Un réseau islamiste démantelé à Nice

Publié le 29 Mars 2012

Coup d'arrêt à une filière - 16433641.jpgEn 2005, déjà, Nice avait été le théâtre d'une impressionnante descente de la DST : dans les quartiers de la Californie et de Bon-Voyage ainsi qu'à Vence, plusieurs membres présumés d'une filière irakienne avaient été interpellés.Patrice Lapoirie

 

Une trentaine de jeunes Azuréens recrutés par un braqueur devenu prédicateur d’un islam radical devaient partir de Nice direction l’Afghanistan. Un contrôle d’identité le jour du départ a mis fin au projet.

Omar Diaby devait être leur guide. Le 9 décembre dernier cet habitant des quartiers Est de Nice avait donné rendez-vous à une trentaine de "frères fidèles à Allah" pour l'ultime Choura (réunion) avant le grand départ. Le grand voyage.

Dans la cité Bon-Voyage, où Omar, l'ancien braqueur, s'était reconverti en prêcheur, leur destination ne fait guère de doute : "Ils devaient s'envoler pour Tunis et rester quelques mois en Libye. Mais c'est l'Afghanistan qu'ils voulaient rejoindre", raconte aujourd'hui un habitant du quartier, musulman anonyme, furieux par cette vision de l'islam qu'Omar Diaby aurait tenté d'inculquer aux "gosses de la cité".

Sous surveillance depuis un an

Une lecture radicale du Coran, que ce Sénégalais de 37 ans prêchait loin des mosquées. "La communauté et les imams ne l'auraient jamais laissé faire." Alors, c'est sur le terrain de foot de la cité Bon-Voyage, dans des squats du centre-ville ou sur le Net en postant des vidéos qui appellent à l'hijra et légitiment voire magnifient le jihad que Omar Diaby réécrivait son "histoire de l'humanité".

De quoi attirer l'attention des services de renseignement français. Membre actif, comme une demi-douzaine d'autres Azuréens de Forsane Alizza, l'organisation islamiste dissoute par Claude Guéant le 2 mars, Omar et quatre autres Azuréens sont sous surveillance depuis plus d'un an.

L'antiterrorisme a commencé à s'intéresser à eux bien avant qu'un "fou de Dieu" ne vienne semer la terreur dans la Ville rose. Selon une source officielle, des "liens" auraient ainsi été mis en évidence entre Omar le Niçois et Mohamed Merah, le tueur toulousain.

Mais, au-delà d'un improbable projet terroriste commun, c'est surtout cette même lecture radicale du Coran que partageaient les deux hommes. Une lecture qui ferait obligation à tout musulman vivant dans un pays impie de le quitter pour retourner en terre d'islam. Pas n'importe lesquelles. Selon plusieurs témoignages, c'est donc en Afghanistan qu'Omar Diaby devait conduire une trentaine de fidèles. Là où Mohamed, le gamin de la banlieue de Toulouse, a sans doute appris à devenir Merah le terroriste. C'est bien ce qui inquiète les autorités.

Une filière irakienne sur la Côte en 2005

Déjà, en 2005, à grands renforts de moyens, une autre filière, "irakienne" cette fois avait déjà été démantelée sur la Côte. Elle aussi recrutait dans les quartiers Est de Nice,mais aussi à la Californie à l'ouest et jusqu'à Vence, des candidats au jihad. À l'époque une cinquantaine d'agents de l'antiterrorisme parisien avaient été dépêchés sur la Côte.

Le 9 décembre dernier, il aura suffi d'un banal mais opportun contrôle d'identité pour annuler le "voyage". Le jour même du départ prévu, Omar Diaby a été interpellé devant la gare Thiers à Nice où il venait récupérer deux "frères fidèles" prêts à le suivre en terre d'islam. Rattrapé par une vieille affaire de droit commun - un trafic de pièces de voitures remontant à plus de six ans - le prédicateur des quartiers Est est depuis sous les verrous.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

jpb 30/03/2012 11:13


toute la smala EXPULSION

DUHAUDUBAS 29/03/2012 22:07


Eh monsieur le père c'est la France qui va vous demander des comptes. Et qui sait c'est peut les vôtres, du sud du continent liquide ou du lac intérieur, comme vous voulez,  qui vont vous la
faire fermer.

