Un Maire gifleur qui assume! C'est tellement rare...

Publié le 26 Août 2011

La Voix du Nord - par FLORENT MOREAU

 Maurice Boisart, mardi, sur la place de Cousolre. Le maire assume la gifle donnée à un adolescent de 17 ans. PHOTO «LA VOIX»Maurice Boisart, mardi, sur la place de Cousolre. Le maire assume la gifle donnée à un adolescent de 17 ans. PHOTO «LA VOIX»

| PROCÉDURE |

Il a dû s'adresser à ses administrés via le journal municipal, pour leur dire qu'il n'était « pas souffrant »... et qu'il ne se teignait pas les cheveux. Maurice Boisart, maire de Cousolre, sait ce que signifie l'expression « se faire des cheveux blancs » : les siens ont subitement blanchi l'hiver dernier - « même des collègues maires du canton ont du mal à me reconnaître » - à cause, selon son médecin, du stress lié à l'« altercation ». ...

 

 

L'affaire remonte à l'été 2010. Cousolre, village de 2 500 âmes situé entre Maubeuge et Solre-le-Château, est victime de divers actes de dégradation - tags, carreaux cassés - qui ont poussé le maire à prendre un arrêté : celui-ci interdit les rassemblements devant certains points jugés « sensibles » de la commune, entre 17 h et 7 h.

En cause, les nuisances causées, selon l'élu, par « une douzaine de jeunes, dont un noyau dur de quatre à cinq adolescents ».

En août, raconte Maurice Boisart, il surprend l'un d'eux en train d'escalader le grillage d'un terrain communal, et le sermonne. En réponse, « j'ai eu le droit à toutes les insultes qu'on peut imaginer devant ses copains et à des menaces. C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, il a pris une baffe. À travers moi, c'est la fonction de maire qu'il insultait ». Le jeune homme de 17 ans et son père déposent plainte à la gendarmerie pour violence volontaire. L'élu contacte lui aussi les pandores et porte plainte pour agression verbale.

« Chacun assume »

« C'est une histoire qui aurait pu être enterrée depuis longtemps », assure aujourd'hui l'édile qui a refusé en janvier une offre de médiation de la justice, afin « d'aller jusqu'au procès ». « Je veux qu'il soit puni, il faut que chacun assume, détaille Maurice Boisart. Moi, là-dedans, je ne me sens pas coupable, mais victime. Cette gifle, c'était de la légitime défense. » Il indique avoir depuis déposé une seconde plainte après avoir été menacé par le jeune homme sur la place de la mairie, cet été.

Le maire est convoqué le 4 octobre devant le tribunal correctionnel d'Avesnes-sur-Helpe. D'ici là, M. Boisart, persuadé que sa mésaventure est le reflet d'un mal plus profond lié à un manque de respect croissant envers les élus, lance un appel aux maires de son arrondissement. « J'ai déjà le soutien des maires de mon canton, assure-t-il. J'attends qu'ils le concrétisent par écrit et j'aimerais qu'il en soit de même pour ceux de l'arrondissement. S'ils peuvent venir ce jour-là au tribunal, c'est encore mieux : je compte bien faire de cette audience une tribune pour montrer les difficultés qu'on rencontre à se faire respecter dans nos fonctions. » En attendant, un « carnet de soutien » a été installé à l'entrée de la mairie il y a quelques jours, à côté de deux photos montrant l'évolution de sa chevelure entre janvier 2010 et janvier 2011. « Courage ! », « J'en aurais fait autant », « Je vous soutiens à 100 % » : il contient déjà plusieurs dizaines de messages.

Contactée, la famille du jeune homme n'a pas souhaité s'exprimer.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

island girl 30/08/2011 18:57



Chapeau bas Monsieur le maire,c'est une réplique ...naturelle.



bourguignon 27/08/2011 20:16



Je me permets d'intervenir à nouveau quand je lis le commentaire de Gérard B. sur les élus. Je crois qu'il ne faut pas mettre dans le même panier les Maires élus en particulier ceux de la
ruralité qui sont prtiquement des bénévoles et les autres élus qui sont devenus peu ou prou des pros de la politique, donc plus sensibles aux échéances politiques. Les Maires sont constamment
confrontés à la réalité du terrain et en général, font face à ces problèmes sans que ce soit mis forcément sur la place publique, en tous cas sans que ça sorte du contexte local.


