Une Lettre de François Hollande aux Turcs de France : la Turquie va entrer dans l’Union Européenne

Publié le 12 Mai 2012

François Hollande






Le quotidien Hürriyet, en langue turque, a publié hier 5 mai, des extraits d’un courrier signé François Hollande, envoyé la veille à la représentation des Turcs de France.

Voici, en substance, la traduction de cet article
Le candidat socialiste François Hollande, deux jours avant les élections a dit que la loi pénalisant la négation du génocide Arménien n’est pas une loi portant atteinte aux Turcs. Il dit par ailleurs qu’il veut se rapprocher de la Turquie et qu’il soutient son adhésion à l’Union européenne.
Le favori des élections en France François Hollande a envoyé une lettre, deux jours avant les élections présidentielles au porte parole, Demir Onger, des associations Turques ayant organisé les manifestations contre la loi pénalisant la négation du génocide des Arméniens sur le sol Français.
Hollande a écrit ceci dans la lettre :
“La loi anti négationniste présentée est une loi qui évite tout traitement négationniste divers sur les génocides reconnus en France. Les parlementaires ne font pas de lien avec l’Histoire“
“JE VAIS ARRANGER NOS LIENS“
Par ailleurs Hollande dit dans sa lettre qu’il arrangera les liens tendus, que Sarkozy a créé avec la Turquie. “Soyez certains que, moi et les socialistes nous sommes fort attachés aux liens Franco-Turcs.
C’est triste de voir que nos deux pays se soient éloignés. Nous partageons une histoire commune et les mêmes valeurs avec vous. Si les Français me choisissent, je vais travailler au rapprochement de nos liens. Je veux préciser également que la loi sera appropriée aux engagement internationaux et aux contrat Européens. Depuis 2004 mon point de vue n’a pas changé. L’Europe qui a accepté d’entamer les négociations d’adhésion à part entière de la Turquie, reste fidèle à ses principes “réunir les différents peuples, cultures et croyances“. Si la Turquie veut faire partie de l’Europe, cela prouve en effet qu’elle veut se moderniser“.
Articles à lire également

 

 

La Turquie ignore la repentance

in LE  BLOG DE ROLAND HUREAUX 8 MAI 2012

Le vote maladroit de la loi du 23 janvier 2012 tendant à pénaliser la négation du génocide arménien (il faudrait dire chrétien, car un tiers des victimes furent des chrétiens non arméniens !) a eu au moins le mérite de montrer que la Turquie n’était toujours pas européenne.

 

 

 

Pas seulement par la géographie.
Seuls les naïfs se sont étonnés que, dans cette affaire, elle ne réagisse pas comme un pays européen « normal » : par la reconnaissance de sa culpabilité, la repentance, même hypocrite, la mauvaise conscience, mais qu’elle multiplie au contraire des manifestations d’orgueil outragé, des condamnations sans réplique de la France et des autres pays d’Europe qui voudraient se mêler de son histoire. Ce n’est pas, selon ses gouvernants, la Turquie qui est coupable mais nous qui faisons preuve, en rappelant ce qui s’est passé en 1915-1916, d’islamophobie et de racisme ! Aussi décalées sont les expressions de cette colère : manifestations monstres couvertes de nuées de drapeaux turcs rouges à Paris et dans plusieurs grandes villes. Qui imaginerait une manifestation d’une telle ampleur d’Anglais contre la France en France, de Français contre l’Allemagne en Allemagne etc. ?
Entre Européens, cela ne se fait pas.
Mais ce ne sont pas les bonnes manières qui font l’Europe, c’est la culpabilité. Culpabilité allemande en raison des crimes nazis, au départ, bien légitime, mais qui, au fil des ans, est devenue une culpabilité de toute l’Europe pour sa participation ou à tout le moins sa passivité devant la Shoah, voire pour une culture qui y aurait tout entière conduit.
N’est-il pas significatif que la première manifestation d’européanité, si l’on ose dire, qu’on a réclamé des pays des Balkans pour leur ouvrir la porte de l’Union, c’est la livraison de leurs présumés génocidaires au Tribunal pénal international de La Haye. Ce faisant, c’est tout le peuple en cause qui se reconnait coupable.


