Un réflexion sur George Frêche, le Parti Socialiste et autres comportements hypocrites...

Publié le 3 Février 2010

Il y a des moments ou l’on se demande à qui l’on peut se fier. Prenez le Parti Socialiste avec « l’affaire George Frêche » qui met en émoi une Martine Aubry protestant contre les  propos inadmissibles qui ne sont en fait, qu’une réflexion que ma grand-mère employait dès qu’elle se méfiait d’une personne.  Il n’a pas l’air très catholique. Mais il est vrai qu'elle est protestante m'a t'on dit. Décidément, le on ne peut plus rien dire devient de plus en plus pesant dans ce pays.

Même Maître Gilles-William Goldnadel, fondateur et Président de l'association "Avocats sans frontières", élu au sein des instances dirigeantes du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) le disait tranquillement aux Grandes Gueules de RMC : George Frêche n’est pas antisémite et qu’en gros, les réactions du Parti Socialiste ne sont que des gesticulations avant tout politiques. Un moyen de se débarrasser à bon compte du trublion du Languedoc-Roussillon. Il faisait d’ailleurs remarquer que ce même Parti Socialiste n’avait rien dit lorsque Georges Frêche avait permis l’installation d’une entreprise Israélienne dans sa région. Une installation qui fût contestée par les partis d’extrême gauche en collusion avec des représentants palestiniens les plus durs. Rien dit non plus sur les tentatives de boycott des produits israéliens par des femmes voilées dans les supermarchés. Il y avait pourtant des atteintes graves aux libertés.
Toujours ce deux poids deux mesures qui caractérise la gauche qui n’a plus rien de progressiste. La même attitude en somme qui prévaut dans les diverses associations antiracistes. Suivant que vous soyez blancs, noirs ou rouge les jugements de cours... etc.
Dans le cas de Frêche, ce seront les électeurs qui trancheront dans la région.

Cela dit, à l'UMP, nous avons aussi des élus aux comportements curieux aux regards des électeurs. Prenez Jean-Christophe Lagarde qui a remporté dès le premier tour les élections municipales à Drancy dans le 93 avec 50,84 % des voix. Une des villes de l'ancienne banlieue rouge communiste. Belle performance même vis-à-vis d’un parti moribond. En octobre 2004, il interpelle Villepin alors ministre de l'Intérieur, au sujet d'un disque de rap distribué par la municipalité de Bobigny qu'il juge offensant pour les forces de l'ordre. Très bien également. La cerise sur le gâteau, pour moi qui ai voté contre le référendum sur la Constitution Européenne en 2005, Jean Christophe Lagarde avait prôné un « non » au traité et dénoncé la volonté fédéraliste européenne. L’ami Roger Karoutchi, qui d’habitude a de l’humour déclare à ce propos que : c'est un sectaire qui est en train de mal tourner. Ce qui est la formule habituelle pour ceux qui souhaite dans le droit fil du général de Gaulle une Europe des Nations et non des marchands. Charles de Gaulle avait-t-il mal tourné ?

Seulement voilà, comme beaucoup de Maires aujourd’hui, Jean-Christophe Lagarde, maire de Drancy aurait offert, nous dit Riposte Laïque, aux frais du contribuables, la construction d’un édifice municipal, finalisé juste avant les élections municipales, coûtant 2,1 millions d’euros pour servir de mosquée et d’école coranique, en violation totale des lois laïques. Jean-Christophe Lagarde ira même jusqu’à tromper ses administrés en leur mentant sur la destination du bâtiment. Le maire de Drancy prétendra ultérieurement que le loyer de 4000 euros par mois rembourserait la mairie, alors que ce loyer paie juste les frais d’entretien de l’édifice y compris le salaire des femmes de ménage. Bien sûr, entièrement à la charge de la municipalité, donc des contribuables de Drancy.

Jean-Christophe Lagarde disait: il vaut mieux une mosquée républicaine que l’ islam des caves. Je me souviens avoir entendu cela dans les salons de la Mairie de Puteaux. Ce fût dit par un de mes amis politiques. Quoiqu’il en soit, l’actualité donne totalement tort au maire de Drancy poursuit Riposte-Laïque : son ami Hassan Chalghoumi, imam de sa « mosquée municipale » est certes un homme courageux. Il tente d’établir des liens avec la communauté juive et a clairement condamné le port de la burqa contrairement à la position officielle du CFCM. Mais Hassan Chalghoumi a été contesté au sein même de la mosquée municipale du maire de Drancy et en des paroles peu amènes. Il fut traité par des « fidèles » de « traître » et de « harki » et il fut même obligé de quitter la mosquée sous grande protection policière. Entre parenthèse, Je trouve que l’association de traître et harki est une association injurieuse pour ceux qui avaient fait le choix de la France durant la guerre d’Algérie. Surtout de la part de personnes qui vivent en France et sont sans doute,  des citoyens français. Là aussi se pose l’acceptation de l’Histoire de France. Le bon comme le mauvais bref, l’identité nationale. Pour moi les Harkis sont des soldats français qui ont été maltraités par la mère patrie. En aucun cas des traîtres aux regards de français. Fin de la parenthèse.

Revenons à Drancy. La preuve est faite que la parabole de « l’islam des caves ou de la République » est une fable. Je n’ai rien contre les mosquées et il me paraît normal qu’il y ait des lieux de prières pour les croyants. C’est de toutes les façons préférable aux rues occupées au détriment de la libre circulation. Pour autant, on ne peut imaginer que les mosquées se fassent aux frais des contribuables et couvrent la France en moins de 20 ans alors qu’il fallut plusieurs siècles pour les églises.

