UNE NOUVELLE DROITE OU UNE NOUVELLE GAUCHE ? par Philippe Landeux

Publié le 25 Avril 2012

Nous avons Philippe Landeux et moi un éternel débat sur l'Histoire de la Révolution Française, le rôle de Robespierre dans la guerre en Vendée et bien entendu, nous ne sommes pas souvent d'accord sur ces deux sujets! Ce n'est pas bien grave car l'essentiel est l'échange et l'acceptation que l'autre a son opinion! Nous sommes au moins d'accord sur l'essentiel c'est à dire un profond attachement à notre pays la France. Donc comme il m'interpelle sur mon idée que la Droite doit se recomposer et former une véritable droite, patriote et fière d'elle-même, et que sa réponse représente un véritable article, je lui donne la place qu'il mérite! 

Gérard Brazon

******

 

Je viens de lire l’article de Gérard Brazon qui s’achève par ces mots : « Ce matin sur RMC c’est prés de 60% de Français qui souhaitent une alliance entre l’UMP et le FN. Ce qui prouve s’il le fallait, oh combien les responsables de la droite sont totalement déconnectés des français. Les Français de droite, patriotes, veulent une nouvelle droite plus proche, plus humaine, plus tournée vers la France et les français. Ils ont raison et j’approuve. »

Cher Gérard, le patriotisme n’est pas de droite, il est de gauche par essence, car l’idée d’Egalité lui est consubstantielle. En effet, un patriote qui ne regarderait pas ses compatriotes comme ses égaux, mais comme des marchepieds ou de la chair à canon n’aurait d’un patriote que le nom. L’Egalité (des citoyens en devoirs et en droits) est — avec les notions de nation, de patriotisme et de démocratie — un des fondamentaux de Gauche, de la Gauche historique et authentique (disons jacobine). C’est parce que je suis fondamentalement de Gauche que je soutiens le Front National de Marine Le Pen qui seul a ce positionnement, tous les autres partis étant de facto de Droite, mondialistes, individualistes, universalistes, immigrationnistes, en un mot traîtres à la patrie.

Bien peu, sans doute, ont des idées aussi claires que moi sur ce que sont la Gauche et la Droite. C’est ce manque de précision qui a permis de galvauder ces termes au point d’en renverser complètement le sens. Nous en sommes au point où la vague idée que se font les uns et les autres de ce que sont la Gauche et la Droite ne correspond plus à l’offre réelle des partis qui adoptent l’une ou l’autre de ces étiquettes. Tout le monde est complètement perdu. Certains, de par leur milieu d’origine ou leurs fréquentations, sacralisent l’idée de gauche et soutiennent inconditionnellement les partis qui, à tort ou à raison, se revendiquent de ce bord ; d’autres, pour les mêmes raisons, ont ce genre de relation avec la droite. Mais, si on creuse, on se rend compte que des gens de bords officiellement opposés recherchent en vain la même chose de leur côté, preuve que tous les repères sont brouillés. Il en est ainsi du patriotisme. Les trahisons de la gaucherie (PS, PC, FG, etc.) et les beaux discours de la droite officielle (UMP) ont convaincu certains qu’il était de droite voire d’extrême droite, ce qui est le pire des contresens, puisque j’ai montré qu’il était intrinsèquement de Gauche.

 

Quoi qu’il en soit, les préjugés ont la vie dure. Qui s’est toujours dit de Gauche, comme moi, ou de Droite, comme Gérard, aura du mal à être étiqueté autrement. C’est d’ailleurs pour cela que je ne supporte pas que le Front National accepte d’être taxé d’extrême droite alors qu’il n’a rien de commun avec la droite (Sarkoziste) et ne peut donc être son extrême. Il ne faut pas oublier que la masse des électeurs du Front National ne vient pas de l’UMP mais de la gaucherie, ayant enfin ouvert les yeux sur sa haute trahison. Le langage de vérité serait que le Front National s’affirme de Gauche et s’explique là-dessus, pour que l’imposture de la gaucherie soit révélée. C’est peut-être beaucoup demander. Du moins me paraît-il très impolitique qu’une nouvelle formation patriotique se dise « nouvelle droite ». Cette appellation flatterait sans doute ceux qui sont traditionnellement de droite ou qui, du moins, croient l’être, mais elle rebuterait à coup sûr nombre de patriotes viscéralement de gauche. Le mieux, s’il était possible, serait de ne rien dire, de ne pas se positionner. Mais les médias se chargeraient vite de stigmatiser ce mouvement en le qualifiant « d’extrême droite » (droite = mal, extrême droite = horreur absolue). La mise au point que je propose sur les concepts de Droite et de Gauche permettrait au Front National de déjouer cette manœuvre. Une autre façon d’échapper au piège serait de se déclarer au-dessus des partis, ni droite ni gauche, ce qui serait même l’option la plus judicieuse d’un point de vue conceptuel (voir l’Echelle politique (1)). 

