Une élite politique et médiatique sans honneur décalée de la vie réelle!

Publié le 5 Octobre 2011

Dans le Telegraph, Richard Landes parle d'une série de sondages récents révélant que la majorité des Occidentaux en ont marre des immigrés musulmans dont la culture suprémaciste violente basée sur l'honneur est incompatible avec notre culture de civilité.

Un fossé sépare la population des élites soi-disant progressistes, lesquelles se comportent comme la femme battue qui fait tout pour éviter de provoquer la colère de son mari violent. 

Et ces élites lâches osent accuser d’islamophobie tous ceux qui refusent de rester enfermés dans cette relation pathologique ou de s'auto-infliger le syndrome de Stockholm. En vérité, ces «progressistes» sont des poltrons atteints d'une véritable phobie de la critique de l’islam ; ils ont choisi l’apaisement et la soumission plutôt que l’affirmation de soi. Il ne faut surtout pas compter sur ces lâches pour défendre les acquis de notre culture de débats ouverts. 

La politesse est d’éviter de dire des vérités pouvant susciter des réactions violentes ; le civisme est de pouvoir dire ces vérités-là sans encourir la violence.

Une récente série de sondages indique que les opinions publiques européennes s’inquiètent sérieusement du caractère de plus en plus agressif de l’islam, tel qu’il s’exprime par les populations immigrées. Nous citerons Soeren Kern, chercheur responsable du service Relations Transatlantiques, au siège madrilène de Strategic Studies Group :

Les résultats, alors que les Européens s’éveillent aux conséquences des décennies d’immigration de masse venant des pays musulmans, révèlent le fossé abyssal qui sépare les électeurs et leurs dirigeants politiques au sujet de l’idéologie multiculturelle qui encourage les immigrés musulmans à rester dans une auto-ségrégation au lieu de s’intégrer à leur société d’accueil.

Ces résultats correspondent à ceux de dizaines d’autres sondages récents. Ils fournissent une abondante preuve empirique démontrant que le profond scepticisme envers l’immigration musulmane n’est pas limité à une minorité «extrême-droite» comme le prétendent souvent les militants du multiculturalisme. Une majorité d’électeurs venus de tout l’éventail politique expriment désormais leur inquiétude sur le rôle de l’islam en Europe.

Le fossé auquel réfère l’article constitue l’un des développements les plus préoccupants dans la culture occidentale au cours de la dernière décennie: d’une part, une élite qui contrôle une grande partie du discours dans l'espace public (journalistes, universitaires, commentateurs, politiciens traditionnels) et qui craint d’être qualifiée d’islamophobe et de raciste plus qu'elle ne craint les islamistes racistes, et d’autre part, une population qui se fait sermonner contre l’islamophobie et le racisme dès qu’elle exprime ses préoccupations sur le comportement de ses voisins musulmans. [...]

Dans les cultures de l’honneur, il est légitime, prévisible et même souhaitable d’aller jusqu’à verser le sang pour sauver l’honneur terni. La critique publique est ressentie comme un affront, une atteinte personnelle insupportable. Ainsi dans ces cultures, les gens font très attention à rester «polis», et la liberté de la presse y est impossible, même lorsque leurs lois proclament le contraire.

Or, la modernité est basée sur la liberté du débat public, sur la civilité plutôt que sur le désir de plaire. Cependant, les avantages de l’autocritique en public - tels que les taux d’apprentissage performants, les avancées des sciences et des technologies, le développement économique et la démocratie -  valent la peine d’en faire l’effort. [...]

A l’inverse, l’islam contemporain rejette à grands cris et avec véhémence l’autocritique qu’exige la modernité. L’esprit critique lui apparaît comme une attaque insupportable envers l'honneur des musulmans. Ainsi, le djihad mondial et les prophètes apocalyptiques qui entretiennent une rhétorique génocidaire représentent une forme particulièrement virulente de modernité abréactive, dans laquelle les pouvoirs de la société moderne (en particulier la technologie) sont centrés sur la destruction de la culture moderne de débats publics ouverts.

