Un professeur de l'université française regrette que la TV tunisienne présente un islam guerrier qui n'est pas le "véritable islam"

Publié le 22 Juillet 2012

Un article qui prête à sourire "jaune". Comme chacun sait, l'islam est une religion d'amour, de tolérance et de paix, il en donne chaque jour l'exemple....!!!  Monsieur Oueslati est professeur dans une université française et n'hésite pas, à l'instar de ses corréligionnaires et amis, le plus souvent notoirement de gauche et pro- islamistes, à  avancer des contre vérités. La conclusion de cette article par Salah Oueslati ne peut que soulever notre indignation. Car le message qu'il véhicule franchement ne passe pas. Toujours cette manie des musulmans et de leurs dhimmis attitrés et manipulateurs,  de vouloir réécrire l'histoire de France, d'Europe et pourquoi pas de l'humanité toute entière, en flattant la période mahométane, en lui donnant un rôle positif qu'elle n'a jamais eu. Une manière d'assoupir et de formater les esprits de la jeunesse occidentale afin d'instaurer avec l'appui de nos élus vendus, une nouvelle civilisation....
Mais nous, monsieur, nous sommes des Résistants. Et nous cherchons encore ce que l'islam a pu apporter à notre civilisation et à l'humanité dans le domaine de la spiritualité, de l'humanisme, du savoir et de la science....Et nous confirmons que notre génération a gardé et gardera le souvenir d'un islam violent et guerrier.  La prise du pouvoir de l'islam au cours des siècles passés, ses accointances avec des dictatures intolérantes, son mode de fonctionnement interne, le traitement cruel envers les "infidèles" ainsi  que tous les attentats perpétrés depuis des décennies et tragiquement tout récemment au nom de l'intolérance , de l'antisémitisme et du jihad,  nous montrent que l'islam n'est rien d'autre que cette violence....Que la TV tunisienne diffuse des films d'une sauvagerie extrême, est certes inquiétant et laisse supposer que le nouveau régime cherche à "chauffer les esprits". Le contenu de ces films présente un islam tout puissant et prêt au jihad. Un  moyen pour perpétuer cette longue tradition de violence et préparer la jeunesse tunisienne à l'instauration de la Charia et du Califat?  Pourquoi ne dites-vous pas la vérité ? Pourquoi fuyez-vous la réalité tout en faisant la promotion du mensonge ?  Pourquoi cette volonté  de réduire notre brillant passé (quels qu'en furent ses passages sombres) à l'aune d'une "religion" sans générosité, sans espoir et sans autre projet que de conquérir et d'asservir l'humanité ?

Nancy Verdier

 


 

C’est l'image d’un islam conquérant pour et par la violence que les feuilletons de ramadan propagent dans l’opinion, une prouesse que même les pires ennemis de cette belle religion n’oseraient réaliser.(Salah Oueslati)

TUNISIE : l'endoctrinement wahhabite par les séries télévisées ramadanesques 

Par Salah Oueslati*

Mois de ramadan oblige, dans quelques jours, les téléspectateurs arabes vont être inondés par des séries télévisés et des films à gros budget narrant les grandes épopées de l’histoire de l’islam et les exploits de ses grandes figures mythiques et légendaires.

Le glaive et le poignard pour «imposer» la religion

Ce genre de programmations n’est nullement une nouveauté. Celles-ci ont, depuis de nombreuses années, rythmé les soirées du mois sacré, période propice à la prière, au partage, à la solidarité, au pardon et à l’amour du prochain.

Ce sont les gros investissements des pays du Golfe, notamment l’Arabie saoudite, qui constituent la véritable nouveauté. De grosses productions qui sollicitent le renfort d’acteurs souvent égyptiens, célèbres et talentueux.

Ce qui est frappant dans ces séries c’est l’importance donnée à la conquête par les armes, par le sang, voire par la cruauté. Ils donnent l’impression que les Musulmans ne font parler que le glaive et le poignard pour «imposer» leur religion aux populations conquises.

Après chaque bataille, les corps de l’ennemi jonchent le sol par dizaines, voire par milliers, au grand plaisir des téléspectateurs, jeunes et moins jeunes, qui vivent ces exploits par procuration comme une forme de compensation ou un exutoire à leur frustration quotidienne devant l’incapacité de leurs dirigeants à arrêter les colonisations des terres palestiniennes par le gouvernement israéliens ou à mettre fin à l’occupation des terres musulmanes par l’armée de l’Oncle Sam. Une plongée enivrante dans un âge d’or bien lointain qui sert d’antidote éphémère au sentiment de déclin qui ronge le monde arabe d’aujourd’hui.