 

Quant à une union entre le FN et l’UMP, certains la souhaitent sans doute, mais elle ne se fera jamais car elle serait contre-nature. Même si on n’admet pas que le FN incarne la vraie Gauche (patriotisme), c’est à cela que tient l’impossibilité d’une alliance avec l’UMP (individualisme, mondialisme) qui, elle, est une des deux faces de la Droite, l’autre étant la gaucherie. Il n’y a aucune union possible entre les patriotes et les mondialistes. Que le FN accueille les patriotes égarés est une chose ; mais que des formations que tout oppose s’unissent est une vue de l’esprit ou un piège politique.

 

Philippe Landeux

http://philippelandeux.hautetfort.com/

 

(1) L’échelle politique

http://ripostelaique.com/lechelle-politique.html

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Philippe Landeux 24/08/2012 09:55


J'interviens un peu tard. Pour répondre au dernier commentaire, je renvoie à mon article "l'échelle politique" (taper ces mots dans google) qui permet de comprendre quels sont les valeurs
intrinsèques de chaque tendance politique et, partant, de situer chaque parti indépendemment de l'étiquette qu'il revendique.

Claude Germain V 25/04/2012 12:05


Monsieur Landeux ,vos propos detiennent une forme de verité ,mais est'on vraiment de droite ou de gauche quand en toute serenité on veut rester republicain ,laique et pourquoi pas nationnaliste
,je m'entend ,sans violence ,simplement amoureux de sa terre ,de ses ancetres et de ceux qui ont fait l'histoire de son pays .Et surtout conserver CONTRE VENT ET MAREE ,quitte a froisser les
hypocrites et parasites de tous bords qui vivent a nos crochets ,conserver notre civilisation judeo-chretienne ,la vraie ,celle qui a fait notre histoire depuis plus de 2000 ans .....

Claude Germain V 25/04/2012 11:54


Tout tombe a point ,merci Monsieur Brazon de cette excellente reflexion ,ainsi que Monsieur Landeux .Mais pourquoi pas la solution qui suit sans avoir besoin du stalinien Hollande et du
nazi-rouge Merlenchon. Une revolution pacifique tout simplement .


Sans nouvelles d'Islande : Pourquoi ?
- Si quelqu'un croit qu'il n'y a pas de censure actuellement, quil nous dise pourquoi on a tout su au sujet de ce qui se passe en Égypte, en Syrie ou en Libye et pourquoi les journaux n'ont
absolument rien dit sur ce qui se passe en Islande :
> En Islande,
> -    le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet,
> -    les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu'elles avaient contractée auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande,
dette générée par leur mauvaise politique financière
> -    une assemblée populaire vient d'être créée pour réécrire la Constitution.
> Et tout cela, pacifiquement.
> Toute une révolution contre le pouvoir qui a conduit à cette crise.
> Voilà pourquoi rien n'a été publié pendant deux ans.
> Que se passerait-il si les citoyens européens en prenaient exemple ?
> Brièvement, voici l'histoire des faits :
> -    2008 : La principale banque du pays est nationalisée. La monnaie s'effondre, la bourse suspend son activité. Le pays est en banqueroute.
> -    2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées et qu'elles provoquent la démission du Premier Ministre et, en
bloc, de tout le gouvernement.
> La situation économique désastreuse du pays persiste. Par le biais d'une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette par le paiement de 3.500
millions d'euros, montant que paieront mensuellement toutes les familles islandaises pendant les 15 prochaines années à un taux d'intérêt de 5%.
> -    2010 : le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.
> En janvier 2010, le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu'il y aura une consultation populaire.
> En mars, le référendum a lieu et le NON au paiement de la dette remporte 93% des voix.
> Pendant ce temps, le gouvernement a entamé une investigation pour régler juridiquement les responsabilités de la crise.
> Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent.
> Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays.
> Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution qui reprend les leçons apprises de la crise et qui se substitue à l'actuelle qui est une copie de la
constitution danoise.
> Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain.
> On élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se sont présentés aux candidatures. Pour cela, il faut être majeur et recueillir le soutien de 30 personnes.
> -    L'assemblée constituante commence ses travaux en février 2011 afin de présenter, en partant des avis collectés dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le
pays, un projet de Grande Charte.
> Elle doit être approuvée par l'actuel parlement ainsi que par celui qui sera constitué après les prochaines élections législatives.
> Voici, en bref, l'histoire de la Révolution Islandaise :
> -    Démission en bloc de tout un gouvernement
> -    Nationalisation de la banque
> -    Référendum pour que le peuple puisse se prononcer sur les décisions économiques fondamentales
> -    emprisonnement des responsables de la crise et
> -    réécriture de la constitution par les citoyens
> Nous a-t-on parlé de cela dans les médias européens ?
> En a-t-on parlé dans les débats politiques radiophoniques ?
> A-t-on vu des images de ces faits à la TV ?
> Bien sûr que non !
> Le peuple islandais a su donner une leçon à toute l'Europe en affrontant le système et en donnant une leçon de démocratie au reste du monde.


PS. Le grand malheur français c'est qu'une gauche et une extreme gauche d'une violence physique inouie minent et rongent ce pays .Je pense que dans un certain temps a cause de ces fous collabos
le risque d'une guerre civile se precisera de plus en plus .