Une foule monstre vent debout pour ses valeurs ! Par Gabrielle Cluzel

Publié le 27 Mai 2013

26mai

Il paraît que cette manif du 26 mai devait être la manif de trop. Il ne fallait surtout pas emmener les enfants, c’était bien trop dangereux, les groupuscules d’extrême droite — les fameux groupuscules d’extrême droite — allaient sévir, l’initiatrice du mouvement elle-même tordait d’ailleurs le nez et se tâtait quant à savoir si elle devait s’y rendre, et surtout, cette manif n’avait aucun sens et ne servait à rien puisque les dés étaient déjà jetés.

Eh bien dites donc, pour une manif inutile et dangereuse, il y avait une foule monstre. Une foule monstre d’inconscients masochistes ou sadiques profitant vicieusement de la fête des mères pour venir mettre en danger leur famille… Ou une foule monstre déterminée devenue imperméable au bourrage de crâne et aux menaces. Une foule monstre pour laquelle il y aura un avant et un après « Manif pour tous ». Une foule monstre, dont peu à peu, au fil des décomptes truqués, des pétitions ignorées, des votes bâclés, des gazages, des matraquages et des arrestations sommaires, les yeux se sont dessillés.

Une foule monstre qui a fait connaissance avec la calomnie et l’injustice, mais aussi avec la fierté de se battre vent debout pour ses valeurs. Une foule monstre qui a perdu en innocence mais gagné en courage. Une foule monstre qui ne se laisse pas intimider, ni par le gouvernement, ni par telle ou telle personnalité qui chercherait à se l’approprier ou la récupérer.

Une foule monstre qui déferlait comme un rouleau compresseur, ce dimanche sur les Invalides et dont on peut parier qu’elle a pris goût à l’action, à la satisfaction de pouvoir enfin l’ouvrir et qu’elle pèsera de façon forte et certaine sur la vie politique française des prochains mois.

Une foule « monstre » au sens propre du terme, car elle doit sa genèse au docteur Frankenstein-Hollande : si l’intelligence du gouvernement n’avait pas été aveuglée par son idéologie, il aurait évidemment, de façon rusée et pragmatique, offert en apparence aux opposants un semblant de visage démocratique, tenté de tendre une main ici, de faire une concession là, pour endormir les réticences des plus modérés et dégonfler les effectifs.

Son invraisemblable intransigeance n’a fait au contraire que fédérer, consolider, renforcer la résistance.

Après la manifestation, des incidents ont éclaté entre des« perturbateurs » et les forces de l’ordre, mobilisées en masse (qui ont, au passage, gazé les Veilleurs qui ne perturbaient rien).

Parce que le gouvernement croit peut-être que le danger vient de là ? Sans se rendre compte que la foule « monstre » va inéluctablement se retourner, comme dans l’histoire de Mary Shelley, contre l’apprenti sorcier qui lui a donné vie ?

Gabrielle Cluzel

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Marie-claire Muller 27/05/2013 17:39


Pour une opposition constructive et réelle, le site de l’opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu :


L’info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE


Vous aimez : alors participez***





Des mots, encore des mots…


"Le socialisme nous prépare aux barbelés
de la pensée ©."Alexandre Goldfarb.


OUF ! Nous avons retrouvé la Gauche depuis quelques jours.


Elle a retrouvé ses marques pour fustiger celles et ceux qui ne penseraient comme elle.


Depuis l’arrivée de la Gauche marxiste à tous les pouvoirs, et après un premier bilan calamiteux, les socialistes semblaient errer comme âmes en peine à travers la politique.
Mais c’est fini !
Depuis environ une semaine, la gauche s’est enfin ressaisie.
Elle a retrouvé son texte et les mots dogmatiques historiques autant qu’hystériques.
Heureusement qu’il y a eu aussi ce dimanche 26 mai 2013, une manifestation qui s’est terminée par des heurts entre l’extrême droite et la police.


D’autant que ces heurts avaient été prévus et annoncés toute la semaine. Qui a dit « voulus » ?
Aucun politique et aucun média n’a quand même trouvé bizarre que la police n’a pas procédé avant les heurts à des interpellations pour justement éviter la castagne.
En France, on prévoit, on sait mais on ne fait jamais rien.
Bon si vous avez regardé la télévision ce jour-là, vous avez sans doute vu des reportages insolites.
La télévision a montré l’arrivée de ladite manifestation pas encore arrivée, donc une esplanade des Invalides quasi déserte et la télévision a montré aussi la place Dauphine, un des lieux de
départs, mais après le départ donc vide.
Cela c’est de l’Information avec un grand I… Il aura fallu attendre le soir pour voir des images avec des manifestants et ce commentaire du Secrétaire National du Parti Socialiste « il n’y avait
personne et c’est un échec populaire ».
Il faut l’excuser car il avait du ne regarder que les images de l’après-midi.


certes les rues encore une fois étaient pleines de manifestants, des familles de France, qui marchaient joyeusement à travers Paris, ce qui a donné le commentaire suivant "les manifestants sont
tendus" ou "on perçoit une tension extrême dans le cortège".


