Un "musulman" abat deux femmes gendarmes dans le Var

Publié le 19 Juin 2012

J'attend avec impatience la réaction de Madame Taubira si toutefois elle est capable de réagir car au fond, c'est sa philosophie, celle des socialistes laxistes en matière de justice qui est en cause. Que penser aussi de cette droite molle qui n'a jamais eu le courage d'imposer des lois et utiliser la manière forte pour mettre la justice sur la voie de la justice c'est à dire mettre la victime au centre de la jusctice et non l'inverse en transformant le coupable en victime de la socièté.

Les Français ont préféré s'abstenir lorsqu'ils avaient le choix. Ils ont préféré pour beaucoup d'entre eux voter pour des socialistes corrompus que pour des candidats du Front National. Vox populi, vox dei. Que ces électeurs là ne viennent pas se plaindre car lorsque tocsin sonne, c'est aussi pour eux.

On trouvera là encore les mêmes, sur les radios expliquer la mort de femmes qui ne faisaient que leur métier au service des Français. On trouvera là aussi les mêmes qui justifieront l'injustifiable et trouveront des excuses à l'inexcusable. De ces bobos impénitents et ignobles.

Par contre je ne suivrai pas Jean Patrick Gumberg sur son titre de "Un musulman abat deux femmes". cet homme est né musulman comme d'autres sont nés bouddhistes ou chrétiens. Sa vie n'a jamais été l'exemple d'un croyant.Ce n'était pas un adepte de cette engeance maladive qu'est le salafisme.  Il était alcoolique comme beaucoup d'autres et pas forcèment musulman, il était totalement inepte à la société, incapable d'y vivre normalement et fût l'objet d'une attention judiciaire très laxiste. C'est un fait. Ce n'était pas le taré Mohamed Merah, ni un débile de Dieu. Je ne sais pas si c'était nécessaire d'ajouter sa religion à son origine étrangère. C'est même à mon avis, contreproductif.  

Gérard Brazon

****

Jean Patrick Grumberg

Alicia Champlon – abattue à bout portant

Abdallah Boumezzar, un musulman "modéré" de 30 ans, a abattu de plusieurs balles dans la tête à bout portant Alicia Champlon, une adjudante de 29 ans, et Audrey Berthaut, maréchal des logis-chef, 35 ans, mère de deux filles de 5 et 13 ans à Collobrières dans le Var.

 
Alicia Champlon
Audrey Berthaut

Les deux femmes, en poste à Pierrette (Var), étaient intervenues pour régler un différend à la suite du vol d’un sac à main.

Tout débute par un cambriolage dont une habitante du village est victime dans la soirée de dimanche.

Un habitant avait aperçu un individu résidant dans le village avec un sac volé. La gendarmerie est aussitôt alertée, deux femmes de la brigade territoriale de Pierrefeu se rendent au domicile de l’individu suspecté du vol.

Une bagarre éclate, celui-ci assomme une des gendarme avant de lui subtiliser son arme.

Remarquant qu’elle porte un gilet pare-balles, il lui tire plusieurs balles dans la tête à bout portant. Puis, il poursuit la deuxième femme gendarme qui avait pris la fuite dans la rue. Il l’abat, froidement. Puis il prend la fuite avec sa concubine.

La section opérationnelle du GIGN les arrêtera vers 3 heures du matin dans une ruelle du village.

Si cet homme est l’avenir de la France, il y a lieu de le relâcher au plus vite, que fera la France sans lui.

Ces deux femmes sont mortes de la défaillance flagrante de la justice. Et lorsque François Hollande a déclaré qu’ « à travers ce drame, c’est la République qui est atteinte », c’est le rôle du juge dans la protection des gens qui pose problème. (J'attend avec impatience la réaction de madame Taubira si toutefois elle est capable de réagir car au fond, c'est sa philosophie, celle des socialistes laxistes en matière de justice qui est en cause. Que penser aussi de cette droite molle qui n'a jamais eu le courage d'imposer des lois et utilisé la manière forte pour mettre la justice sur la voie de la justice c'est à dire mettre la victime au centre de la jusctice et non l'inverse en transformant le coupable en victime de la socièté. ndlr Gérard Brazon)

C’est au juge de mettre les prédateurs hors d’état de nuire, et ils ne le font pas, pour des raisons idéologiques où les criminels sont considérées comme les victimes de la société.

