Un travesti intervient devant une classe de CM1. Tout va bien Monsieur Peillon.

Publié le 11 Février 2014

Salon Beige

MLundi 3 février 2014, à l’Ecole élémentaire Marcel Lafitan, à Versailles, en classe de CM1, était « invité » à s’exprimer devant les élèves, David Dumortier.

 

David Dumortier est, pour le grand public, un parfait inconnu. Voici comment France Inter le présente :

"David Dumortier s'est tourné assez tôt vers le monde arabe et a longtemps travaillé dans le milieu psychiatrique. Il intervient aujourd'hui régulièrement en milieu scolaire. Un de ses livres a été publié avec le concours du Centre national du livre, où il a aborde les thèmes de l'homosexualité, du travestissement, ainsi que de l'indétermination sexuelle chez l'enfant et du transgenre."

 

Voici comment France Culture le présente, à propos de son « livre » intitulé « Travesti » :

«Personne ne choisit un beau matin d'être poète pas plus que travesti.» (4e de couverture)

« Ce qui sembler gêner, chez les travestis, c’est la partie du mot qui dit ''trans''. En latin, ce qui traverse, qui va de l’autre côté. En l’occurrence, de l’autre côté du genre sexuel. Et le sexuel est ce qui panique le plus dans les sociétés occidentales. Il n’y a qu’à voir, en cet automne 2012, comment le projet de loi sur le mariage gay crée la terreur et la haine des représentants ... »

Voici comment Marie-Claire le présente, à propos de son « livre » intitulé « Travesti » :

« Ce livre, courageusement autobiographique, raconte la vie d’un homme mal aimé dans son enfance campagnarde et rude, devenu poète et écrivain le jour, travesti la nuit. Quand le soleil se couche, David devient Sophia, armée d’un string, de lèvres trop rouges et d’une poitrine en mousse. De mots crus en images hard, du cynisme le plus abrupt aux vacheries les plus cinglantes, le narrateur ne recule devant aucune vérité, aucune dureté, aucune noirceur. Mais ne dévie jamais de son extraordinaire talent, mélange détonnant de rigueur, de poésie et d’une certaine forme de mysticisme. »

Les parents d’élèves de l’école élémentaire Lafitan sont très en colère, pour, au moins, deux raisons majeures :

  • Les parents n’ont pas été informés de la venue de David Dumortier, ni d’ailleurs du sujet de son intervention en classe de CM1, qu’ils estiment, à bon droit et a minima, tout à fait déplacé
  • Apparemment, la directrice et l’institutrice ont été mises devant le fait accompli et obligées, par leur hiérarchie, de recevoir David Dumortier. D’où la question : qui a pris la décision d’inviter David Dumortier en classe de CM1 ?

Addendum : cela fait longtemps que David Dumortier intervient devant des enfants de classe de primaire. Cet article montre que, déjà, l'an passé, il était intervenu devant cinq classes élémentaires de Bourges, composées d'élèves âgés de neuf à onze ans. Parents, sachez le.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

mika 11/02/2014 22:31


Analyse du texte de l'UE posté par Marie Claire Muller


Chassez la PMA et la GPA par la porte de la France, elle revient par la fenêtre de l’Europe !


Posté
le 28 janvier
2014 par balboa78 -
(aucun commentaire)


 


http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/chassez-la-pma-et-la-gpa-par-la-porte-de-la-france-elle-revient-par-la-fenetre-de-leurope/

Marie-claire Muller 11/02/2014 21:43


PEILLON ETSES SBIRES SONT AUX ORDRES, ET PROTEGES PAR L UERSS VOICI LA PREUVE!!!!!


La commission des droits de la femme et de l'égalité des genres invite la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, compétente au fond, à incorporer dans la
proposition de résolution qu'elle adoptera les suggestions suivantes:


A. considérant que, conformément à la jurisprudence, la discrimination envers les personnes transgenres est définie dans le cadre de la législation sur l'égalité entre les sexes, mais que
ces personnes sont considérées comme formant un mouvement social, et qu'en ce qui concerne les organisations de la société civile, elles relèvent du champ d'application du mouvement LGBTI
(lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexués) plutôt que du mouvement de l'égalité entre les sexes;


B.  considérant que les personnes transgenres sont confrontées à des discriminations graves fondées sur le sexe sur le marché du travail et ailleurs, alors que, dans de nombreux États
membres, les organisations œuvrant dans le domaine de l'égalité entre les hommes et les femmes ou se consacrant à la lutte contre la discrimination sexuelle ou au traitement des plaintes
individuelles de discrimination ne sont pas accessibles ou ne possèdent pas les informations et les compétences nécessaires pour servir leurs intérêts ou pour traiter leurs plaintes, et que les
organisations impliquées dans la chaîne judiciaire ne sont pas correctement équipées et informées pour traiter les affaires de discrimination envers les personnes transgenres;


