Une réforme vide de sens : Taubira veut vider les prisons !

Publié le 2 Septembre 2013

Par François Delaître

Christiane Taubira, garde des Sceaux, nous disait que l’esclavage était le crime exclusif des méchants Blancs contre les gentils Noirs, et se refusait à évoquer le rôle majeur des Africains eux-mêmes – et des Arabes en particulier – dans l’organisation de la traite négrière, bien avant l’arrivée des Blancs ; au prétexte d’éviter aux « jeunes Arabes » de porter « sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes » – les jeunes Blancs pouvant bien se débrouiller avec leur conscience, eux.

Des historiens condamnèrent sa partialité.

Ses tendances partiales lui ayant tout naturellement valu le ministère de la Justice, elle instaurait le droit des homosexuels à se marier au nom de cette égalité de traitement qu’elle refuse aux esclavagistes, réintroduisant bientôt le commerce humain au nom du droit à l’enfant – par n’importe quel moyen – qu’on ne saurait longtemps refuser aux homosexuels mariés, toujours selon ce principe devenu frappadingue d’égalité.

Les générations futures jugeront.

Elle nous dit aujourd’hui que la prison n’est pas une solution, que l’incarcération est le terreau de la récidive, bref : qu’il faut vider les prisons. Sur quelles données fonde-t-elle son jugement ? Manifestement pas sur les travaux des experts qui, comme le rappelait Alain Bauer il y a quelques jours, n’ont absolument pas établi de baisse significative de la récidive chez les condamnés éloignés de la prison par des sanctions alternatives.

La probation est pourtant l’arme de Christiane Taubira contre la délinquance. En prenant au pied de la lettre les mesures qu’elle propose, comme Le Figaro le révélait cette semaine, sa réforme pénale pourrait épargner la prison à 98 % des condamnés. Soit près de 120.000 condamnations chaque année pour des délits allant de l’infraction routière à des faits nettement plus graves tels les coups et violences volontaires, le trafic d’armes ou de drogues.

Ces dizaines de milliers de délinquants pourraient ainsi, grâce à la mansuétude du garde des Sceaux et la complicité du ministre de l’Intérieur Manuel Valls, venir s’ajouter à un nombre comparable de condamnés dont les peines de prison ferme ne sont pas appliquées, faute de places dans les prisons et de volonté à faire respecter les décisions de justice : 80.000 à 100.000 condamnations sont actuellement « en attente d’exécution ».

Des dizaines de milliers de voleurs, brutes, proxénètes et trafiquants en tous genres encouragés à persévérer : voilà le traitement qu’appliquent dans leurs frontières les chantres de la fermeté, de l’intransigeance et du jugement à l’emporte-pièce dans les relations internationales.

Les victimes apprécieront.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

mika 02/09/2013 19:27


Plein je te vide et vide je te plains...


J'entends qu'une centaine de milliers de peines ne sont pas exécutées !  C'est le nœud de l'affaire. La construction
de nouvelles prisons est incontournable tout comme la réhabilitation des établissements existants.


 Quant à la peine de probation ce n'est ni plus ni moins que l'équivalent de la mise à l'épreuve. Espèrons qu'elle ne
concernera pas les multirécidivistes.


Cette mesure aura un cout économiquement additionnel puisqu'elle entrainera le recrutement d'agents et la mise en place de moyens énormes pour le suivi des
délinquants