ça n'empêche pas que ce genre de contentieux n'est pas forcément gagné devant les tribunaux qui ont parfois tendance à considérer que la victime de la société n'est pas celle que l'on pourrait
penser et à souvent se contenter d'admonester le prévenu en lui recommandant de ne pas recommencer parce que ce n'est pas bien...



Mitsch roger 27/08/2011 09:34



Monsieur le Maire, bonjour


Je vous félicite et vous avez tout mon soutien et s'il le faut ceux de mes amis. Comment peut t'on arriver à un procès pour une giffle méritée mille fois , et comment un père peut t'il porter
plainte envers celui qui à fait ce qu'il aurait du faire depuis longtemps avec cet énergumène.


quelle honte pour notre pays de traduire un élu devant un tribunal pour avoir remplacer le père quelques secondes.


bravo Monsieur le Maire


Roger Mitsch



germon 27/08/2011 09:30



Une bonne paire de claques, mais c'est une bonne idée; j'en connais plus d'un qui les méritent. 



isabelle 27/08/2011 05:31



Ce maire parle de "manque de respect croissant envers les élus".


Je crois que c'est manque de respect croissant envers tout le monde.


Ce sujet rejoint celui sur les sanctions à l'école où certains veulent que celui qui agresse verbalement un enseignant soit d'abord compris avant d'être, éventuellement, sanctionné.


Bravo à ce maire qui veut que ce gamin assume ses actes. C'est ça la vraie éducation. Et pas le laxisme généralisé.



Gérard Brazon 27/08/2011 12:27



En effet, c'est vers l'ensemble que le manque de respect existe. Que les élus soient touchés m'amuse beaucoup au fond. Ils vont toucher du doigt la réalité. Bayrou en son temps s'était fait faire
les poches par un innocent bambin. Là aussi une taloche vint. Pourquoi les politiques quand ils sont confrontés à la réalité agissent et puis, oublient lorsque c'est le peuple qui est spolié,
brutalisé. La politique changerait si les politiques devaient vivre 1 an dans les cités de Paris, de sa banlieue ou à Marseille, Toulouse, Lyon et j'en passe. Ils auraient mal aux mains et sans
doute partiraient vivre ailleurs. Dans tous les cas ils connaîtraient l'angoisse des français coincés dans les cités ou dans les RER, les trams et Métro divers. 



Bourguignon 27/08/2011 02:31



J'apporte tout mon soutien à mon collègue. Il a raison, il ne faut rien céder. L'attitude de ces jeunes n'est que le résultat de la démagogie de certains parents qui n'éduquent plus leurs enfants
et les soutiennent en dépit du bon sens.



Sébastien 27/08/2011 00:17



C'est tout ce que ce gamin méritait. Tou mon soutien à ce maire.


François Bayrou en 2002 a lui aussi giflé instinctivement un gamin qui tentait de lui faire les poches



henri 26/08/2011 17:38



Une baffe c'est sain et ça fait du bien....


Savez vous s'il y a une pétition  de soutien pour ce maire courageux ?



francis Claude 26/08/2011 16:07



ma generation a pris des baffes...merci a ceux parents ,instits, prof ,qui nous les ont donné!!!



rosalie 26/08/2011 15:55



Il est temps en effet que nous réagissions face au comportement de jeunes voyous irrespectueux qui ont fini par croire, grâce au laxisme de nos gouvernants et de notre justice, qu'ils seraient
toujours impunis. Ce matin sur RMC, une enseignante racontait ses déboires et les insultes qu'elle avait reçues de la part d'un élève de 5 ème qui, après une sanction minime, est revenu au
collège et a recommencé. Un autre auditeur disait qu'un principal de collège remettait la faute sur les enseignantes qui, paraît-il, ne savaient pas se faire respecter. Tant que nous aurons des
responsables démago et irresponsables, notre pays s'enfoncera de plus en plus dans le bourbier.



riziere 26/08/2011 14:42



Je ne suis pas du nord, je ne le connais pas, mais je lui dis BRAVO