Une mesure du gouvernement espagnol en faveur des juifs..rend les musulmans fous de rage...!!!!

Publié le 26 Décembre 2012

Les musulmans en colère contre la nationalité espagnole pour les Juifs

Le gouvernement espagnol a annoncé qu’il allait accorder automatiquement la citoyenneté aux Juifs d’origine séfarade, dont les ancêtres ont été expulsés d’Espagne en 1492. Une liste de 5000 patronymes juifs a été publiée : toutes les personnes portant ce patronyme (avec tout de même d’autres conditions) peuvent demander la citoyenneté.

Al-Alandalus-carte

La mesure a été bien accueillie par les groupes juifs, qui disent que ce geste politique est attendu depuis longtemps et qu’il représente un droit historique des juifs. Mais les groupes musulmans réclament désormais la réciprocité, et demandent que le gouvernement espagnol accordent la citoyenneté instantané à des millions de descendants des musulmans qui ont été expulsés d’Espagne au Moyen Age.

Le soi-disant droit au retour des Juifs séfarades a été annoncé à Madrid le 22 Novembre par le ministre de la Justice espagnol, Alberto Ruiz-Gallardón, et le ministre des Affaires étrangères, José Manuel García-Margallo.

Selon la législation espagnole en vigueur, les Juifs séfarades bénéficient déjà d’une procédure de naturalisation préférentielle qui leur permet de demander la nationalité espagnole après avoir vécu en Espagne pendant deux ans seulement, un privilège qui est également à la disposition des citoyens des anciennes colonies espagnoles en Amérique latine et ailleurs.

Ce changement signifie que les séfarades – où qu’ils vivent dans la diaspora – devront présenter une accréditation de la Fédération espagnole des communautés israélites (FCJE), un groupe de coordination juive, confirmant leur ascendance et demander un passeport espagnol.

L’offre de l’Espagne ne s’applique qu’à ceux qui s’identifient comme Juifs. Il ne s’applique pas aux séfarades Anousim (anousim en hébreu signifie «sous la contrainte»), les descendants de Juifs qui ont été imposées par l’Inquisition espagnole à se convertir au catholicisme (ils sont parfois aussi appelé crypto-juifs ou marranes). Les Anousim laïque doit suivre une formation religieuse de la FCJE et subir une conversion formelle au judaïsme avant de pouvoir obtenir la nationalité espagnole.

Le gouvernement espagnol n’a pas d’estimation sur le nombre de juifs qui s’apprêtent à demander à citoyenneté. Mais sur la période de 2006 à 2010, ils n’étaient que 698 à l’avoir fait. Il y a environ trois millions de Juifs sépharades dans le monde aujourd’hui. La plupart vivent en Israël, aux États-Unis, en Belgique, en Grèce, en France et en Turquie, mais il y a aussi d’importantes communautés en Amérique latine, notamment en Argentine, Brésil, Chili, Mexique et Venezuela.

Pas plus de 45.000 Juifs vivent actuellement en Espagne – sur une population totale de 47 millions d’espagnol – ce qui ne représente qu’une fraction du nombre de Juifs qui vivaient dans le pays avant 1492, quand les Juifs ont été forcés de se convertir au catholicisme ou de s’exiler.

L’édit d’expulsion, publié le 31 Mars 1492 par les Rois Catholiques d’Espagne (Isabelle Ire de Castille et Ferdinand II d’Aragon), et également connue sous le décret Alhambra, a ordonné aux Juifs à quitter les royaumes de Castille et d’Aragon, et leurs territoires et possessions, au 31 de Juillet de la même année.

Jusqu’à 800.000 juifs sont soupçonnés d’avoir quitté l’Espagne à la suite de ce décret. 50.000 autres ont choisi d’éviter l’expulsion en se convertissant au catholicisme romain.

L’Espagne a commencé à accorder la citoyenneté aux Juifs séfarades – sur une base individuelle, et non pas en masse – en 1988, lorsque le gouvernement de Felipe González a modifié le Code civil espagnol. Ces concessions ont été interrompus en 2009 par le gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero, mais la procédure a été reprise et modifiée par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy.

