Une journée de délinquants et de policiers ordinaires.

Publié le 4 Octobre 2013

Une journée ordinaire décrites par un journal bien pensant ou les priorités ne sont pas celles du citoyen ordinaire.  On peut y lire des faits dans un vocabulaire aseptisé si ce n'est javellisé. Des faits graves deviennent un incident. On se félicite qu'un policier mit gravement en danger n'ait blessé personne. Toujours cette même bouillie, cette même tambouille qui ne remet personne en cause hormis l'autorité publique, qui ne dénomme personne, amoindrie les responsabilités des uns par rapport aux autres, comme celles des parents (où sont-ils, qui sont-ils ?), efface la réalité d'un acte grave en soulignant en fin d'article, l'éternel psychologue qui viendra panser les âmes des enfants. Celles des policiers peuvent bien attendre...

De la bonne ouvrage, de la bonne presse bien pensante, bref, du Nouvel Observateur tout craché.

Gérard Brazon

***** 

Nouvel Observateur

Besançon : une interpellation musclée en centre-ville fait 7 blessés

Trois individus qui circulaient à bord d'une voiture volée ont été interpellés de manière mouvementée mardi 1er octobre à Besançon : un policier mis en danger a dû faire usage de son arme, sans faire de blessés, a-t-on appris auprès de la préfecture et du parquet.

L'incident est survenu à 16h20 alors qu'une patrouille de police tentait d'interpeller une Clio signalée volée. Le conducteur a refusé de s'arrêter et il a percuté plusieurs voitures en stationnement en essayant de s'enfuir, dont la voiture des policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC), ont indiqué les mêmes sources.

"Au moment de la collision, le fonctionnaire sortait de son véhicule et il a été projeté à terre. Il s'est relevé et s'est porté à hauteur de la Clio pour l'arrêter, mais il s'est retrouvé coincé contre un poteau, avec la Clio qui lui fonçait dessus", a indiqué le procureur de Besançon Alain Saffar. Le policier "se trouvait en danger, il a tiré un seul coup de feu sur le capot de la voiture", a-t-il ajouté.(mis en italique par l'auteur GB)

Proximité d'une école

Les trois individus qui se trouvaient à l'intérieur du véhicule volé dans le Jura ont été interpellés quelques mètres plus loin et placés en garde-à-vue. Deux d'entre eux sont âgés de 18 ans et l'autre de 15 ans, a indiqué une source policière.

Deux adultes qui se trouvaient dans une voiture en stationnement et trois policiers ont été transportés, légèrement blessés, au centre hospitalier de Besançon pour des examens de contrôle, a indiqué Isabelle Epaillard-Patriat, directrice de cabinet du préfet du Doubs. Elle souligne qu'il "n'y a eu ni course-poursuite, ni fusillade, contrairement à ce qu'ont dit certains médias".

"Les faits se sont déroulés à proximité de l'école Saint-Claude, au moment de la sortie des classes. Un psychologue viendra dès jeudi pour entendre les enfants, qui ont pu voir ou entendre la scène, et répondre à leurs questions", a expliqué Isabelle Epaillard-Patriat.
Une mère et son nourrisson, qui se trouvaient également dans l'une des voitures en stationnement, ont été examinés sur place par un médecin mais sont sains et saufs.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

mika 04/10/2013 22:08


Guyane : 1er prix de la délinquance avant
la Seine St Denis


Un parfait laboratoire pour tester la
réforme Taubira


 


http://www.youtube.com/watch?v=t7Qd2xvxd90