Un officier de police : «Le système des primes en liquide perdure»

Publié le 6 Mai 2013

Suite à l'affaire des primes en liquide pour Claude Guéant, ses 500 000e trouvés chez lui, on ne sait plus à qui se fier!

Un syndicaliste policier affirmait qiue c'ést honteux d'affirmer que les primes en liquide existaient encore! C'est jeter le discrédit sur les fonctionnaires de Police! Qui ment alors? Le syndicaliste qui n'est plus sur le terrain et n'a pas vu un commissariat depuis longtemps!  Manuel Valls qui dit diligenter une enquête dans ses propres services ou ce policier qui témoigne dans l'article du Figaro? 

Oui décidèment il y a quelque chose de pourri, de rance et de moisie comme disait Filippeti au sujet de la culture française, dans cette société et ce n'est pas le peuple, les électeurs du FN, les vieux, les ouvriers, les salariés, les français de souche ou d'ailleurs, voire ceux qui croient encore, on se demande pourquoi, aux discours politiciens... 

Gérard Brazon

*****

Le Figaro.fr

TÉMOIGNAGE - Paul*, officier de police ayant exercé pendant plusieurs années au sein de la Direction centrale de la police nationale (DCPN), raconte comment, tout au long de sa carrière il a reçu des enveloppes en liquide. Cette pratique est encore une réalité selon lui.

Des officiers qui reçoivent des enveloppes contenant de l'argent liquide, Paul en a toujours connu. Et en connaît encore. Officier de police, il a travaillé plusieurs années au sein de la Direction centrale de la police nationale (DCPN). «Tous les trois mois, nous recevions notre prime en liquide», raconte-t-il. Les officiers de police étaient alors appelés dans le bureau du chef de service. Ils émargeaient la liste de perception et recevaient une enveloppe avec, à l'intérieur, entre 200 et 300 euros. Si Paul occupe aujourd'hui d'autres fonctions, il affirme que «le système perdure». «J'entends dire que c'est terminé, que ce genre de pratiques n'aurait plus cours. C'est totalement faux!», certifie-t-il. Les mêmes sommes sont octroyées, toujours en liquide.»

«C'est un système totalement opaque»

«Ces primes ne sont pas qualifiées. Je ne sais pas à quoi elles correspondent», indique Paul. Il dit ignorer qui reçoit l'argent «en haut lieu», qui le répartit, et selon quels critères ces sommes sont attribuées. «C'est un système totalement opaque, décrypte-t-il.J'imagine, mais cela n'est qu'une supposition, que c'est la direction concernée qui reçoit l'argent puis le répartit selon le nombre de fonctionnaires au sein de ses services

Les primes sont-elles octroyées «à la tête du client» ou toujours du même montant? «Mes collègues et moi recevions toujours les mêmes sommes. Il n'y avait pas de différences d'un officier à l'autre, raconte Paul. Par contre, nous ne savions pas à combien s'élevaient les enveloppes de nos supérieurs…»

Selon Paul, «de mémoire de policier», ces primes en liquide ont toujours existé. À Paris, en tout cas, la province restant selon lui exclue. Paul ne détient pas d'explication officielle à cette distinction, mais il s'est fait son idée: «Les policiers qui travaillent au sein de la capitale habitent pour la plupart en banlieue. Les contraintes de travail sont plus lourdes qu'en province. Les enveloppes servent à compenser.»

Frais d'enquêtes

Au cours de sa carrière, Paul a également reçu d'autres liquidités. Lorsqu'il exerçait au sein de la police judiciaire (PJ), il percevait des «frais d'enquêtes». «Les “anciens” avec qui je travaillais étaient tout à fait habitués. À la fin des années 1970, ces sommes pouvaient représenter jusqu'à un tiers du salaire mensuel d'un inspecteur de police.» Ces frais d'enquêtes visaient à couvrir des dépenses particulières comme la rémunération des informateurs ou certains défraiements dans le cadre d'opérations «d'immersion», de «planque», etc.