Or, la modernité exige une plus grande maturité, la sécularisation implique plus de civisme de la part des religions et leur interdit de recourir à la force de l’état pour imposer leurs croyances aux autres. Les communautés religieuses doivent renoncer à leur besoin de démontrer qu’elles détiennent la vérité par l'affichage de signes ostensibles de leur supériorité. Cela implique un haut degré de confiance en soi et de tolérance envers la critique publique. […]

Les manifestations actuelles de la résurgence islamique tendent à traiter «l’autre», l’infidèle, avec brutalité. Les périls subis par les Juifs et les chrétiens dans les nations à majorité musulmane se reflètent presque à l’identique dans le comportement musulman dans les enclaves musulmanes en Europe, ces ZUP (zones urbaines sensibles) et autres zones régies par la charia où l’Etat de droit ne s’exerce plus.

Par conséquent, la relation de l’islam et des musulmans à l’autre (koufar, infidèle, littéralement : celui qui masque la vérité) sera le grand problème à résoudre pour la prochaine génération, et au cœur de ce problème réside la faculté des musulmans à tolérer les critiques venant des non musulmans.

Nous, Occidentaux modernes (et post-modernes), qui avons été les pionniers pour établir ces règles grandioses de maitrise de soi, nous qui avons imaginé et créé cette culture si riche, si bigarrée et pourtant si tolérante, nous sommes en droit d’exiger que l’islam adopte ces règles, et surtout de la part de ceux qui profitent de la courtoisie et du civisme de cette société que nous avons créée. En vérité, parce que nous tenons à ces précieuses valeurs de tolérance, de liberté et de générosité envers «l’autre», nous nous devons à nous-mêmes, et aux musulmans parmi nous, de leur imposer ces règles. Tout le reste, y compris l’idée fantaisiste que ce n’est pas là un problème, serait un suicide culturel. Et pourtant, jusqu'à présent, nous réussissons très mal, surtout parce que nous tentons d’éluder le problème. La «sensibilité exacerbée» des musulmans est proverbiale, et une bonne partie du discours public, diplomatique et même universitaire reconnaît tacitement cette réalité culturelle en pratiquant l’apaisement. [...]

Tout au long de cette dernière décennie la situation s’est continuellement dégradée. L’attitude de la gauche auto-proclamée  «progressiste» - qui fut, jadis, le bastion des critiques exacerbées envers les abus de pouvoir, la misogynie ou la belligérance – s’est montrée pusillanime à l’extrême envers les musulmans hyper-sensibles.

À maintes reprises, comme dans le cas du discours du pape Benoît XVI, ils ont tenté d'empêcher les infidèles, qu’ils traitent d’islamophobes, de dire quoi que ce soit qui pourrait blesser les sentiments des musulmans.

En effet, les «progressistes» s’affichent plus soucieux de «nous» voir provoquer une éruption de colère musulmane que d’explorer les sources de cette violence islamique. Et ces bien-pensants attaquent ceux qui défendent les principes de la démocratie en leur jetant l’anathème sur un ton méprisant, ce qu’ils n’oseraient jamais se permettre envers les musulmans.

Pour conclure, revenons-en au «fossé» qui sépare le peuple et les élites. Nos journalistes et nos maîtres à penser éprouvent une forme très particulière d’islamophobie : celle d’une crainte démesurée de critiquer l’islam. Ils trahissent sans aucun scrupule leurs concitoyens, tous ceux d’entre nous qui se sont engagés pour défendre nos règles de vie civique. Nous ne pouvons pas compter sur cette bande de poltrons qui dominent l'espace public pour défendre notre culture politique moderne, tolérante et libérale.


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Epicure 05/10/2011 15:39



Les prochaines élections et abstentions vont nous montrer ce que valent les sondages auprès de populations européennes veules et lâches depuis à présent plus de 90 années en tout cas, et qui vont
probablement voter à l'encontre de leurs déclarations bravaches  qui "ne mangent pas de pain" aux Sondeurs abusés....!!!!


Attendons donc la prochaine série d'élections...Les dernières n'augurent rien de bien réjouissant ni en France ni ailleurs !


 



island girl 05/10/2011 14:59



Après les réflexions qe j'entends autour de moi ,cela ne m'étonne pas du tout ...les français et les europeens appellent des dirigeants de BON SENS et non pas des énarques prétentieux .



bonnetain 05/10/2011 13:07



L'Institut IPSOS avait déjà publié le 4 août 2011 un sondage du même genre.


Merci Gérard pour tous ces articles du blog.