C’est quand même étrange ce décalage systématique entre ce que l’on voit et le commentaire ?
D’autres socialistes ont été très en colère contre cette manifestation, les mêmes n’avaient strictement rien dit quand des voyous ont tout cassé quelques jours avant pour une fête du football au
Trocadéro.
Oui parce qu’il faut que je vous dise qu’il existe deux casseurs bien distincts.
Le premier en général est victime de la panne de l’ascenseur social, habite une cité en banlieue et ne trouve pas de travail qu’il ne cherche d’ailleurs pas. C’est un brave gars qui exprime son
mal de vivre et aussi sa tristesse. Ce n’est pas de sa faute mais bien celle des riches, de la société et des colonisateurs blancs, sans oublier les américains, les juifs et les francs maçons… Ce
voyou est un modéré en quête de reconnaissance… C’est pourquoi il casse tout sur son passage.


Le second est un jeune des beaux quartiers, d’extrême droite en général (À partir de l’UMP Copé jusqu’à l’extrême droite à l’extrême). En général, il fait des études, il a les cheveux courts, il
a même un emploi et il a tort de manifester contre les grands démocrates que sont les socialistes. Ce voyou est un danger pour notre société. Attention danger.


Revenons à nos socialistes qui ont retrouvé enfin leur combativité et leur vocabulaire.
Ils ont comme vous le savez le monopole de la démocratie, de la liberté, de la fraternité mais curieusement pas de l’égalité. Certes ils emploient ce mot, égalité, à tout va, mais bizarrement,
ils n’en tiennent jamais compte en réalité.
Tout a commencé après l’adoption du « mariage pour tous », le 23 avril 2013 et validé le 17 mai 2013 par le Conseil Constitutionnel.
Immédiatement après, le « mariage pour tous » (dialectique habile) est devenu le « mariage gay » et plus souvent « le mariage homo ».
Cette adoption d’une loi qui vise à casser la famille et la société a rendu à la Gauche caviar son sens des mots.
Dès lors, la gauche n’a eu de cesse, comme au bon vieux temps, de vilipender la Droite avec des « attention vous faîtes le jeu de l’extrême droite » : du Mitterrand dans le texte ! Ou des « vous
êtes contre la démocratie » ce qui signifie que vous avez un comportement fasciste et le traditionnel « vous dépassez les bornes » qui est l’avertissement suprême dans une France couchée et
molle.


Pendant ce temps l’opposition avachie a connu quelques soubresauts sporadiques puisque que Copé a été ce dimanche dans la rue pour manifester. Ce qui pour la Gauche bien pensante est un crime de
lèse-majesté bien sûr.
Du coup, et c’est il faut l’avouer la grande habileté de la Gauche, certains à droite ont une fois encore montré qu’ils étaient en fait à gauche.
Nous avons eu droit au concert habituel des réprimandes du « tu ne manifesteras pas « à « pas d’alliance avec qui vous savez » et de NKM à Juppé en passant par François Baroin. D’ailleurs ces
derniers tiennent un langage identique à celui de la Gauche.
Naïvement je croyais que le rôle de l’opposition était de s’opposer…
Mais la réalité est bien différente car nos élites sont déconnectées de toute réalité et vivent en vase clos.
Les politiques se moquent bien du sort des français.
Piégés à chaque fois par la même dialectique, les soi disant de droite se retrouvent à penser et à réagir comme des de gauche.
D’où le hiatus qui préside ici à la vie politique française, qui demeure ainsi figée et pétrifiée.
La désinformation sévit donc à tous les niveaux et mène la vie politique.
En lisant certains propos, si vous ne voyez pas le nom de leur auteur, je vous mets au défi de dire si l’auteur est au PS ou à l’UMP ou même au FN !
Tiens qui a dit « la récupération politique ne peut bénéficier qu’à "l’extrême droite" ?
Au PS ou pas ?
Vous séchez ? Allez c’est Baroin ce dimanche 26 mai 2013 au JDD.
Une autre pour la route : «Je ne conseille pas de manifester»
Alors ? Qui ?
Bon c’est Juppé à Libération.
La gauche requinquée a retrouvé son langage d’avant le pouvoir.
Elle doit déjà se croire dans l’opposition.
Du coup la Droite est anéantie, se dispute pour des pacotilles, se laisse embourber et ne s’oppose pas.
La Gauche, elle, quand elle se trouvait dans l’opposition n’a jamais été divisée face à la Droite et le contraire n’est hélas pas vrai.
Cette Droite française honteuse et sans saveur ne s’oppose pas car ce n’est pas dans son habitude. Il ne faut surtout pas faire de bruit et dire un mot qui pourrait déplaire à la Gauche et aux
médias.
Hier soir au journal télé, j’ai même entendu : « les casseurs criaient m&eci

lombard 27/05/2013 17:35


bonjour


je pense que les prochaines interventions devrons se durcir.Ce gouvernement fantoche va continuer sa destruction programmée de notre civilisation.