Abdallah Boumezzar est un multirécidiviste.

Il comparaissait mercredi devant le tribunal correctionnel de Toulon pour violences contre sa mère.

Il était bien connu de la justice pour des faits de violences, et était déjà sous le coup d’une peine de deux ans fermes. Avant cela, il avait été condamné en 2002 à 30 mois de prison ferme pour trafic de drogue. Pourtant le juge a préféré « une mise à l’épreuve et une obligation de soins », et l’avait remis en liberté (avec interdiction de se rendre au domicile de sa mère), sans quoi les deux gendarmes seraient encore en vie, et les deux petites filles de 5 et 13 ans auraient encore une maman.

Nous sommes de tout cœur et présentons nos condoléances aux familles détruites et à ces deux petites filles rendues orphelines par la nonchalance des juges.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/06/18/97001-20120618FILWWW00686-collobrieres-le-suspect-a-echappe-a-la-prison.php 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Polux 19/06/2012 22:13


P.S. : pour HENRI ( sans agressivité, aucune )


Le tir de précision sur une cible et le tir en état de stress sur une personne n'ont aucun point commun. Surtout si cette personne vous tire aussi dessus, car je peux vous dire que même
pour un bon tireur il y a pas mal d'impacts hors cible !!!


Cordialement !


Polux

Polux 19/06/2012 22:05


Effectivement, il peut paraître aberrant qu'un représentant de l'ordre fuit en présence du danger et pire, en abandonnant son co-équipier, mais n'oublions pas que ces 2 gendarmes féminins étaient
très jeunes et peut être n'avaient elles jamais été confronté à une telle situations.


Alors on pourrait polémiquer et épiloguer longtemps sur leurs comportements respectifs ( la 1ère s'est fait subtiliser son arme ), mais il faut savoir qu'un entraînement ( peut être pas régulier
) et quelques exercices pratiques d'interpellations ne permettent pas d'aquérir les réflexes suffisants nécessaires pour une intervention réelle. L' entraînement c'est une chose , mais le terrain
en est une autre. Il faut aussi savoir que le principe 1er inculqué au représentants de la loi est la non utilisation de l'arme  ( parcours de tir par ex. ) et le 2ème est la gestion de l'
intervention, ne pas envenimer la situation et calmer le jeu. Celà ne marche pas avec tout le monde, la preuve !


De plus, qui peut dire avec certitude comment il réagirait lors d'une situation stressante ? Pour ma part, je ne peux pas répondre, ayant été en tant qu'ancien mili dans des situations tendues,
mais en éléments constitué, je n'ai pas connu de situations portée au paroxysme de celle dont nous parlons aujourd'hui ! Je pense quand même que dans cette situation, je n'aurai pas hésité !


Alors que les  " RAMBO " de temps de paix se posent la question et tentent honnêtement d'y répondre !!!

Marie-claire Muller 19/06/2012 18:39


Le triomphe béat des élites et le sacrifice des serviteurs – par Jean-Marc DESANTI



Publié par legaulois.info



 





« Quiconque couche avec la bête sera puni de mort. »(Exode, XXII, 18-20)


Au moment même où la gauche fêtait son triomphe dans des élections législatives où 44% des français refusaient
de se rendre aux urnes, deux femmes gendarmes étaient assassinées par un voyou «  déjà bien connu des services de police et de gendarmerie ».


Quel symbole et quel carambolage pour l'histoire politique française. Les tenants de la compassion pour les criminels se noyaient dans le champagne
pendant que deux innocentes agonisaient dans leur sang. Comment donc ? Il faudrait éviter toute « récupération » et laisser les explications à la destinée quelque peu
sorcière ? Ne nous faisons aucune illusion, les partisans de l'UMP aussi trouveront qu'il est indécent de lier les deux évènements. Il est vrai que plus rien ne les distingue de leurs
jumeaux humanistes de gauche lorsqu'il s'agit de ne jamais reconnaître les conséquences d'une idéologie autant pernicieuse que délétère.


 






On peut donc, en France, frapper, prendre une arme, puis abattre des représentants des forces de l'ordre en étant un individu désarmé et
isolé ? Nous voyons déjà poindre l'ignominie misogyne chez ceux-là même qui se veulent les représentants « des nouvelles classes en lutte », féministes, immigrés et homosexuels. Il
y aurait une faute de la hiérarchie que d'avoir envoyé en intervention deux femmes. Femmes avant d'être gendarmes ?





