Un exemple de faillite, l'Argentine - par Cadérange

Publié le 20 Juillet 2011

Un exemple de faillite: l'Argentine de 2001.Brr...

signalé par Nancy Verdier

 

La signification d'une faillite ou d'un défaut de paiement de la Grèce reste faible pour l'européen,- et pour le grec-, moyen qui ne comprennent pas vraiment quel est le risque, qu'est ce qui se passerait  concrètement dans ce cas pour eux , et pourquoi ils se battent en essayant de l'éviter à coup de privations et de sacrifices personnels.

La dernière faillite d'un état en date est celle de l'Argentine en 2001 dont elle n'est d'ailleurs pas encore sortie. La cause en était pourtant la même, plus de dépenses que de recettes pendant des années. A l'époque, l'Argentine était un pays exportateur de denrées agricoles , affichait un déficit budgétaire de 3.2 pct de PIB, avait une dette de 54 pct de son PIB mais avait sa monnaie propre et donc de la liberté de manoeuvre monétaire.

L'avant faillite 1990/2000 fut une période d'hyperinflation en Argentine,de taux d'intêret internationaux en hausse qui rendirent les refinancements de la dette impossibles car trop couteux. La vente massive des bijoux de famille, entendez les privatisations; se traduirent par des licenciements massifs également et par du chomage, de la pauvrété et des tensions sociales.Après la faillite de 2001, les argentins quittèrent leur pays par vagues avec la sensation que tout était perdu pour leur pays. Huit grèves successives eurent lieu en 2001 et pas moins de cinq nominations d'un président nouveau. Ce fut ce cinquième, Eduardo Duhalde, qui décida d'une autre dévaluation en 2002 et de la reconnaissance par la Congrés du défaut de paiement.

La politique de maintien d'un peso faible permit d'engranger de l'argent en exportant beaucoup de produits agricoles et en décourageant les importations. Par ailleurs les "dégraissages" brutaux d'après privatisation redonnèrent de la compétitivité à l'industrie argentine ce qui permit de revenir lentement à un meilleur équilibre primaire (avant service de la dette) des recettes et dépenses budgetaires.

Restait à restructurer les dettes existantes ce qui fut fait au détriment des préteurs/investisseurs étrangers qui y perdirent les 2/3 de leurs prêts/investissements.Seul le FMI fut intégralement remboursé.Reste encore à rembourser 9 milliards de dollars aux créanciers du Club de Paris avant de pouvoir revenir sur le marché financier international. Encore faudra t il soit payer très cher, soit donner des garanties en béton pour y arriver. Ce n'est donc pas gagné mais l'économie et donc les emplois prospèrent.

Quel parallèle avec la Grèce ou les autres pays de la zone euro? Le fait que chacun de ces pays n'a plus de capacité de manoeuvre pour dévaluer qui est la vrai réponse, à mon sens, à de telles crises de manière socialement acceptable. Le fait également que les créanciers privés laisseront des plumes inévitablemenrt dans le cadre d'une restructuration de la dette ultérieure.Vous comprenez maintenant pourquoi l'Allemagne en particulier pousse les investisseurs privés, cad les banques, à faire d'ores et déjà leur deuil de 30pct de leur dette. Vous comprenez aussi pourquoi il est demandé à la Grèce de privatiser massivement pour rendre le tissu industriel compétitif mais bien sur au détriment de l'emploi.

Par contre l'Argentine des années 2001 était en bien meilleur état économique que la Grèce d'aujourd'hui: 3.2 de PIB de déficit au lieu de 10,5, 54 pct de PIB de dette au lieu de 150 pct, une bien plus forte situation exportatrice. Et pourtant elle n'a pas échappé à la faillite et à une longue remontée à la surface. Ca fait frémir.

http://caderange.canalblog.com/ 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article