Inutile de dire que hors d’Europe, une telle mauvaise conscience n’a pas cours : on n’a jamais vu la Chine, l’Inde, le Pakistan, l’Algérie, pour ne retenir que des pays où ont été commis d’immenses massacres, se repentir de quoi que ce soit. Même si, à l’occasion, ils s’en préoccupent, les Etats-Unis et le Brésil ne semblent pas obsédés par le traitement infligé aux Indiens. Beaucoup voudraient que la Russie de Poutine batte sa coulpe pour les crimes de Staline comme les Allemands le font sur ceux de Hitler ; c’est oublier que les victimes les plus nombreuses de Hitler n’étaient pas allemandes, alors que la plupart de celles de Staline étaient soviétiques. En tous les cas, les dirigeants actuels de la Russie n’entendent pas, eux non plus, faire repentance de quoi que ce soit.

 

La Turquie n’aurait guère de raisons de se plaindre de l’esprit de repentance européen, au contraire, aussi longtemps qu’on ne veut pas le lui faire partager. Désireuse d’expier un passé supposé d’intolérance et de racisme, l’Europe a pris parti dans les Balkans pour les musulmans, alliés des Turcs, contre les chrétiens orthodoxes. Elle fait les yeux doux à la Turquie, forte de son dynamisme économique et méprise la Grèce, pourtant matrice de la civilisation occidentale. La mauvaise conscience conduit à choisir presque toujours le différent contre le semblable : la Turquie en profite aujourd’hui largement. Non seulement la Turquie a un comportement qui l’apparente à l’ensemble des puissances non-européennes, mais elle se trouve à un tournant de son histoire. Pesant de plus en plus sur le plan tant démographique qu’économique, elle ambitionne de prendre sa revanche sur son passé d’ « homme malade de l’Europe » comme on la qualifiait au XIXe siècle; elle aspire à recouvrer le double héritage dont elle se sent dépositaire : celui du Khalifat, soit le commandement de tous les Musulmans, celui de l’Empire romain dont la dernière capitale fut Constantinople, d’où dérive Istanbul.

La révolte contre le président Assad devrait lui permettre de prendre pied en Syrie et donc de se rapprocher les Lieux saints qu’elle a dû abandonner en 1918. Et cela avec l’aide des Occidentaux ! Qui lui parle de repentance ? L’Europe a des racines chrétiennes, dira-t-on, c’est pourquoi elle se repent. Mais la repentance moderne n’a pas grand-chose à voir avec le repentir chrétien. Le repentir chrétien, analogue au repentir juif tel qu’il est évoqué par exemple dans le psaume 103 : « Comme est loin l’Orient de l’Occident, Dieu éloigne de nous nos péchés » ne s’exprime qu’une fois ; la faute avouée est pardonnée et on n’en parle plus. Là où le repentir met fin à la culpabilité, la repentance consiste au contraire à l’entretenir. Elle est une partie du mal européen contemporain, comme la récession démographique, l’atrophie progressive du sentiment national et religieux, la réduction a minima des dépenses militaires et une désindustrialisation plus ou moins voulue. La Turquie, elle, n’est évidemment pas une civilisation aussi avancée. Elle ne se repent de rien, elle n’est pas encore européenne.

 
Roland HUREAUX


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Repost 0
Commenter cet article

yves IMBERT 12/05/2012 23:22


Et dire que les socialo_communistes pratendent que Sarko a abimé la France , si les FDS ne se résolvent pas à mettre en pratique l'article 35 de la déclaration des droits de l'homme;  eux
vont la faire disparaître

mfh 12/05/2012 17:48


Plus SALAUD et plus TRAÎTRE que lui tu MEURS ...... !:



son maitre a penser celui que l on surnommait dieu ou tonton selon les cas est effectivement mort en janvier 1996...!!!!mf 

L'En Saignant 12/05/2012 17:40


Plus SALAUD et plus TRAÎTRE que lui tu MEURS ...... !

mfh 12/05/2012 10:49


mais a QUI profite le crime??? QUI est a la tete de ce plan machiavelique sans faille, en marche depuis plus de 40ans???QUI a decide de nous offrir a l Islam???l IVG (certes "confort"...)mais qui
peut en nier l effet "kiss cool"???et si on ne lutte pas : l Euthanasie qui sera la cerise sur le gateau avec les derives previsibles...le racisme anti-vieux ne va pas tarder a pointer son nez en
cas de crise majeure...mf