Un journaliste égyptien accusé d'incitation au meurtre de Mohamed Morsi

Publié le 2 Septembre 2012

« Je ne fais que critiquer le président Morsi » : ce matin, à l'ouverture de son procès au Caire, le journaliste égyptien Tewfik Okacha a nié avoir incité au meurtre du président Mohamed Morsi, comme cela lui est reproché. Une affaire qui fait du bruit en Egypte, d'autant que depuis près d’un mois la presse égyptienne accuse le nouveau pouvoir d’essayer de la contrôler.



Le journaliste Islam Afifi est jugé depuis le 23 août pour « incitation à la destabilisation de l'Egypte ».
Le journaliste Islam Afifi est jugé depuis le 23 août pour « incitation à la destabilisation de l'Egypte ».

 

Tewfik Okacha est présentateur, mais il dirige aussi la chaîne de télévision Al-Faraïn, « Les Pharaons », qui diffuse un programme très hostile au président Morsi et plus largement aux Frères musulmans - la chaîne basée au Caire est clairement pro-Moubarak. 

En trois semaines à peine, une plainte a été déposée. Al-Faraïn a été suspendue pour un mois (au moins), et Tewfik Okacha a appris qu’il lui était interdit de quitter le territoire et qu’il allait devoir passer devant les tribunaux. Même punition, même motif pour un autre journaliste « anti-Morsi », Islam Afifi, jugé depuis le 23 août pour avoir « incité à la déstabilisation de l’Egypte ». L'accusé parle, lui, de procès politique. D’ailleurs sa mise en détention préventive, le jour de l’ouverture de son procès, avait provoqué la fureur des journalistes. 

Mohammed Morsi avait été obligé au bout de quelques heures d’ordonner sa libération. Mais les médias ne décollèrent pas : ils estiment que le nouveau président tente de les mettre au pas. Le 9 août, une semaine avant l’annonce des poursuites à l’encontre des deux journalistes, plusieurs titres de la presse indépendante avaient publié des encarts blancs à la place de leurs éditoriaux pour dénoncer la nomination des rédacteurs en chefs des médias d’Etat par la Chambre haute du Parlement, dominée par les Frères musulmans. Une procédure héritée de l’ère Moubarak. 
Source: RFI

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

Aaron 03/09/2012 20:01


Cela ne nous rappelle-t-il pas le "Procès des Blouses Blanches" sous le régime de Staline?