Une Saoudienne inculpée pour avoir osé prendre le volant.

Publié le 25 Mai 2011

Aujourd'hui, nous bombardons Tripoli pour la défense des libertés des lybiens. De même, nous perdons des soldats en Afghanistan pour la défense des libertés afghanes. Que dire de la Côte d'Ivoire, que dire de notre présence partout dans le monde pour la défense des libertés!

Mais que faisons-nous pour la défense des libertés des Saoudiens et singulièrement celles des femmes saoudiennes?

Savez-vous que l'esclavage est interdit depuis seulement 1962 mais qu'il se perpétue pour les immigrés?

Savez-vous qu'un saoudien qui n'est pas musulman est interdit de religion?

Savez-vous que la moitié de la population saoudienne, c'est à dire les femmes, sont considérées comme inférieures et non pas les mêmes droits que les hommes?

Quel est donc ce régime ignoble?

Une monarchie qui est reçue dans les palais nationaux de France et d'ailleurs. Des Princes qui se déplacent et viennent en France pour se faire soigner et surtout se faire oublier dans les palaces parisiens et y dépenser des fortunes.

Certes, ce n'est pas Ben Ali, Moubarack, Kadhafi, c'est juste des représentant d'une caste, d'un parti religieux qui règnent en despotes sur des millions de personnes 'Arabie Saoudite et d'autres principautés avec la bénédiction des américains, des français, des occidentaux d'une manière générale.

Trente six poids, trente six mesures. Qui osera bombarder l'Arabie Saoudite territoire qui finance l'islamisation de l'Europe? Je vous le dis tout simplement: Personne hélas...

Gérard Brazon

Un exemple:

Une femme de 32 ans a été interpellée pour avoir «incité les femmes à conduire» en postant une vidéo d'elle au volant sur Internet. En Arabie, les femmes font face à de nombreux interdits, comme celui de conduire ou encore de voter.

Un «acte militant» pour Manal al-Charif, une «provocation» aux yeux des autorités. Une Saoudienne a été inculpée pour avoir «incité les femmes» à prendre le volant après avoir mis en ligne une vidéo d'elle sur Internet où on la voit conduire. Une pratique interdite pour les femmes dans ce royaume en raison d'un édit religieux (fatwa).

Manal al-Charif, consultante en sécurité informatique de 32 ans, a été arrêtée samedi à Khobar, dans l'est du pays. Libérée quelques heures plus tard, elle a été une nouvelle fois interpellée dimanche à l'aube à son domicile. Elle est actuellement détenue pour «une période de cinq jours pour les besoins de l'enquête», a indiqué son avocat.

Appel au roi Abdallah

Dans une vidéo postée sur Youtube, Manal al-Charif, tout en conduisant, explique qu'officiellement, «aucune loi en islam n'interdit aux femmes de conduire», précisant que cette interdiction est uniquement due à des facteurs sociaux dans le royaume ultraconservateur. Elle raconte les «humiliations quotidiennes» des femmes dans son pays, forcées d'attendre le bon vouloir d'un homme de leur famille ou d'un chauffeur de taxi pour les déplacements urgents, quand elles n'ont pas les moyens de se payer un chauffeur.

Son avocat a estimé que le fait d'inciter les femmes à conduire «ne constitue pas un délit», ajoutant que la loi ne prévoyait pas de châtiment dans ce cas. Il a exprimé l'espoir qu'elle serait uniquement reconnue coupable d'avoir pris le volant sans avoir de permis de conduire saoudien. Il a ajouté qu'il revenait au roi Abdallah de trancher au sujet de cette interdiction.

Réseaux sociaux mobilisés

En parallèle, une campagne a été lancée sur les réseaux sociaux, notamment sur twitter, pour demander au roi Abdallah d'intervenir en faveur de Manal Al-Charif, qui fait partie d'un groupe militant pour les droits des femmes. Ce groupe a notamment appelé sur Internet les Saoudiennes à défiler au volant de leurs voitures le 17 juin prochain. Une pétition exhortant le souverain à libérer la jeune femme a par ailleurs déjà recueilli 230 signatures.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rihts Watch a également appelé mardi à libérer la jeune femme. «Le roi Abdallah devrait mettre fin au statut de paria dans la communauté internationale de l'Arabie saoudite, seul pays à interdire aux femmes de conduire», a argué l'organisation, appelant le souverain à suivre l'exemple de ses prédécesseurs qui ont «permis l'accès des filles à l'éducation».

Les Saoudiennes privées du droit de vote

Les Saoudiennes n'ont pas le droit de conduire dans la monarchie islamique dont les lois s'inspirent d'une version rigoriste de l'islam qui prohibe en outre la mixité. Les lois dans le royaume interdisent également aux femmes de voyager sans l'autorisation d'un tuteur et les placent en position d'infériorité en cas de divorce ou d'héritage.

En Arabie saoudite, les femmes sont également privées de leurs droits politiques. Le 28 mars dernier, les autorités ont ainsi confirmé leur refus de les autoriser à prendre part aux prochaines élections législatives, prévues en septembre. En avril, un groupe de Saoudiennes s'est symboliquement rendu dans un centre d'enregistrement des électeurs aux municipales à Jeddah pour revendiquer le droit de participer au scrutin. Mais le chef du centre leur a signifié qu'elles étaient interdites d'enregistrement.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Nancy VERDIER 29/05/2011 00:40



Nos armées servent actuellement uniquement à défendre des hypothétiques régimes démocratiques en terre d'Islam, là où règnent théocratie et dictature. Des jeunes tombent au combat pour ces
causes. Autrement dit, nos soldats sont des Mercenaires à la solde de nouveaux pouvoirs mis en place par l'entente mondialiste. Ce fut clair dans l'affaire Gbagbo - Ouattara, c'est clair en Irak
et en Lybie. Nous, peuples européens avons très peu à gagner par rapport à ces causes. (Khadafi s'était calmé, Moubarak tenait son pays, idem pour l'Irak). Biensûr que Démocratie sonne
mieux. En l'occurence, on a vu les résultats en Irak (attentats à la chaîne) et ailleurs des régimes islamistes sont en passe de prendre les choses en main. Nous ne nous battrons pas pour
instaurer une démocratie en Arabie Saoudite : impossible, ou alors il faut virer ces chefs de tribus et mettre qui à la place ??.
Le chaos est installé dans les pays musulmans, que va-t-il en sortir ?? Que vaut-il mieux ?? Des Chiites (Syrie, Iran) ou des Sunnites ?? Entre la Peste et le Cholera...Pour les femmes
d'Arabie Saoudite, ce n'est pas encore l'heure et pour les étrangers qui travaillent là-bas...pour quelques dollars de plus, ils sont prêts à tirer un trait sur certaines libertés.