Une journée de campagne dans le 20ème arrondissement (15ème circonscription de Paris).Par Nancy Verdier

Publié le 9 Juin 2012

 

photo 5281BUne anecdote de campagne électorale dans la 15ème circonscription de Paris. Symptomatique du nouveau régime très normal, du président  normal que les français ont élu?

073bis.jpg

Je stationnais devant ce groupe de chrétiens qui protestait contre l'IVG pratiqué  à l'hôpital Tenon dans le quartier Gambetta (20ème arrondissement)

Des Bobos révoltés hurlaient "Pas de prières dans les rues". 

Interloquée, je me tourne vers la BoBo hurlante, une femme largement quinquagénaire et sans doute de "gôche", en lui faisant remarquer que ces prières étaient des prières de protestation, qui s'adressaient davantage aux autorités qu'à Dieu et que du moins ces "chrétiens" n'occupaient pas des rues entières comme certains,  mais juste un angle de rue, sans véritablement géner la circulation. Ils étaient de surcroît sous haute surveillance policière.

"Ce que vous dites est puant, madame" me rétorqua-t-elle. 

Elle m'empoigna et me projeta violemment en avant sur le carrefour "Allez les rejoindre, allez les rejoindre". 

"Non, lui dis-je calmement, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire, ce n'est pas dans mes intentions de prier avec eux". 

Un arabe s'approcha d'elle et lui serra la main d'un air avenant. Elle lui lança des regards enamourés, comme s'il était son sauveur.....

"Allez lui dire à lui"me lança-t-elle ..!!!

"Lui dire quoi, madame ? Je n'ai rien à lui dire, je ne vois pas pourquoi je m'entretiendrai avec cet homme."

"Alors utilisez votre bulletin de vote." 

"C'est ce que je ne manquerai pas de faire" dis-je à cette imbécile quelque peu décontenancée par la "Résistance" que j'affichais à ses propos teigneux. Comme c'est beau la dhimmitude inconsciente.

077bis.jpg

Plus loin, je fus témoin d'une autre scène. C'était devant la mairie du XXème, place Gambetta. Il y avait une sorte de mariage "ethnique". La police campait sur le devant et obligeait les passants à s'éloigner des lieux rapidement, à ne pas y stationner, en tous cas à passer vite et en catimini.  

Une sexagénaire bien remontée, refusa de filer doux et interpella la police : "Depuis quand on demande aux citoyens de ne pas stationner dans les rues. ? Je ferai ce que je veux, ce n'est pas vous qui allez me dicter où je dois mettre les pieds. Ici, c'est un espace public"

Je me tins à ses côtés en tenant le même discours aux flics. 

"Allez, circulez vous deux, pas d'histoires"dirent-ils

"Sommes-nous en république, en démocratie ou sous une dictature ? "furent nos réponses lancées aux gardiens de la paix......Gardiens de la paix?? Bientôt la dictature en France ????

Vote-Libre.jpg

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article