Un éditorial contre Laurent Wauquiez retiré de l'Office du tourisme du Chambon-sur-Lignon.

Publié le 29 Août 2013

La lettre annuelle de la Société d’histoire de la montagne (SHM) a été retirée de ses présentoirs dans quatre offices de tourisme du plateau Vivarais-Lignon. En cause : un éditorial et une caricature.

« On peut communiquer sur tout à l’échelle du territoire à l’Office du tourisme, mais si des gens sont pris à partie, et notamment des élus locaux, elle ne peut le tolérer. »

Bernard Cheynel, le président de l’Office de tourisme du Chambon-sur-Lignon, assume sans sourciller sa décision de retirer la onzième lettre annuelle de la Société d’histoire de la montagne (SHM) de ses habituels présentoirs. Une décision effective dans trois autres communes du plateau Vivarais-Lignon, dont le Mazet-Saint-Voy.

Dans cette lettre, l’éditorial met nommément en cause la maire du Chambon-sur-Lignon, Éliane Wauquiez-Motte, et le député-maire du Puy-en-Velay, Laurent Wauquiez. Il accuse l’un comme l’autre de « captation d’héritage » sur le sauvetage des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, au détriment notamment des « deux autres principales communes protestantes du Plateau, Le Mazet-Saint-Voy en Haute-Loire et Saint-Agrève en Ardèche, dont la légitimité au regard de cette histoire est pourtant tout à fait comparable à celle du Chambon-sur-Lignon. »

En outre, une caricature de Laurent Wauquiez est adjointe à l’article (cf. photo).

Y a-t-il atteinte à la liberté d’expression ?

 

Le directeur de publication de la lettre, Michel Fabréguet, également président de la SHM et professeur d’Histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Strasbourg, « déplore » cette décision et y voit même « un aspect ridicule ». Il considère par ailleurs ce retrait comme « une atteinte à la liberté d’expression » et ajoute : « Cette lettre gêne certainement le pouvoir politique. » Enfin, il précise que « la prise de position défendue dans cette lettre a été approuvée à l’unanimité des membres de la SHM ».

Bernard Cheynel lui répond que « la SHM a le droit d’exprimer ses opinions où elle le souhaite mais qu’en tant que délégation de service public l’Office de tourisme ne peut en être le diffuseur ». Il affirme également que « quel que soit l’élu qui aurait été mis en cause, [son] attitude aurait été la même ».

L’objet de la discorde. Photo Julien Wagner

L’objet de la discorde. Photo Julien Wagner

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

sentinelle 29/08/2013 15:37


Que l' on ne s'y trompe pas, DIEU connait se que chacuns a fait pour le secours de son peuple, il ne suffit pas de s'arroger les lauriers de la courronne, DIEU rétribura chaque individu, chaque
communautés, chaque pays à nsa juste valeur.


Que nôtre DIEU soit béni, car IL est juste et bon pour ceux qu'IL l'aime et aime ISRAEL.