À regarder les vidéos des polices américaines ou australiennes, systématiquement archivées pour servir de preuves, les femmes-policiers de ces
nations n'hésitent pas une seconde pour abattre un délinquant dangereux et menaçant. Alors quoi ? Il y a un déterminisme génétique français qui rend nos femelles moins déterminées,
incapables et, disons-le, lâches devant des situations de crise ?





Tous les policiers, hommes ou femmes indiquent, et les faits divers sont nombreux à illustrer leurs propos, que leur première idée en cas de
violence est de se demander si « la légitime défense » est et sera justifiée juridiquement et judiciairement. Inutile de revenir sur les derniers cas révoltants de policiers mis en
examen après avoir abattu des récidivistes braqueurs agressifs.





Dans tous les états forts, respectueux de la vie des serviteurs de la nation , on enseigne aux représentants de la loi, à la fois la conscience
qu'il doivent avoir de leur redoutable pouvoir, mais aussi la différence fondamentale et philosophique, sans laquelle aucune société ne peut être pacifiée, entre la force et la violence, très
vieille distinction qu'avec brio Hegel fit, il y a des siècles déjà.





Sur notre territoire, on instille le doute, on distille la culpabilisation avant le devoir chez « les soldats de l'intérieur », hommes ou
femmes.





Il n'y a rien de naturel ou de fatal dans les faits écœurants qui viennent de se dérouler. C'est bien le « présumé coupable », cette
bête humaine, qui devrait être mort et non pas de jeunes âmes s'étant dévouées au service du bien commun et de la sécurité de tous.





Que les fêtards du 17 juin se rassurent, ils vont pouvoir traiter impunément de « fascistes » ceux qui, comme moi, réclament la peine de
mort pour les assassins de ce genre. Une fois de plus dans ce pays de France qui ne cesse d'agoniser, l'inversion des valeurs aura permis à la classe politique décadente et corrompue de se sortir
indemne d'un crime d'état.





Lançons donc une souscription nationale pour acheter des mouchoirs séchant les lourdes larmes de crocodiles des ministres en exercice. Prions pour
les innocentes, pardonnons et soyons dignes, encore et encore jusqu'à la nausée ...


Je ne crois plus en la justice immanente, je ne sais pas si demain tous ces attentats contre la dignité de la patrie et de ses serviteurs seront
sévèrement et justement punis. J'espère seulement. J'espère.





En 1894, dès l'accession au trône de Nicolas II, lors des fêtes du couronnement, des milliers de personnes furent écrasés. La sagesse populaire y
vit alors une prédestination à la catastrophe. Dès lors il y fallut un peu de temps mais le tsar finalement courut à sa ruine jusqu'à la tragédie finale et à l'effondrement total de son pouvoir.
Le peuple ne connut alors aucune clémence pour les soutiens de son régime.





Ne dit-on pas, comme Christian Rossi : « C'est intéressant de voir comment l'histoire bégaie parfois ».

henri 19/06/2012 17:14


pour le philosophe (Epicure )


aller jeter un oeil sur ce site ,ensuite vous pourez relire vos propos .


ça change des votres.


http://christinetasin.over-blog.fr/article-meurtre-des-deux-gendarmes-j-accuse-107160363.html


 

Jean le Gaulois 19/06/2012 14:28


@ Epicure. Avec tout le respect que je vous dois, je vous trouve très excessif dans vos propos. Cette jeune femme a vu sa collègue se faire tuer sous ses yeux et là pour elle il
n'était  surement plus question de militaire ou pas. "La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie"...Quand on entend siffler les balles en réalité on est pas comme vous derrière son
clavier d'ordi à écrire de telles banalités mais sous un feu nourri et tueur.C'était une jeune femme de 25 ans, pas un officier de la légion, ne vous méprenez pas.Elle a juste essayer de sauver
sa peau, on peut la comprendre.Ce n'est absolument pas de la lâcheté mais juste un instinct de survie. Si par malheur elle l'avait par bonheur descendu, elle aurait du affronter la justice
gauchiste  pour tenter surement en vain de prouver la légitime défense.Alors par respect pour cette jeune femme adorable et surtout pour sa famille déjà bien assez touchée, abtenez vous de
vos commentaires désobligeants.Vous qui êtes pour le devoir accompli avant tout, le vôtre de devoir devrait être d'avoir honte. Jean le Gaulois