Version wahhabite des «foutouhat» islamiques

Alors que la religion musulmane parle de «foutouhat», conquête par la conversion pacifique, c’est limage d’un l’islam conquérant pour et par la violence qui est propagée, une prouesse que même les pires ennemis de cette belle religion n’oseraient réaliser.

Feuilleton Al Farouq Omar.

De plus, on projette un islam épuré de toute dimension universelle, civilisationnelle ou culturelle. Tout ce qui touche au brassage des cultures, des civilisations et des groupes ethniques est sous-représenté ou carrément occulté. Une religion qui se limite à des prescriptions rituelles dénuées de toute profondeur spirituelle. Bref, une version wahhabite mimée par les djihadistes dans leurs sites Internet et même par les salafistes tunisiens qui, à une époque des satellites et des drones, brandissent de façon grotesque des glaives factices ou véritables à chaque fois qu’ils organisent une manifestation ou un rassemblement de protestation.

Si la religion musulmane était limitée à cette dimension guerrière, elle n’aurait pas conquis les cœurs de plus de un milliard d’individus de toutes origines et de toutes cultures à travers le monde. Elle n’aurait pas apporté à l’Humanité l’une des civilisations les plus fécondes dans les domaines du savoir, de la science, des mathématiques, de la médecine et dans bien d’autres tout aussi importants. 

 * Maître de conférences, France.

On notera pour tempérer l'enthousiasme musulman de ce "Maître de conférence" que les musulmans n'ont pas inventé la médecine moderne, n'ont participé en rien à la technologie d'aujourd'hui ni d'hier, pas même celle qui a fait surgir le pétrole, n'ont pas inventé de médicaments de type antibiotique entre autres, ni éradiquer de maladies particulières, n'ont de philosophie qu'Allah et son prophète dont on connait le puit de science bédouine. Ils n'ont pas inventé le livre imprimé, encore moins fait faire des pas de géant à l'humanité à travers les réflexions coraniques sur la vie et l'individu, ne sont pas allés  sur la Lune (certains "savants islamiques pensent que la terre est plate). Ils ont tout de même réalisé l'eau chaude... pour le thé. Là où il y avait de la vigne, des terres céréalières, de la richesse (Afrique Romaine et Byzantine), l'islam a fait un désert et a mis des chêvres! 

Tout cela pour dire que si l'islam était une culture aussi riche et aussi extraordinaire que ce maître le dit, l'islam serait bien plus important qu'il ne l'est et que l'on n'aurait pas à chercher à la loupe une miette de son génie alors que celui des Européens est évident durant les derniers siècles. En fait l'islam est une culture arrièrée et en panne d'imagination. Coincée quelque part en l'an 800 et quelque! 

L'islam n'a rien inventé mais tout repris lors de ses pillages dans le monde. Même le zéro n'est pas de l'islam mais de l'Inde. Son génie relève donc de la razzia et de la réutilisation. Même la culture Grec (Aristote par exemple- Avicenne n'était pas en odeur de sainteté en "terre d'islam" loin de là)) n'a pas été sauvée par les musulmans, c'est une exagération sachant que bien des savants de l'Empire de Byzance(des vrais) vivaient en Italie apportant (emportant?) avec eux l'héritage des Grecs.

Il se trouve qu'aujourd'hui, les européens sont masochistes et autodestructeurs. C'est bien dommage...

Gérard Brazon  

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Suzanne 23/07/2012 18:15


Il faudrait expliquer à ce Maître de conférences que s'il y a autant d'adeptes de Mahomet dans le monde, c'est justement à cause de la violence de l'islam.C'est parce-qu'ils n'ont pas eu d'autre
choix qu'ils ont embrassé (??) cette religion.


Les films tunisiens montrent donc la réalité vraie. C'est du côté du christianisme qu'il faut chercher des paroles et des actes de paix et de fraternité (malgré certains ratés de
temps à autre).


Merci de remplacer dans le texte le mot "acquaintaces" par "accointances".

DURADUPIF 23/07/2012 14:44


Pour être considéré comme CITOYEN A PART ENTIERE, il faut se comporter ENTIEREMENT EN CITOYEN. Français cela va de soi et de ne reconnaître qu'un seul drapeau de trois couleurs, bleu, blanc et
rouge.