1.  est préoccupé par le fait que les droits et intérêts des personnes transgenres ne sont pas correctement défendus par les organisations de la société civile ou par les organismes
chargés de l'égalité des chances entre les sexes; invite les États membres à confier expressément des missions de lutte contre la discrimination des personnes transgenres à des organisations de
la société civile et à des organismes chargés de l'égalité des chances financés par les fonds publics et à veiller à ce que les organisations associées à la chaîne judiciaire soient correctement
équipées et informées pour traiter les plaintes de discrimination sexuelle envers les personnes transgenres;


2.  invite la Commission et les commissions du Parlement européen à intégrer les questions relatives aux personnes transgenres dans leur travail, par exemple dans le domaine des droits
civils, des soins de santé, de l'éducation et de l'emploi;


3.  souligne qu'il est nécessaire de respecter et de garantir le principe de l'égalité entre les personnes, indépendamment du sexe, de l'identité de genre et de l'expression du genre,
de la race ou de l'orientation sexuelle;


4.  met l'accent sur l'invisibilité des personnes intersexuées dans la législation européenne et les législations nationales et sur le manque de connaissances et de recherche dans ce
domaine; invite, à cet égard et en particulier en ce qui concerne l'identité de genre, à intensifier les efforts relatifs à la législation en matière d'égalité;


5.  invite les États membres à veiller à ce que les populations LGBTI soient protégées contre les discours haineux et les violences homophobes, et que les partenaires de même sexe
jouissent du respect, de la dignité et de la protection qui prévalent pour le reste de la société; insiste sur la perception souvent négative du public à l'égard de ces personnes et sur le rôle
des médias dans l'élimination de cette perception; souligne qu'il faut mener des campagnes de sensibilisation au niveau national et européen au sujet des droits des populations LGBTI;


6.  souligne que les lesbiennes souffrent souvent d'une double discrimination (parce qu'elles sont femmes et qu'elles sont lesbiennes) et que les mesures visant à soutenir l'égalité des
personnes LGBTI doivent aller de pair avec des mesures visant l'égalité des femmes et des filles afin que les lesbiennes puissent obtenir l'égalité, la non-discrimination et une vie exempte de
violences;


7.  insiste sur le besoin de promouvoir des politiques et des pratiques de lutte contre les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre, et de promouvoir
des politiques visant à favoriser la diversité sur le lieu de travail, ainsi que des initiatives qui encouragent la pleine intégration et le respect entier des personnes LGBTI dans le milieu
professionnel;


8.  souligne que les choix en matière de procréation et les services de fertilité devraient être accessibles aux personnes LGBT dans un cadre non discriminatoire;


9.  souligne que l'éducation sexuelle doit inclure des informations non discriminatoires et porter un regard favorable sur les personnes LGBTI, de manière à soutenir et à protéger
efficacement les droits des jeunes LGBTI;


10. affirme qu'il est nécessaire, dans le cadre de l'éducation et de la formation des professionnels de la santé et des affaires sociales, d'insister, en concevant des cours spécifiques dans
les programmes d'enseignement concernés, sur l'importance du respect de la dignité des populations LGBTI, ainsi que de leurs besoins et de leurs choix spécifiques en matière de santé;


11. invite les États membres à prendre des mesures appropriées pour garantir que les personnes transgenres en particulier bénéficient d'un accès réel à des services appropriés de changement
de sexe, notamment une expertise psychologique, endocrinologique et chirurgicale dans le domaine des soins de santé des personnes transgenres, sans être soumises à des exigences déraisonnables;


12. condamne la stérilisation forcée des personnes transgenres qui existe encore dans certains États membres et appelle à mettre un terme sans délai à cette violation des droits de l'homme;


13. invite les États membres à prendre des mesures dans le but de promouvoir, dans les écoles, le respect et l'intégration des personnes LGBTI et de favoriser un enseignement objectif des
questions concernant l'orientation sexuelle, l'identité de genre et l'expression du genre dans les écoles et les autres structures éducatives; exprime ses préoccupations quant au fait que les
jeunes LGBTI et les personnes perçues comme LGBTI risquent davantage de faire l'objet de harcèlement; souligne la nécessité de mettre en place un environnement sûr pour tous les jeunes, quels que
soient leur genre, leur race ou leur orientation sexuelle;


14. souligne qu'il est important de reconnaître les droits civils des personnes LGBTI sans discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre; invite les États membres à
reconnaître, conformément à la réglementation européenne, toutes les formes de mariage, de partenariat ou de parentalité conclues dans un autre pays par les personnes qui viennent résider ou
travailler dans le pays concerné et prie la Commission de prendre des mesures à l'encontre des États membres qui ne respectent pas ces règles;


15. invite les États membres à réfléchir à des moyens d'adapter leur droit de la famille aux change

mika 11/02/2014 20:40


David Dumortier - vidéo 11 mn


En live face à une classe de seconde...


 


https://www.youtube.com/watch?v=oJ5DEnzwFGM