henri 19/06/2012 13:51


Epicure :


je vous renvoie à l'article paru sur le Nouvel Observateur :


http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120618.OBS9007/gendarmes-tues-dans-le-var-3-questions-que-pose-ce-drame.html#xtor=RSS-128


extrait d'un com : "  Sur le forum, Le Crotale s'emporte : "C'est parfaitement inadmissible
qu'un militaire armé (...) soit CONTRAINT de prendre la fuite pour ne pas avoir à répondre de ses actes devant une juridiction de jugement et être livré à la vindicte populaire et journalistique.
"


Pour ma part j'ai fait mon service dans la Marine Nationale (Fini QM ) électricien,mais


assez bon tireur :dégoupiller une grenade à 50 mètres avec une balle*  ! peu le font ...


sans appui ni lunette.


Egalement ; par la suite ;dans le civil :décroché quelques coupes en tir de précision .

Jean Baptiste 19/06/2012 11:42


Ce n'est pas Pierrette, le village, mais Pierrefeu.

Epicure 19/06/2012 10:04


Justement, ceux qui ne savent faire ce minimum requis pour être soldat de métier n'ont qu' à aller faire autre chose...


De mon clavier, je sais aussi d'ecpérience ce que je dis, cher Henri...
Vous savez au moins manipuler une arme en toute sécurité et tirer?


Moi oui. et je sais à quel point il est difficile de tirer de sang froid avant toute attaque accomplie alors qu'il est déjà grand temps de tirer justement....mais là ce n'était pas


de sang froid et à froid mais précisément dans le FEU de l'action et en très légitime défense....


Français baratineurs et tout de suite prêt à capituler avec tous pleins de beaux arguments dérisoires.....Vous confirmez mon précédent Post!

henri 19/06/2012 08:56


Epicure :


Facile de porter un jugement derrière un clavier d'orninateur .


Qu'auriez vous vraiment fait à la plaee de la deuxième gendarmette ?


L'homme le plus décoré de la 2° Guerre mondiale , Audie Murphy , a gagné ses médailles sous le coup de la colère quand il voyait ses conpagnons se faire tuer .


Tout le monde ne peut en faire autant .

henri 19/06/2012 08:47


Suposition : 


si la gendarmette , avait fait un "carton" ,en état absolu de légitime défense ,


Il est certain qu'à l'heure actuelle il y aurait des manfestations,incendies de voitures,caillassages .


Sous l'oeil marri d'une gauche à plat ventre demandant ses excuses les plus plates à une communauté stigmatisée...  


Le momo, lui, est tranquille : on lui trouvera tout plein d'excuses et de bons avocats .


Nous sommes mal barrés et ce n'est que le début !


Mes pensées aux familles des victimes .


Ne pas oublier que c'est tout de même la faute à la justice qui lache des assassins dans la nature : il faudra bien qu'un jour elle rende des comptes.

Epicure 19/06/2012 08:36


Une Gendarme Gradée Armée, avec un droit de Tir sans preuve de légitime défense, confrontée au meurtre de son équipière par UN Assassin Seul et qui FUIT Sans riposter à feu nourri, est une
INCAPABLE....je regrette de devoir émettre ce jugement sur une adorable jeune femme décédée...Mais c'est INCONCEVABLE au plan militaire autant qu'humain.


Cela semble en tout cas bien "Français"

Gérard Brazon 19/06/2012 08:46



La panique sûrement. Manque de formation, impossibilité mental de tirer, que sais-je? Paix à son âme.



Epicure 19/06/2012 08:31


lesz flics américains qui se font dessouder sont en général en pleine action de combat ou aussi surpris dans des guet-apens...mais les coupables ont des risques fort de ne jamais plus revoir la
lumière...Ici, après 15 ans de bonne conduite sans assassibnat ni viol en prison trois étoiles, ce triste sire sera en liberté d'"Insertion sociale" humaniste...
Si cela plait aux Français! Tout va bien....

LA GAULOISE 19/06/2012 08:18


Je me demandais pourquoi on ne voyait pas ce multi recidiviste à la télévision et pourquoi on ne nous disait pas son nom......Pauvres jeunes femmes et pauvres enfants .Qui doivent elles
remercier?