Rien à voir toutefois avec le système bien balisé des notes de frais: nul besoin ici de justificatif! «Le montant de ces frais n'était pas lié à des sommes effectivement engagées, révèle Paul. On les percevait après coup. En liquide, encore une fois.» Ces frais sont-ils encore perçus par les inspecteurs de la PJ? «Je n'en sais rien, répond Paul. Tout ce que je peux affirmer, c'est que les officiers de la DCPN, eux, reçoivent encore des primes en liquide, tous les trois mois

* Le prénom a été changé.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 08/05/2013 21:35


Valhante,


je suis parfaitement d'accord avec vous pour admirer des fonctionnaires de police (j'en connais personnellement) qui en effet risquent beaucoup pour pas grand chose, sinon la satisfaction morale
du devoir accompli; mais le Système dans lequel ils choisissent quand même d'oeuvrer est vicié à la base et la hiérarchie pourrit le système autoritaire mais ssans assez de discipline personnelle
 pour compenser les déviances quand même...Je déteste "l'obéissance de cadavre" que nous français avons tant critiqué chez nos voisins allemands, quand ça nous arrangeait... alors que la
même mentalité déplorable règne quasiment partout de la même façon sans jamais être remise en cause. La Police n'est pas encore la Grande Muette et je trouve les syndicats et les Individus bien
frileux politiquement et vis à vis du règlement, alors même qu'ils vont risquer leur vie armés de flingues qu'ils n'ont pas le droit d'utiliser... sauf quand ils sont morts et démontré la
Légitime Défense.... Le même paradoxe vient d'être mis en évidence ces derniers temps en Israël même, où la législation administrative apparait aussi stupide et "démocratiquement
bornée"...Pourtant, ce n'est pas un pays tranquille  et les armes y circulent en masse puisque tous sont mobilisables à l'instant. Mêmes causes mêmes effets: esprit administratif et
diplomatiquement veule et manque de courage indicviduel...on est dans le film de Mme Von Trotta sur Hanna Harendt et Eichmann, ce fonctionnaire zélé qui ne critique rien et obéit ...


Peut-être que ce problème fait partie des questions sans réponse et sans solution... 

Valhante 08/05/2013 21:14


@Epicure


Vous parlez comme un antifa ? Diabolisation de l'adversaire. Sauf si j'ai mal interprêté.


Je trouve que vous allez vite en besogne.


Beaucoup de fonctionnaires touchent des indemnités en tout genre moins méritées (Prime de résidence pour les agents du Quai d'Orsay, par exemple).


Pourquoi les policiers devraient être assimilés à des miliciens ou des salauds ? Ils ne peuvent peut-être pas tout récupérer en RTT.


Vous connaissez beaucoup de gens prêts à risquer leur peau, se faire insulter en permanence pas des morveux, laisser faire la racaille qui les nargue, supporter les décisions iniques des
magistrats du mur des cons et des autres, des mises en examen pour bavure ? etc...


Simple compensation qui ne me choque pas, à la condition bien sûr que ce soit pour la bonne cause et non pour la défense d'intérêts politiques. Prime de gazeurs de la manif pour tous, par
exemple. Allez savoir !


Objectif final : destruction de la nation française, via la destruction de l'école, la famille, l'armée, la justice, ... la police. Tout y passe pour le grand remplacement !!!

Epicure 06/05/2013 14:03


Comme pendant les "années les plus sombres de notre histoires" sic resic la police est corrompue ou constituée de salopards sadiques: quelques uns, braves gendarmes, prenaient leur bicyclette et
se farcissaient des dizaines de km pour aller partout où ils connaissaient des Juifs planqués pour les avertir de coucher à la belle étoile le temps que cessent les rafles dont ils avaient eu
vent. Et cela GRATUITEMENT. tous les autres une masse, n'étaient que des fumiers chasseurs d'enfants planqués et soudoyables avec tout ce qu'on trouve aujourd'hui encore comme en Allemagne, comme
or, bijoux et Devises sûrement dépensées depuis.


On a mis 60 ans pour ne retrouver que quelques petits % des instruments  de musique Tableaux et oeuvres anciennes volées et léguées aux générations nouvelles....qui sancrtionne Teppert Post
Mortem....sans qu'on ait la moindre preuve qu'il ait fait autre chose que de sauver sa peau sur le front Est en pleine retraite quand il fut mobilisé?????....