Marie-Claire Muller 29/03/2012 19:21


Combien d’autres Mohamed Merah actuellement sur le territoire français ?


Mis en ligne le 27 mars
2012 par Bloc Identitaire


D’après les services de renseignement, il y aurait actuellement près de 400 personnes
résidant sur le territoire français ayant séjourné aux côté de combattants islamistes dans des zones de conflit (Irak, Afghanistan, Bosnie, etc.).


Cette solidarité transnationale, à travers l’islam combattant, a de quoi inquiéter et questionner notre société.


Comment l’État qui n’a pas su nous protéger d’un Mohamed Merah, pourtant déjà repéré, compte-t-il désormais agir face à ces (anciens ou futurs ?) moudjahidines dont on peut légitimement penser
qu’un certain nombre d’entre eux n’ont pas renoncé à leur lutte ?


Parce que les drames de Toulouse et Montauban ne doivent pas rester un fait divers mais marquer le début d’une véritable prise de conscience populaire, Les Identitaires lancent la campagne
« Mohamed Merah, chance pour la France ? »


Mail : info@bloc-identitaire.com
Permanence : 09 7541 63 22 (de 09h00 à 20h00)
Service Communication : 06 78 79 31 81
www.bloc-identitaire.com
Facebook : www.facebook.com/blocidentitaire
Twitter : twitter.com/blocidentitaire

Marie-Claire Muller 29/03/2012 19:18


Père de Mohamed Merah : qu’on lui envoie
le RAID !


Mis en ligne le 28 mars 2012 par Bloc
Identitaire





Publié dans Communiqués | Mots-clefs : Algérie, drogue, Mohamed Merah, RAID, trafiquant

Mohamed-merah.info : le site de ceux qui n’aiment pas Mohamed Merah


Mis en ligne le 28 mars
2012 par Bloc Identitaire


Dans le cadre de sa campagne « Mohamed Merah, une chance pour la France ? », le Bloc Identitaire vient de mettre en ligne un site internet entièrement dédié au terroriste de Toulouse et
de Montauban.


Mohamed-merah.info sera l’écho de l’actualité post-mortem de ce jeune délinquant à la double nationalité, racaille condamnée 18 fois, fils d’un père algérien, trafiquant de drogue, qui,
aujourd’hui, à l’abri dans son repaire d’outre-Méditerrannée, annonce qu’il veut porter plainte contre la France.


Mohamed-merah.info se veut aussi le point de ralliement de tous ceux qui ne supportent plus les amalgames développés par les grands médias. Non, Mohamed Merah n’était pas un « jeune comme
les autres ». Les jeunes Français ne tuent pas des militaires et n’assassinent pas des enfants. Mohamed Merah n’était pas non plus un « Français d’origine algérienne ». Il était un
Algérien de coeur et de nationalité car il possédait deux cartes d’identité, française et algérienne, et c’est d’ailleurs en Algérie que son père veut l’enterrer.


Bref, si Mohamed Merah est Raid mort, le combat contre le terrorisme islamique continue sur mohamed-merah.info !





Parce que les drames de Toulouse et Montauban ne doivent pas rester un fait divers mais marquer le début d’une véritable prise de conscience populaire, soutenez Les Identitaires et la campagne
« Mohamed Merah, chance pour la France ? »


Pour commander les autocollants :
http://www.bloc-identitaire.com/produit/21/mohamed-merah-chance-france-autocollants


Pour commander les affiches :
http://www.bloc-identitaire.com/produit/20/aff2012

Polux 29/03/2012 18:17


Et soudain, l'état réagit ! C'est l'effet magique de medha !!!