Il en reste pas moins que c’est dans la mosquée de Drancy payée par les contribuables qu’on a accusé et insulté un imam tendant de prôner un islam laïque et respectueux des valeurs républicaines. Cette  imam progressiste fut obligé de fuir la vindicte des croyants qui protestaient contre son rapprochement envers la communauté juive et son affirmation qu’il était contre le niqab et la burqa. Il a cédé aux intimidations des fanatiques. L’échec de la « mosquée républicaine » de Drancy est désormais patent.

Il faudra bien que la République laïque française accepte de protéger et de soutenir tous ces musulmans qui en ont assez d’être associés au terrorisme alors qu’ils souhaitent tout simplement vivre en paix et sans ostracisme.

Il faudra bien qu’un jour, les intellectuels de France soutiennent la démarche de ces musulmans qui, sans ce soutien, n’oseront jamais descendre dans la rue manifester contre le terrorisme. Les soutenir pour une image apaisée et tranquille de leur religion.

Que ces intellectuels de droite comme de gauche soutiennent cette vision plutôt que de tirer à vue sur le moindre des propos y cherchant le poux ou la raison de crier avec les loups.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

zebuloneuf 03/02/2010 22:08


Pardonnez-moi, cette page  http://tinyurl.com/yz2popz
annule la précédente un peu plus haut



Gérard Brazon 03/02/2010 20:53


Comme quoi certains hommes politiques feraient bien de tourner sept fois leur langue avant de parler. Cela tient peut-être à leur vie bien protégée.
Bien à vous.


zebuloneuf 03/02/2010 19:25


La question de l'islam compatible avec notre république EST la question de fond.Je suis tout
à fait d'accord et quand Juppé déclare droit dans ses bottes que l'islam, donc sa loi la charia,
est compatible avec la République là je suis scandalisé et pour me défouler j'écris cet article d'action: http://tinyurl.com/y9tfftv


Gérard Brazon 03/02/2010 19:00



Je vous remercie de votre commentaire. Je connais bien la position de
Riposte-Laïque ainsi que celle de Bivouac-ID et d'autres. Je sais que l'islamisme est un danger pour tous les pays qui accepteraient les diktats de ceux-ci. 
La question de l'islam compatible avec notre république EST la question de fond. Je connais de nombreux musulmans qui ne souhaitent que vivre tranquillement en France. La plupart ne sont pas
pratiquant. Le risque étant qu'il ne faudrait pas confondre le français de culture musulmane avec l'islamiste. Pour mémoire, il y a eu des musulman de culture comme Bourguiba en Tunisie qui ont
fait avancer la société. Alors oui, il faut combattre l'islamisme, combattre tous les fondamentalistes, combattre tous ceux qui souhaitent faire de la France un terrain de lutte religieuse. Il
faut aussi combattre "les pacifistes de toujours" ceux qui renoncent avant les batailles pour des raisons électorales. Ces raisons pusillanimes qui
font que des Maires cèdent aux islamistes sur les horaires en piscine, les repas Hallal à l'école, construisent des mosquées avec des écoles coraniques incontrôlable sur des fonds publiques,
etc.
C'est pourquoi je souhaite vivement la montée en puissance d'un "islam laïque" ou pour le moins respectueux de la Laïcité. La montée d'un islam défilant dans les rues pour défendre le pays, la
France contre toutes les formes de terrorisme. C'est avec les musulmans et non contre eux que l'on pourra avoir un pays ou régnera l'équilibre.
Merci de votre commentaire.



carlesen 03/02/2010 17:47



Monsieur Brazon je vous lis toujours avec beaucoup de plaisir et d'intérêt et je suis la plupart du temps d'accord avec vos prises de position pleines de bon sens. Par contre vous semblez
accepter bien volontiers l'édification de mosquées en France ce qui n'est pas mon cas et je m'en explique. 
Au niveau des principes il y plein de bonnes raisons de dire NON aux mosquées.  La pratique de l’islam, au prosélytisme agressif (voiles, burqas, repas halal, dans les cantines, plages
horaires réservées aux musulmanes dans les piscines, prières publiques dans les rues voire sur le parvis des mairies), doit être réservée à la sphère
privée uniquement. A cette page un document emprunté au site Riposte laïque donnant aux maires des raisons objectives de dire NON
aux mosquées: http://tinyurl.com/ygdwje5


Si ce qui compte vraiment pour un pieux musulman n’est uniquement que sa piété, sa relation directe avec Allah, personne en France ne l’empêche  de prier chez
lui et alors nul besoin d’une mosquée.


Les musulmans sunnites archi-majoritaires en France n’ont pas d’organisation hiérarchique comme les catholiques, pas de clergé en tant qu’intermédiaires entre les croyants et leur dieu (pas de
prêtres, abbés, évêques et pape). Les imams autoproclamés ou cooptés par les croyants n’ont aucune mission sacerdotale comparable à celle d’un prêtre. Par conséquent une mosquée ne ressemble en
rien à une église et n’est pas cultuellement essentielle en islam mais plutôt politiquement
essentielle pour l’islam ce qui est bien sûr caché. D'ailleurs Wikipedia souligne dans sa définition d'une mosquée sa dimension politique.
En résumé de bonnes raisons de refuser les mosquées ne manquent pas.