Marie-claire Muller 22/07/2012 20:53


Ce maitre de conférence est un idiot utile!il nie l'évidence en essayant de nous bluffer au sujet des mahométans!il ne faut pas sortir de Saint Cyr pour s'apercevoir qu'il y a un seul islam,
celui de la conquête et du ravage des autres civilisations!et ce n'est pas cet intellectuel à la langue fourchue qui nous trompera.CE N EST PAS UNE GRANDE CIVILISATION NOUS AYANT APPORTE LE
PROGRES; C EST UNE CALAMITE, ATTILA ET LES UNS ETAIENT DES AGNEAUX A COTE DE CETTE ENGEANCE SOURNOISE ET MALFAISANTE VENUE DES ENFERS!


Un exemple de revendication sournoise de la part du représentant du culte muzz:


Accueil > Société > Le CFCM contre la mention de la religion en cas
d'agression


Le CFCM contre la mention de la religion en cas d'agression



Créé le 20-07-2012 à 12h46 - Mis à jour à 17h16




Mots-clés : Président, religion, islam, Société




 



PARTAGER


RÉAGIR1
Abonnez-vous au
Nouvel Observateur




Le président du Conseil national du Culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, a souhaité vendredi qu'en cas d'agression, il ne soit pas fait mention de
l'appartenance religieuse de l'agresseur ou de l'agressé, ceci afin d'éviter "les généralisations". (c) Afp



Le président du Conseil national du Culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, a souhaité vendredi qu'en cas d'agression, il ne soit pas fait mention de l'appartenance religieuse de l'agresseur
ou de l'agressé, ceci afin d'éviter "les généralisations".


Mohammed Moussaoui s'exprimait devant la presse dans la cour de l'Elysée, à l'issue d'un entretien avec le président François Hollande.


Au CFCM, "nous souhaitons que, lorsqu'il y a une agression, l'origine ou l'appartenance religieuse de l'agressé ou de l'agresseur ne soient pas mises systématiquement en avant sans prendre les
précautions qui s'imposent", a-t-il affirmé.


Selon lui, "une agression contre un musulman n'est pas forcément un acte anti-musulman. Dans notre pays, les agressions émanant d'imbéciles existent, la probabilité pour que l'agressé soit
musulman n'est pas nulle, comme la probabilité pour que l'agresseur soit musulman n'est pas nulle. Et je pourrais dire autant pour les juifs, pour les catholiques, les protestants".


"Il faut être très attentif à ce que les agressions ne soient pas forcément caractérisées sans qu'il y ait des éléments probants qui permettraient de qualifier l'acte d'anti-musulman ou
d'antisémite", a-t-il insisté.


M. Moussaoui a dit "comprendre l'angoisse et l'inquiétude des Juifs de France suite à ce qui s'est passé à Toulouse (ndlr trois enfants juifs et un rabbin assassinés par Mohamed Merah, en mars)
mais je dis à nos coreligionnaires juifs qu'il n'est pas dans notre intérêt à ce que tout acte, je dirais d'incivilité ou acte d'agression, soit systématiquement qualifié d'antisémitisme".


Il ne faut "pas confondre des jeunes qui peuvent être désoeuvrés et qui commettraient un acte délictueux, inacceptable" avec l'ensemble des jeunes, et il ne faut pas "que leur origine
religieuse soit mise en avant et que des généralisations quelquefois approximatives soient faites", a ajouté M. Moussaoui.


Il a également indiqué que "depuis les élections passées, on a observé une diminution des actes anti-musulmans".


Le président du CFCM a également affirmé au chef de l'Etat que les musulmans de France souhaitaient "être considérés comme citoyens à part entière", que l'organisation de leur culte était leur
"affaire" et a demandé que "les moyens qui permettraient son indépendance soient mis en oeuvre, notamment les financements".


"Sur toutes ces questions, le président Hollande a été très attentif, très à l'écoute", a-t-il affirmé.


Reçu le 12 juillet par le chef de l'Etat, le grand rabbin de France Gilles Bernheim avait demandé que les autorités religieuses musulmanes "récusent publiquement tout ce qui peut rappeler
l'intégrisme et la violence que portent certains courants de l'islam", sur fond de progression des actes antisémites depuis l'affaire Merah, en mars dernier.