Juste une semaine après l’annonce du droit au retour des Juifs séfarades, l’Espagne a voté en faveur de l’amélioration du statut de l’Autorité palestinienne à l’ONU. Ce qui fait dire aux commentateurs que le vote de l’Espagne s’est fait « avec pour bonne justification le « cadeau » aux juifs. »

D’autres disent que le gouvernement espagnol cherche à attirer les Juifs pour « remédier aux problèmes économiques du pays. » Quelques jours à peine avant d’accueillir les Juifs séfarades de retour en Espagne, le gouvernement a annoncé le 19 Novembre qu’il offrirait des permis de résidence (soit l’équivalent d’une carte verte américaine) aux étrangers qui achètent des maisons au prix de plus de 160.000 euros dans le cadre de ses efforts pour relancer un marché immobilier effondré.

Pendant ce temps, les musulmans exigent maintenant que le gouvernement espagnol subventionne automatiquement la citoyenneté à des millions de descendants des musulmans qui ont été expulsés d’Espagne au XVIIe siècle.

Une grande partie de la péninsule ibérique a été occupée par les conquérants musulmans connus comme les Maures, de 711 jusqu’en 1492, lorsque le royaume maure de Grenade s’est rendu à Ferdinand et Isabelle. Mais l’expulsion définitive musulmane de Grenade, connue en arabe comme Al-Andalus, n’a pas eu lieu jusqu’à ce que plus d’un siècle plus tard, à partir de 1609, le roi Philippe III décrète l’expulsion des Morisques.

Les Morisques étaient les descendants de la population musulmane qui s’était convertie au catholicisme sous la menace de l’exil de Ferdinand et d’Isabelle en 1502. De 1609 à travers 1614, le gouvernement espagnol a systématiquement forcé les 350.000 Morisques à quitter l’Espagne pour l’Afrique du Nord.

Aujourd’hui, il y a environ 5 millions de descendants des Morisques vivant au Maroc seulement, il y a des millions d’autres vivant en Algérie, Egypte, Libye, Mauritanie, Tunisie et Turquie.

Dans un essai publié 3 Décembre par le journal Correo Diplomático, le journaliste marocain Ahmed Bensalh Es-salhi a écrit que la décision « d’accorder la nationalité espagnole aux petits-enfants des Hébreux en Espagne entre les XVe et XVIe siècles, tout en ignorant le Morisques est sans aucun doute de la ségrégation et de la discrimination flagrante. » Selon lui, « Cette décision pourrait également être considérée par la communauté internationale comme un acte historique de l’immoralité et l’injustice absolue … Cette décision est tout à fait honteuse et déshonorante. »

Personne ne lui a rappelé que les juifs n’ont jamais cherché à envahir l’Espagne. Ni à la mettre à terre. Mais à l’enrichir et à l’aider à se développer. (Ni à en faire une terre esclavagiste. ndlr Gérard Brazon)

Bensalh ensuite de menacer l’Espagne: « L’Espagne est-elle consciente de ce qu’elle fait en faisant la paix avec les uns mais pas avec les autres ? Les espagnols sont-ils au courant du prix à payer pour ces décisions gouvernementales ? L’Espagne a t-elle conscience que cette décision pourrait porter un coup de massue aux investissement colossaux des musulmans sur son territoire ? Est-ce que l’Espagne a des solutions de rechange à l’investissement des musulmans si jamais ils décident de déplacer le capital vers d’autres destinations en raison de la discrimination contre les musulmans?  »(Chantage islamique?)

L’article Bensalh est la dernière salve dans une bataille menée par des historiens et des universitaires musulmans qui demandent que le traitement des Morisques soit mené sur le même principe que celui des juifs.

