclarations à propos de l’excision
»
, affirmant
qu’ « il est inconcevable qu’un élu de l’assemblée puisse valoriser l’excision ». Ces propos sont humiliants pour les femmes tunisiennes», a-t- elle martelé. 

Dans son intervention, l’élu Habib Ellouze a accusé la journaliste
d’El Maghreb d’avoir déformé ses propos au sujet de l’excision.  
« L’excision des fillettes est une pratique courante en Orient,
notamment au Yémen »
, a-t-il encore dit, niant toutefois avoir
exigé sa pratique en Tunisie. Par ailleurs, le rédacteur en chef
du journal El Maghreb, Zied Krichène, a indiqué, à l’Agence TAP,
que les propos de Habib Ellouze à l’ANC sont totalement exacts,
et que l’interview a été enregistrée par la journaliste. Il a ajouté
que le journal publiera, mardi, des précisions sur cette question.
Habib Ellouze avait déclaré, lundi, à la TAP, avant la tenue
de la séance plénière, que l’article du journal « Le Maghreb » 
n’a pas rapporté fidèlement ses propos qui, selon lui, 
« ont été déformés et sortis de leur contexte ».

... Comme le sont les appels a un « debat sur la polygamie »

Révélateur de l’islamisation rampante de la Tunisie est aussi
le débat sur la polygamie. Cette polygamie, que d’autres
islamistes en Libye, ont réimposée après 40 ans d’interdiction
par Kadhafi.
(Un salaud de dictateur selon la bien pensance, comme Hussein et
autres Assad. De dictatures violentes en autres dictatures, les bien pensants
ont choisi la pire: la religieuse!)

Ainsi le président du parti Al Rafah, salafiste, 
« appelle à un referendum sur la polygamie ».

Dans des déclarations à radio ShemsFM, l’islamiste Mohamed
Al Fakih, président du parti AL RAFAH, a appelé 
« à un referendum sur la polygamie », « une solution pour faire face
au célibat des filles »
, a-t-il affirmé.

Ennahda, qui dirige le gouvernement tunisien, est régulièrement
accusé, à forte raison, d'orchestrer une islamisation rampante
de la société et d'avoir pour objectif de limiter les droits des
femmes, ce que le mouvement dément. 

Selon l'Organisation internationale des migrations (OIM),
les mutilations génitales féminines concernent entre 100 et
140 millions de filles et de femmes à travers le monde,
principalement en Afrique. C’est, rappelons le, un crime odieux
contre les femmes. Et un sujet toujours évité par les
idéologues islamistes, particulièrement ceux issus de la mouvance
des Frères...

Luc Michel

http://www.cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=10089

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

FRANHENJAC 21/03/2013 00:28


Il n´a pas pensé lui,  à se couper le "zizi", tout particulièrement,  afin de ne pas reproduire des cons comme lui.