Jamal Ben Ammar al-Ahmar, un « Andalous-algérien » professeur d’université à l’Université Ferhat Abbas de Sétif en Algérie, a été engagé dans une campagne de quatre ans pour convaincre le roi d’Espagne Juan Carlos d’identifier et de condamner ceux qui ont expulsé les musulmans à partir de Al-Andalus au XVe siècle. Al-Ahmar est aussi exigeant que des millions de Morisques expulsés d’Espagne seraient autorisés à y retourner.

Dans une lettre adressée à Juan Carlos, Al-Ahmar appelle à une «enquête historique et juridique complète des crimes de guerre qui ont été commis contre la population musulmane de l’Andalousie par les croisés français, anglais, européen et papale, dont les victimes étaient nos pauvres personnes, après l’effondrement du régime islamique en Andalousie.  »

La lettre parle de «l’injustice infligée à la population musulmane de l’Andalousie qui souffre encore en exil depuis 1492. »

Al-Ahmar veut que le monarque espagnol présentent des excuses « au nom de ses ancêtres » et à assume « la responsabilité pour les conséquences » que cela entraînerait. Il dit que c’est nécessaire « d’identifier les criminels, de condamner rétroactivement, et dans le même temps identifier et indemniser les victimes pour leurs tragédies. » Ce processus aboutira à « un décret qui permettra aux immigrants de retourner dans leurs foyers en Andalousie, et leur accordera la pleine citoyenneté et la restauration de toutes leurs propriétés. »

Le problème, c’est que ce qui est inacceptable dans l’Espagne d’aujourd’hui, le sera moins dans l’Espagne de 2050… Il est donc temps pour le gouvernement Espagnol de balayer avec violence ces demandes et d’expliquer une bonne fois pour toutes que les descendants des Maures n’auront jamais rien: si ce n’est peut-être des amendes pour avoir colonisé illégalement le pays pendant de trop nombreuses années ! 

 Par Miguel Elasrof – JSSNews

On peut se demander d'ailleurs si ce n'est pas l'Espagne qui devrait demander des indemnités aux représentants des Maures aujourd'hui pour avoir colonisé un pays qui n'était pas le leur et l'avoir exploité pendant plus de 700 ans, d'avoir pratiqué la ségrégation religieuse, d'avoir pratiqué l'esclavage et le pillage de l'Espagne en utilisant les divergences des Rois de l'époque. Après tout, la France devrait demander des indemnités et des excuses pour les dommages commis pendant plus de 40 ans par les Maures, dans les plaines et les villes du Sud de la France au cours du 8 iéme siècle, sans compter les pillages sur nos côtes durant le 19 iém siècle.

Ce serait amusant de voir la France et l'Espagne présenter les factures aux pays arabo-musulmans.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Aaron 31/03/2013 23:36


Toujours aussi excellentMonsieur Brazon;  vous remettez ces gens-là à leur place (qui n'est évidemment pas en Espagne)  comme il se doit.

mika 26/12/2012 16:19


Article à lire sur le même journal




Après avoir fait exploser le bus de Tel-Aviv, il est parti travailler au McDonalds…



http://jssnews.com/2012/12/19/apres-avoir-fait-exploser-le-bus-de-tel-aviv-il-est-parti-travailler-au-mcdonalds/

henri 26/12/2012 15:20


Toujours à pleurnicher les momos !

DURADUPIF 26/12/2012 14:55


Il faudra qu'ils apprennent à marcher à reculons avec...les babouches.

Claude Germain V 26/12/2012 14:49


Bienvenue aux juifs en Espagne ............. quand aux musulmans ?????  .....pas compliqué : pour eviter tous litiges ensuite avec les juifs , que les musulmans demandent  leurs propres
expulsions d'espagne , un peu fou  et irrealiste non ??? ..... finalement pourquoi pas . Les nouveaux venus n'emmerderont personne ça c'est certain , et que les autres au lieu de mettre le
bordel en Espagne et d'y construire des mosquées aillent le faire chez eux ..... en bas de Gibraltar.....apres tout on n'est bien que chez soi finalement


........